Recherche

Tao Lin

Extraits

ActuaLitté

Critiques et essais

Trip ; psychédéliques, aliénation et changements

Qu’est-ce que l’inspiration ? Que nous apportent les états de conscience altérés ? Que cherche-t-on au-delà des perceptions rationnelles ? Après avoir découvert le travail prolifique de Terence McKenna, fervent défenseur des psychotropes, dont la vision du monde et les théories sur la drogue présentent un mode de vie alternatif. Tao Lin s'est lancé dans ses propres expérimentations, offrant une approche inédite des effets des stupéfiants sur le corps humain. Dans la lignée de Michaux, Burroughs, McKenna ou de la Chemical Generation, Tao Lin, expérimente et explore, d’un psychotrope à l’autre et de façon inédite, les effets des stupéfiants sur le corps et la psyché humains. « Une incursion sous psychotropes dans l’addiction et les psychédéliques par un psychonaute visionnaire. » Kirkus Review Poète, romancier, nouvelliste, Tao Lin vit à Brooklyn et est l’une des voix les plus remarquées de la jeune littérature américaine. Ses livres sont publiés en France au Diable vauvert. trad. Charles Recoursé

10/2019

ActuaLitté

contes et légendes

Vies, sentences et doctrines des sages imaginaires ; un irrésistible voyage philosophique en 14 pastiches

Vienne, 8h17: le pessimiste Thomas Irrsigler, parce qu’il a inversé ses pantoufles, peste contre l’humanité et décrète la fin de l’Histoire. Picardie, avant les vêpres: la béguine Guillemette s’affole – son crucifix parle. Athènes, l’après-midi: le philosophe Antiplasme emmène une vieille prostituée chez Aristote, car l’être ne se dit pas d’abord de la substance mais de la relation. New York, 23h32: à bord de sa Corvette, le businessman Alan Mogg songe que l’égalité des chances, décidément, est le chef-d’œuvre du monde libéral. Coursegoules, 14h12: le poète Michel Olartigues prend son chapeau, sa gourde, son bâton, et part en quête du dévoilement de l’être. Kungokuma, au Mali, quand le fleuve rafraîchit: l’animiste Sirili Ballo interprète la forme des nuages. Leipzig, 5h08: l’austère logicien Karl Baumann s’est levé un peu tard. Chine, Lin-Tsö, au crépuscule: le taoïste Zhou, avant de s’endormir, sourit à la pensée que « les escargots, aussi, quittent la vie d’un saut brusque ». Paris, 9h46: le socialiste Eugène Laborde écrit en prison sa version de l’Histoire. Création Studio Flammarion © Flammarion, Paris, 2014

ActuaLitté

poesie grand format

Therapie cognitive du comportement

Si Richard Yates, roman d'amour de la solitude contemporaine, rendait compte des sentiments des êtres par leurs actes et gestes quotidiens, la poésie de Tao Lin rend compte de l’être en auscultant la vie matérielle, les objets et les êtres qui les entourent. La distanciation, l’objectivation, est le mode détaché, souvent drôle, d’une observation qui fonde à la fois l’examen philosophique et celui du sentiment amoureux. Une distance qui s’introduit partout, entre les personnes, entre le poète et ses mots, entre l’espace et le temps, entre un patient et sa thérapie. Introduisant des personnages récurrents, comme le hamster, l’auteur conduit le lecteur à suivre la recherche pleine d’humour et de justesse d’une conscience de soi, par un jeune poète en quête de sens dans la civilisation des objets et des biens matériels.

09/2012

ActuaLitté

littÉrature anglo-saxonne

Richard Yates

Ce roman, même s'il s’intitule Richard Yates, n’a aucun rapport avec l’auteur éponyme… Ce n’est en aucun cas une biographie, le titre fait plutôt appel (même s’il est fait référence à quelques reprises à l’écrivain Richard Yates) à la sensation d’approximation, de « réalité abstraite » qu’on vit lorsqu’on s’aperçoit de la différence entre un contenant et son contenu, ou lorsqu’on compare des éléments aussi paradoxalement éloignés l’un de l’autre que l’Art et la Vie: une situation étrange et pourtant familière, nous laissant dans un doux état de confusion. Deux jeunes gens que l'auteur affuble de noms d’acteurs américains, Haley Joel Osment, 21 ans, habitant New York, et Dakota Fanning, 16 ans, habitant dans le New Jersey, font connaissance sur internet et s’éprennent l’un de l’autre. Après une première rencontre réelle au domicile de l’adolescente, ils enchaînent les allers-retours entre New York et le New Jersey. Le couple mange végan, vole dans les magasins et disserte sur la vie et l’ennui, se sent seul, échoue souvent à se comprendre. Lorsqu’ils ne sont pas ensemble, ils discutent en chat, alimentent leur spleen et une relation entre bonheur fulgurant et déprime suicidaire. Lorsque Joel quitte son appartement de New York pour s’installer dans New Jersey, les personnages se dévoilent, laissant apparaître leurs blessures, leurs pulsions, leurs failles. Et Joel découvre alors les mensonges et manipulations de Dakota. Des jeunes ligotés par leurs liens virtuels, des adultes désarticulés par le réel, un récit entre l’hypnose et l’anesthésie. L’écriture minimale de Tao Lin et son humour à froid nous plongent dans la dépression générationnelle de ceux que l’on nomme les hipsters. Et, au détour d’une conversation en ligne apparemment anodine, les démons surgissent, avec toujours en fond sonore une solitude que l’on embrasse et dont on rit, comme pour l’apprivoiser. « Souvent hilarante, l’écriture de Tao Lin évoque les débuts de Douglas Coupland ou Bret Easton Ellis, mais avec quelque chose de particulier, presque beckettien. (... ) Il y a chez lui une attitude, une ambiance, un abandon comiquement désespéré de l’ego littéraire. » The Guardian

01/2012

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté