Recherche

Poupée volée

Extraits

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Poupée volée

Au début du roman, Leda, une femme divorcée et blessée, s'enfuit en voiture de son lieu de vacances près de Naples. Pourquoi part-elle si précipitamment ? Au bord de la mer, elle était subjuguée par une famille et plus précisément une très jeune femme, Nina (on pense à Lila du Nouveau nom) et sa fille Elena. Quand la petite Elena perd sa poupée, c'est toute la famille qui se mobilise pour la retrouver et ne pas gâcher ses vacances, jusqu'à des actions inquiétantes telle une battue organisée sur la plage. Le lecteur découvre que c'est la narratrice, Leda, qui a volé la poupée. Pourquoi ce geste insensé ? Va-t-elle la rendre ? Le portrait d'une femme qui oscille entre raison et folie, un subtil jeu de miroirs grossissants servi par une écriture sèche, précise, qui fouille la moindre plaie, sans pathos mais avec justesse et dureté.

09/2017

ActuaLitté

Littérature française

La symphonie du Nouveau monde

1938. A Marseille, Vladimír, tout juste nommé consul de la nouvelle Tchécoslovaquie, s'installe dans ses murs, ébloui par la vitalité du grand port. Pendant ce temps à Strasbourg, Bojena - jeune Praguoise en route pour l'Amérique – vole le bébé d'une autre émigrante, une Juive morte en couche. Ou le sauve ? En tout cas, elle poursuit son chemin avec l'enfant et sa poupée de chiffon. Mais à Munich, ce même an 1938, le sort de la Tchécoslovaquie est scellé. Celui de l'Europe aussi. Ce sera la guerre. Et plus que jamais la quête d'un Nouveau Monde. La tourmente européenne réunit tous ces destins en Provence. Séparations, retrouvailles, résistance, clandestinité... Jusqu'au retour à Prague et aux espérances trahies. La poupée a tout vu de ses yeux de nacre émerveillés. Elle a tout entendu. Dans ce tumulte terrible et merveilleux elle fait entendre sa petite voix où l'on retrouve l'humour, la poésie, la tendresse et la gravité de Lenka Hornakova-Civade.

08/2019

ActuaLitté

Policiers

Le dompteur de lions

C'est le mois de janvier et un froid glacial s'est emparé de Fjällbacka. Une fille à demi nue, surgie de la forêt enneigée, est percutée par une voiture. Lorsque Patrik Hedström et ses collègues sont prévenus, la jeune fille a déjà été identifiée. Il s'agit de Victoria, portée disparue depuis quatre mois. Son corps présente des blessures qu'aucun accident ne saurait expliquer : ses orbites sont vides, sa langue est coupée et ses tympans percés. Quelqu'un en a fait une poupée humaine. D'autres cas de disparitions dans les environs font redouter que le bourreau n'en soit pas à sa première victime. De son côté, Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire pour son nouveau bouquin. Une femme purge sa peine depuis plus de trente ans pour avoir tué son mari, un ancien dompteur de lions, qui maltraitait leur fille avec sa complicité passive. Mais Erica est persuadée que cette mère de famille porte un secret encore plus sombre. Jonglant entre ses recherches, une maison en perpétuel désordre et des jumeaux qui mettent le concept de l'amour inconditionnel à rude épreuve, elle est loin de se douter que pour certains, l'instinct maternel n'a rien de naturel... Avec ce neuvième volet de la série Fjällbacka, Camilla Läckberg signe un polar crépusculaire et violent. La reine du noir nordique s'y montre plus indomptable que jamais.

05/2016

ActuaLitté

Couple, famille

Une poupée en chocolat

Je suis une personne née sous X, qui ne possède rien de son passé : ni antécédents médicaux, ni arbre généalogique, ni mémoire familiale. Je dois donc écrire mon histoire pour ne pas être qu'une somme de silences, de traumas et de dépossessions. Ce livre est une trace, une archive, une pièce du puzzle que je tente de compléter grâce à l'analyse politique de ce qui m'arrive. On oublie trop souvent que si des familles sont constituées par l'adoption, c'est parce que d'autres, plus précaires, ont été détruites. Qu'il s'agisse des rapports de classes, des inégalités mondiales ou du continuum colonial, en contexte occidental, l'adoption est inscrite dans une histoire de violences. C'est de cette histoire que les personnes adoptées héritent ; contre ses persistances qu'elles luttent. Devons-nous être une tabula rasa pour que l'adoption fonctionne ? Qui sont nos vrais parents ? Est-ce une chance d'être adoptée ? Suis-je une vraie Noire ? Cet essai autobiographique invite à s'interroger sur l'identité, la filiation et la parentalité à partir du regard que nous, personnes adoptées, posons sur la famille et la société.

09/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

La poupée

" L'idée me plaît, bien qu'elle soit assez extravagante et folle. " Dans ses carnets, Daphné du Maurier évoque ainsi l'une de ses premières nouvelles, La Poupée. Publié dans une revue mais refusé par les éditeurs, le texte avait disparu jusqu'à ce qu'une libraire de Cornouailles, passionnée par la romancière anglaise, ne le retrouve avec d'autres récits de jeunesse, dont cinq totalement inédits. Une extraordinaire découverte, car ces nouvelles, écrites alors que l'auteur avait à peine vingt ans, donnent les clefs de ses grands romans. Et quelles clefs ! Qu'elle mette en scène la perversité d'une jeune femme aux moeurs mystérieuses, campe le portrait d'un pasteur corrompu et mondain, radiographie le délitement d'un couple, ou s'attache à suivre les déambulations d'une prostituée londonienne, l'auteur de Rebecca manifeste, à travers un imaginaire très singulier, une curieuse attirance pour les obscures manifestations de l'inconscient... Ces inquiétants récits révèlent une jeune femme très en avance sur son temps, critique de l'hypocrisie sociale, avec cette maîtrise du suspense et de la narration qui feront d'elle, en précurseur du thriller psychologique, l'inspiratrice d'Hitchcock et, tout simplement, une des plus brillantes romancières du XXe siècle.

05/2013

ActuaLitté

Policiers

La poupée des ténèbres

J'étais au bout du rouleau et j'avais décidé d'en finirquand j'ai rencontré Maeva, une jeune femme mystérieuse, tourmentée par un terrible secret. Très vite, jeme suis retrouvé au coeur d'une enquête épineuse, dansun monde d'illusions, louvoyant entre des "intérêts supérieurs" , une affaire de moeurs et des violences conjugales. De quoi me redonner goût à la vie, l'action ayanttoujours été mon fort, mais aussi de quoi être écoeuré àjamais par ce que les hommes sont capables de faire

11/2010

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté