Recherche

Sale gosse

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Les Prix Booker

Les Prix Booker, ou Booker Prizes, sont au nombre de deux : le Booker Prize, qui récompense des romans publiés en anglais, et l'International Booker Prize, qui salue lui les romans étrangers traduits en anglais et publiés au Royaume-Uni ou en Irlande.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix de la littérature arabe

Créé en 2013, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe : il salue le roman ou le recueil de nouvelles d'un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d'un ouvrage écrit en arabe et traduit en français ou directement écrit en français.

ActuaLitté

Dossier

Livres, BD, actualités : tout sur Riad Sattouf

Né le 5 mai 1978 à Paris, Riad Sattouf fait ses premières armes dans un atelier qui rassemble Christophe Blain, Mathieu Sapin et Joann Sfar. C'est sous la direction éditoriale de ce dernier qu'il publie chez Bréal deux albums prometteurs, Manuel du puceau et Ma circoncision, en 2003 et 2004. Ces deux titres annoncent la veine comique et autobiographique qui fera son succès par la suite, notamment avec la série L'Arabe du Futur, publiée par Allary, et parmi les plus grands succès de l'auteur.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Roald Dahl

Livres, actualités : tout sur Roald Dahl

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Interallié

Créé en 1930, le Prix Interallié fait partie des fameux prix de la rentrée littéraire : il est remis chaque année, au cours de l'automne, à un roman français. Le prix n'est pas doté financièrement, et il est décerné au sein du Cercle de l'Union interalliée, cercle social parisien fondé en 1917.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Franck Bouysse

Né en 1965 à Brive-la-Gaillarde, Franck Bouysse publie son premier roman en 2007, L’Entomologiste, aux éditions Lucien Souny. Entre 2008 et 2012, il signe une trilogie, la Trilogie H., aux éditions Les Ardents Éditeurs, avec des illustrations de Pierre Demarty.

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Sale gosse

Wilfried naît du mauvais côté de la vie. Sa mère, trop jeune et trop perdue, l'abandonne. Il est placé dans une famille d'accueil aimante. A quinze ans, son monde, c'est le foot. Il grandit balle au pied dans un centre de formation. Mais une colère gronde en lui. Wilfried ne sait pas d'où il vient, ni qui il est. Un jour sa rage explose ; il frappe un joueur. Exclusion définitive. Retour à la case départ. Il retrouve les tours de sa cité, et sombre dans la délinquance. C'est là qu'il rencontre Nina, éducatrice de la Protection judiciaire de la jeunesse. Pour elle, chaque jour est une course contre la montre ; il faut sortir ces ados de l'engrenage. Avec Wilfried, un lien particulier se noue.

08/2019

ActuaLitté

Romans historiques

Sale Gosse

Le 18 avril 1839, Charles Baudelaire, 18 ans, est renvoyé du collège pour avoir refusé de livrer un billet qu'un camarade venait de lui glisser. Il avale le bout de papier. Au proviseur qui lui ordonne de révéler son contenu, Baudelaire répond par des ricanements. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Exaspéré par l'insubordination dont le collégien n'a cessé de faire preuve depuis son arrivée à l'internat trois ans plus tôt, le proviseur le renvoie le jour même dans ses foyers. Bien que cette version des faits soit unanimement admise parmi les biographes du poète, des éléments nouveaux amènent cependant à la reconsidérer. Il existe en effet une autre raison à l'expulsion du jeune Baudelaire. Une raison autrement impérieuse, une raison plus intolérable encore que cette histoire de désobéissance et de billet avalé, une raison sans laquelle le proviseur aurait peut-être pris son mal en patience durant les trois mois qui lui restaient encore à devoir supporter ce sale gosse. Mais l'incendie est tel, il provoque un si grand préjudice que le fonctionnaire se met en devoir de le lui faire payer avant qu'il ne lui file entre les doigts.

01/2021

ActuaLitté

Littérature française

Sales gosses

Une fresque haute en couleurs racontant des scènes de la vie quotidienne, dans une petite cité médiévale au coeur de l'Italie. Une Italie d'après-guerre, exsangue, où une petite communauté humaine bien enracinée tente de vivre dans le respect des traditions et des croyances. Les gosses prennent une part importante dans l'animation de la cité. Des sales gosses, intrépides, souvent terribles, mais profondément attachants, viennent défier notre sensibilité. Au fil des pages on peut rire ou pleurer, mais il en émane à chaque instant un formidable parfum de bonheur.

08/2021

ActuaLitté

BD tout public

Les sales gosses

Un été, quelque part en France, avant les réseaux sociaux et les téléphones portables. Il fait beau, il fait chaud, les vacances sont longues, les journées surtout. Où aller quand le décor mélange si peu de verdure et tant de béton, que faire quand on n'a rien à faire. C'est dans cette ambiance de désoeuvrement que l'on rencontre ces sales gosses ; souvent livrée à elle-même, à la recherche du moindre divertissement, la petite troupe se cherche et se tourne autour, se provoque et s'affronte, et petit à petit, se frotte au monde – bref, fait les quatre cents coups. Fumer une première cigarette ? Fait. Un pétard dans une crotte chien ? Fait. Se planquer dans la cave ? Fait. Et après ? Par petites touches, à travers ces portraits d'enfants, c'est le chaos du monde que l'on devine : l'apprentissage de l'amour, la complexité des sentiments et des relations, la violence physique comme psychologique. Tout est déjà là, mais il manque encore l'indignation, et la révolte est bien timide. Car chaque enfant aborde son quotidien avec ses propre fêlures, ses propres tourments, et derrière, il y a la famille, absente, décomposée ou envahissante, et aussi, parfois, réconfortante, aimante. Peggy Adam se place ici en observatrice amusée de tout ce bruit et cette fureur, mais en démiurge bienveillant, ne tente de faire le procès ni des enfants, ni des parents. A l'instar de Plus ou moins..., Les Sales Gosses est une oeuvre drôle et emportée, qui décrypte avec humour et finesse les relations humaines dans ce qu'elles ont de plus délicat mais aussi de plus compliqué.

10/2019

ActuaLitté

Littérature française

Les sales gosses

Jeanne a été placée en maison de retraite par ses enfants. Et le pire, c'est que chacun se renvoie la balle pour déterminer qui a été à l'initiative de cette mascarade. Elle a beau avoir 81 ans, une ribambelle de petits-enfants et des tonnes de carnets noircis au fil du temps, preuves de son (très) long passage sur Terre, elle n'a pas dit son dernier mot. Son plan : simuler la démence et les rendre tous dingues. Sauf que, ce lieu dans lequel elle ne voyait qu'hostilité va lui révéler bien des surprises... En prenant part, d'abord sur la pointe des pieds, puis avec une ardeur qu'on ne lui connaissait pas, aux rendez-vous mensuels d'une clique de pensionnaires plus agités qu'une colonie de vacances, Jeanne va réveiller des pans de sa personnalité qu'elle pensait à jamais enfouis : la curiosité, l'espoir... et surtout : l'audace. Qu'on se le dise : au "jeu des regrets" de l'avant-dernier vendredi du mois, rien n'est jamais perdu.

05/2019

ActuaLitté

Littérature française

Les sales gosses

Les sales gosses n'est pas une autobiographie ordinaire. Son auteur, André François, est né en 1936. Il a perdu son père au retour de sa captivité mais, avant de disparaître, celui-ci l'a aidé à développer sa curiosité. Adopté, il est accueilli par des gens extraordinaires avec lesquels il a appris à travailler et l'ont encouragé à lire et à étudier. Au fil des pages, des séparations brutales, des chemins de montagne, des bribes de son histoire reviennent à sa mémoire : du bonnet d'âne de Frère Jean dont l'effigie se balance au plafond au gré des courants d'air, des quelques mois trop courts vécus avec son Père, des bombardements par les avions des Américains, de la libération, du chewing-gum et de la musique made in USA. La fin du cauchemar. Dans cette vie tumultueuse, une grande absente : l'école. Il la suit en pointillés. Comment éprouver le désir d'apprendre, le bonheur d'apprendre. André François est tellement marqué par cette soif qui n'a pas été satisfaite qu'il est devenu formateur et éducateur. Son autobiographie devient alors un plaidoyer pour que renaisse l'école républicaine, celle qui ne laisse aucun des enfants sur le bas-côté. Le livre est destiné à tous les enfants qui sortent du système scolaire et à leurs parents. Aux enseignants, à tous ceux qui s'intéressent à l'école, aux responsables du système éducatif.

11/2012

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté