Recherche

Paul Claudel

Extraits

ActuaLitté

Littérature

Camille Claudel, nos enfants de marbre ; fragments épistolaires

Sculptrices, Camille Claudel et Jessie Lipscomb se sont connues dans l'atelier de Rodin. En France, comme en Angleterre, être artiste-femme est compliqué, surtout dans l'ombre du Maître.Quand le doute l'envahit, celle qui signe mademoiselle Say se raccroche à son frère Paul.Laurence Creton reprend trente années de l'histoire de la célèbre artiste au caractère complexe, dans une correspondance inspirée de sa vie.Ce nouveau regard nous donne envie de redécouvrir son travail fabuleux. Professeure de Lettres, responsable de la maison d’édition du Revif à Paris, l’auteure baigne dans la littérature jusque dans ses activités associatives. Passionnée par toutes les formes artistiques, elle explore aujourd’hui celle de la sculpture. Avec Camille Claudel, nos enfants de marbre, Laurence rejoint la tradition du roman épistolaire.

03/2020

ActuaLitté

cannibalisme

Nus, feroces et anthropophages

" Admirablement présenté, avec toutes les illustrations de l'édition originale, un des témoignages les plus sensationnels et certainement le plus pittoresque que nous possédions sur les Indiens du Nouveau Monde à l'époque de la découverte."
Claude Levi-Strauss, lettre à l'éditeur

" Ce n'est pas le seul document qui nous ait permis de connaître les coutumes cannibales de certains peuples d'Amérique, mais l'intérêt du récit de Staden vient de ce qu'il a vécu, de l'intérieur, la situation d'un guerrier vaincu. "
Stéphane Deligeorges, Nouvelles littéraires

" Dans l'histoire de l'ethnologie, on connaît peu d'aussi beaux cas d'observation participante. "
Emmanuel Todd, Le Monde

" Un extraordinaire document connu depuis longtemps, mais resté dans les archives, qui nous montre la rencontre de l'Occident du XVIe siècle avec les cultures anthropophages. "
Catherine Clément, Le Matin
Henri Ternaux Compans (Traducteur), Marc Bouyer (Préfacier), Jean-Paul Duviols (Préfacier)

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

Derrida

Écrire la vie de Jacques Derrida (1930-2004), c’est raconter l’histoire d’un petit Juif d’Alger, exclu de l’école à douze ans, qui devint le philosophe français le plus traduit dans le monde, l’histoire d’un homme fragile et tourmenté qui, jusqu’au bout, continua de se percevoir comme un « mal aimé » de l’université française. C’est faire revivre des mondes aussi différents que l’Algérie d’avant l’Indépendance, le microcosme de l’École normale supérieure, la nébuleuse structuraliste, les turbulences de l’après-68. C’est évoquer une exceptionnelle série d’amitiés avec des écrivains et philosophes de premier plan, de Louis Althusser à Maurice Blanchot, de Jean Genet à Hélène Cixous, en passant par Emmanuel Levinas et Jean-Luc Nancy. C’est reconstituer une non moins longue série de polémiques, riches en enjeux mais souvent brutales, avec des penseurs comme Claude Lévi-Strauss, Michel Foucault, Jacques Lacan, John R. Searle ou Jürgen Habermas, ainsi que plusieurs affaires qui débordèrent largement les cercles académiques, dont les plus fameuses concernèrent Heidegger et Paul de Man. C’est retracer une série d’engagements politiques courageux, en faveur de Nelson Mandela, des sans-papiers ou du mariage gay. C’est relater la fortune d’un concept la déconstruction – et son extraordinaire influence, bien au-delà du monde philosophique, sur les études littéraires, l’architecture, le droit, la théologie, le féminisme, les queer ou les postcolonial studies. Pour écrire cette biographie passionnante et riche en surprises, Benoît Peeters a interrogé plus d’une centaine de témoins. Il est aussi le premier à avoir pris connaissance de l’immense archive personnelle accumulée par Jacques Derrida tout au long de sa vie ainsi que de nombreuses correspondances. Son livre renouvelle en profondeur notre vision de celui qui restera sans doute comme le philosophe majeur de la seconde moitié du XXe siècle.

Cahier photo papier et numérique
Couverture: Jacques Derrida, 1991 © Horst Tappe / Fondation Horst Tappe / Roger-Viollet

ActuaLitté

cinema, television, audiovisuel, presse, medias

Les sciences de l'information et de la communication (2e édition)

Cette nouvelle édition de l’ouvrage Sciences de l’information et de la communication s’adresse à tous ceux (étudiants, enseignants, praticiens) qui souhaitent mieux connaître ces sciences et leurs apports. Sont d’abord présentés les principaux objets sur lesquels portent les travaux de recherche actuels dans le domaine de l’informationcommunication. Les savoirs développés au sein de cette discipline font également l’objet de présentations synthétiques qui les rendent accessibles à un large public. Avec cet ouvrage, le lecteur dispose ainsi d’un vaste ensemble de contributions qui répondent à un double objectif: mettre à sa disposition tous les outils d’analyse nécessaires pour dépasser les préjugés ordinaires sur la communication ; comprendre le rôle qu’elle est amenée à jouer dans notre société.

Ont contribué à cet ouvrage :
Yanita Andonova (U. Paris 13), Christine Barats (U. Paris Descartes), Roger Bautier (U. Paris 13), Simone Bonnafous (UPEC), Robert Boure (U. Toulouse 3), Nicole D’Almeida (U. Paris 4 Sorbonne), Jean-Pierre Esquenazi (U. Lyon 3), Pascal Froissart (U. Paris 8), Michèle Gellereau (U. Lille 3), Jacques Le Bohec (U. Lumière Lyon 2), Guy Lochard (U. Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Jean-Paul Metzger (ENSSIB), Bernard Miège (U. Grenoble 3), Stéphane Olivesi (U. Versailles Saint-Quentin), Caroline Ollivier-Yaniv (UPEC), Isabelle Pailliart (U. Grenoble 3), Alice Krieg-Planque (UPEC), Roselyne Ringoot (IEP de Rennes), Denis Ruellan (U. Rennes 1), Jean-Claude Soulages (U. Lumière Lyon 2)

ActuaLitté

psychanalyse

Pour concevoir les aphasies ; une étude critique

En 1891, Freud publie son premier ouvrage sur la nature des troubles liés à la parole qu’on nommait du terme général d’« aphasies ». Il intervient ainsi au cœur d’un débat alors fort vif (près de 2300 publications sur la question en vingt ans). Ses qualités de lecteur critique – qu’on retrouve dans le premier chapitre de L’interprétation du rêve écrit neuf ans plus tard – y sont déjà patentes puisqu’il étudie dans leurs détails les contradictions des conceptions dominantes, non pour en imposer une nouvelle, mais pour dégager la problématique présente dans cette complexité théorico-clinique. Ce texte est rangé depuis longtemps dans les œuvres dites « pré-psychanalytiques » de Freud. Cette vérité chronologique (on date classiquement la naissance de la psychanalyse d’une lettre à Fliess fameuse de 1897) est d’une certaine façon trompeuse dans la mesure où Freud y façonne une théorie de l’« appareil à langage » qu’on retrouvera, dans ses grandes lignes, à tous les moments clefs de ses élaborations ultérieures. Lire cet ouvrage, c’est donc s’ouvrir à certains éléments décisifs du savoir freudien pris ici in statu nascendi, tout en se donnant la possibilité d’apprécier la rigueur de raisonnement que Freud sait appliquer aux indispensables données cliniques, qu’il parcourt inlassablement sans s’en contenter. Jamais réédité pendant un siècle, ce texte a fait l’objet d’une édition critique pour son centenaire en 1992. À cette occasion, Paul Vogel (puis, à son décès, Ingeborg Meyer-Palmedo) a entrepris de passer au peigne fin les nombreuses citations données par Freud aussi bien en allemand qu’en anglais ou en français, les trois langues où s’exprimaient la plupart des auteurs, tout en se souciant de donner ça et là quelques éclaircissements sur des passages devenus par trop allusifs avec le temps. Ceci nous vaut des « notes de l’éditeur » (NDE) qui viennent s’ajouter aux notes de Freud (NF). Une première traduction du texte de 1891 avait été donnée en 1983 par les PUF, due à Claude Van Reeth, avec une préface de Roland Khun. La nouvelle traduction proposée par les éditions Épel est due à Fernand Cambon. Elle prend appui sur l’édition critique de 1992, ce qui permet d’y intégrer, non seulement l’appareil critique de cette édition complétée de nouvelles « notes du traducteur » (NDT), mais aussi la remarquable étude de Wolfgang Leuschner, ici en postface, qui jette une vive lumière sur les aspects les plus techniques de l’ouvrage.

ActuaLitté

Église catholique

Orthodoxie

Histoire d’une âme, « autobiographie débraillée », cet essai inclassable n’a d’autre prédécesseur que son livre-frère, Hérétiques, paru trois ans plus tôt. Découvert par Paul Claudel, qui en traduisit l’un des chapitres, célébré par Charles Péguy, Orthodoxie est un livre touffu, foisonnant d’images et d’idées, dans lequel Chesterton expose la vigueur de sa foi à coups de paradoxes et de fantaisies. Car le christianisme excentrique de Chesterton est une quête qui conduit à l’émerveillement de l’enfance, c’est-à-dire au royaume des fées. Dénonçant l’injustice capitaliste, les thèses matérialistes et déterministes (à commencer par la théorie de l’évolution), Chesterton leur oppose une faculté irréductible de l’homme, qu’aucune machine ne pourra jamais remplacer: son rire et sa joie.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté