Recherche

Prix France Musique

Extraits

ActuaLitté

litterature italienne

Que justice soit rendue

À soixante-cinq ans, Roberto Doni est substitut du procureur général à Milan et il aimerait finir sa carrière en beauté: issu de la bonne bourgeoisie, passionné de musique classique et grand amateur des tableaux de Georges de La Tour, sa vision de la justice n’admet aucun compromis. Jusqu’au jour où Elena Vicenzi débarque dans son bureau, lui apportant les preuves qui innocentent un jeune Maghrébin, accusé d'un procès en appel où Doni est procureur. Convaincu par l’enthousiasme et la fraîcheur de cette journaliste free-lance qui réveillent en lui d’anciennes passions, le magistrat accepte de sortir des sentiers battus. Son enquête le conduira dans un monde qui lui était inconnu, celui de la banlieue milanaise multiethnique, débordant d’une vitalité parfois désespérée. Après bien des détours et de multiples conversations avec la journaliste et avec les témoins qu’elle lui a présentés, le jour du procès arrive enfin. Efficace et élégant, ce roman nous offre aussi une réflexion très originale sur les rapports entre Justice, Loi et Vérité. Giorgio Fontana, né en 1981, vit et travaille à Milan. Que justice soit rendue est son troisième roman, le premier traduit en France et dans d’autres pays. Il a obtenu le prix Racalmare-Leonardo Sciascia 2012. François Bouchard enseigne la littérature italienne des XIXe et XXe siècles à l'université de Tours. Il a traduit entre autres Pietro Verri, Vittorio Imbriani, Alberto Savinio, Massimo Bontempelli, Franco Cordelli et Giuseppe Pontiggia. Traduit de l'italien par François Bouchard

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

Baptiste

Ecrits à la première personne, ces mémoires apocryphes racontent l'irrésistible ascension d'un fils de meunier florentin devenu grand ordonnateur des plaisirs de Louis XIV. rn1687. Monsieur de Lully vient de mourir. Depuis le Parnasse, celui qu'on a toujours appelé Baptiste entame le récit de sa vie. rnTout commence sur les bords de l'Arno, en 1632. Giambattista Lulli, le petit bouffon déluré, trouve très vite en la personne de frère Bonaventure un maître de musique et un parfait initiateur au vice italien. Remarquablement doué pour le violon, et sans grandes inhibitions, il se lance un jour de fête au Palais Pitti dans une brillante chaconne improvisée, qui lui vaut d'être remarqué par un chevalier de Malte chargé par la Grande Mademoiselle de lui trouver un page pour lui apprendre l'italien. Voici Baptiste, à quatorze ans, en route pour Paris. rnToujours enclin à des fantaisies peu goûtées par les musiciens en place, italien de surcroît à une époque où il n'est pas bon de l'être en France, il ne tarde guère à être pris en grippe par les violons du roi. Commence alors pour le jeune Florentin une longue quête de l'intégration : il apprend le français, s'initie aux arcanes de la cour, et loue son violon dans un Paris où se lève la Fronde. Il rencontre l'amour en la personne du ténébreux Louis Couperin, en même temps que la débauche avec Tristan l'Hermite, d'Assoucy ou Saint-Amant. Son génie manifeste lui vaut la protection de Mazarin, puis l'amitié du jeune roi dont il devient le Maître à danser ; lui revient ensuite la très importante charge de la musique instrumentale. Toutes les faveurs sont accordées à celui que l'on nommera bientôt Monsieur de Lully. rnMais la mort accidentelle de son amant le bouleversera à jamais. Pour conjurer son immense peine, il se lance à corps perdu dans la musique et la quête du pouvoir, dans une fièvre de passion musicale, de liberté sexuelle totale, d'ambition immodérée, de cynisme et d'inventivité inépuisable. Il sacrifiera ainsi à l'obtention du privilège de l'opéra son amitié avec Molière. Rien n'arrête sa course effrénée jusqu'à ce que les intrigues, la fatigue, la maladie, et le tournant du règne, marqué par l'arrivée de la Maintenon, éloignent le souverain adulé des plaisirs mis en scène par le brillant Lully.

08/2002

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté