Recherche

The Boys

Extraits

ActuaLitté

Non classé

The girls

Le Nord de la Californie, à l’époque tourmentée de la fin des années 1960. Evie Boyd a quatorze ans, elle vit seule avec sa mère, que son père vient de quitter. Fille unique et mal dans sa peau, elle n’a que Connie, son amie d’enfance. Mais les deux amies se disputent dès le début de l’été qui précède le départ en pension d’Evie. Un après-midi, elle aperçoit dans le parc où elle est venue traîner, un groupe de filles dont la liberté, les tenues débraillées et l’atmosphère d’abandon qui les entoure la fascinent. Très vite, Evie tombe sous la coupe de Suzanne, l’aînée de cette bande, et se laisse entraîner dans le cercle d’une secte et de son leader charismatique, Russell. Caché dans les collines, leur ranch est aussi étrange que délabré, mais aux yeux d’Evie, il est exotique, excitant, électrique, et elle veut à tout prix s’y faire accepter. Tandis qu’elle passe de moins en moins de temps chez sa mère, et tandis que son obsession pour Suzanne va grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche à grands pas d’une violence impensable, et de ce moment dans la vie d’une adolescente où tout peut basculer.

Dense et rythmé, le remarquable premier roman d’Emma Cline est saisissant de perspicacité psychologique. Raconté par une Evie adulte mais toujours cabossée, comme jamais remise de son expérience sectaire ni de son enfance ballotée, il est un portrait indélébile des filles comme des femmes qu’elles deviennent. Il est aussi le tableau très documenté d’un monde parallèle et inquiétant. Celui d’une secte qui n’est pas sans rappeler la tristement célèbre Famille de Charles Manson, dont la légende noire flotte au-dessus de Hollywood depuis près d’un demi-siècle. (traduction Jean Esch)

08/2016

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

La Grande Sauvagerie

La Grande Sauvagerie, c'est le nom que les coureurs de bois du Canada français ont donné à ce qui s'est appelé, en d'autres temps et d'autres lieux, The Wild: l'espace inviolé, le blanc sur la carte.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Mélodie ; chronique d'une passion

'Dans un placard dont on a fait un sanctuaire ne ressemblant en rien à un sanctuaire et qui abrite discrètement quelques âmes inoubliables et inoubliées, il y a une petite boîte en bois laqué pour le thé en poudre. Elle contient une toute petite portion des cendres de mon père que j’avais prélevée dans son urne avant qu’elle ne fût mise en tombe. Lorsque j’ai préparé cette boîte mortuaire il y a déjà dix-huit ans, j’ai osé prendre une pincée de miettes d’os pour en goûter. Bientôt, je crois que j’en ferai autant pour Mélodie dont je garde toujours l’urne près de moi sur l’emplacement exact de son matelas. Je me procurerai une autre boîte en bois laqué pour y mettre quelques cuillerées de poudre d’os et une partie de l’omoplate ou d’une côte. Le reste sera répandu dans le jardin ou ailleurs pour retourner à la terre. ' Akira Mizubayashi

ActuaLitté

Non classé

Le tango de la valseuse

"La jeune fille, seule dans son studio, passe d'abord sa main sur sa jambe, de la cheville jusqu'en haut de la cuisse, comme si sa main était une autre main, la main d'un homme par exemple... " Amours et malentendus dans une troupe de théâtre amateur. Serge Billard, fringant quinquagénaire et danseur amateur, se voit en Gene Kelly. Il préside La Confrérie des amateurs, une association qui lui fait perdre son temps. Tandis que Félicia, sa femme, rêve de devenir une grande comédienne, lui choisit de faire valser Valentine, la jeune assistante. Avec un humour décapant et un érotisme drôle et cru, l'auteur décrit avec précision le chemin de la tromperie, ces jours où tout bascule dans une vie pourtant bien tracée et pleine de bons signes. Finaliste du concours "Nos lecteurs ont du talent 2013" Les lecteurs ont aimé: l'humour, l'écriture, la dérision, finesse psychologique.

ActuaLitté

littÉrature anglo-saxonne

L'attente de l'aube

En cette fin d'été 1913, le jeune comédien anglais Lysander Rief est à Vienne pour tenter de résoudre, grâce à cette nouvelle science des âmes qu'est la psychanalyse, un problème d'ordre intime. Dans le cabinet de son médecin, il croise une jeune femme hystérique d'une étrange beauté qui lui prouvera très vite qu'il est guéri, avant de l'entraîner dans une histoire invraisemblable dont il ne sortira qu'en fuyant le pays grâce à deux diplomates britanniques, et ce au prix d'un marché peu banal. Dès lors, Lysander, espion malgré lui, sera contraint de jouer sur le théâtre des opérations d'une Europe en guerre les grands rôles d'une série de tragi-comédies. Sa mission : découvrir un code secret, dont dépend la sécurité des Alliés, et le traître qui en est l'auteur. Sexe, scandale, mensonges ou vérités multiples aux frontières élastiques, chaque jour et chaque nuit apportent leur tombereau d'énigmes et de soupçons. L'aube finira-t-elle par se lever sur ce monde de l'ombre, et par dissiper enfin les doutes que sème avec une délectation sournoise chez le lecteur fasciné l'auteur de cet étonnant roman du clair-obscur ?

05/2012

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Grands boulevards

Suite à une rupture sentimentale, Doria, ravissante comédienne de 28 ans, toujours en attente d'un rôle mais sans cesse débordée, s'installe chez son père Max, amateur de poker et de femmes, irrésistible mais léger comme la fumée de ses cigares, locataire dans un immeuble des grands boulevards.
C'est là, au 19 bis boulevard Montmartre, entre la Madeleine et la Bastille, près du Grand Rex, de l'Olympia, des théâtres et des bars, que tout se joue. La Banque Générale, propriétaire de l'immeuble, a décidé de le vendre à la découpe. Tous les locataires risquent l'expulsion.
De Karim, sympathique patron du Broadway Boulevards, à Manuela, qui vend des sex-toys dans sa boutique nichée au fond de la cour, en passant par Sacha Bellamy, le beau gosse du 5e, Mira, la gardienne mélomane, ou Léo Klein, le mystérieux designer... une poignée de locataires atypiques vont s'unir contre la puissante Banque Générale.
Avec sa cour carrée et ses appartements qui se font face, escalier A contre escalier B, l'immeuble se transforme en théâtre. On s'espionne d'une fenêtre à l'autre, on se fait la guerre et l'amour, on se cache dans les placards et on se met en scène sur la page Facebook de l'immeuble, dans l'espoir de faire plier la Banque...

06/2013

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté