Recherche

Patrice Delbourg

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Patrick Modiano

Né le 30 juillet 1945, le discret Patrick Modiano a vu son œuvre célébrée dans le monde entier, et en France avant tout, par de nombreux prix littéraires. Il fait son entrée en littérature après sa rencontre avec Raymond Queneau, qui en fait son protégé, et la publication de son premier roman, Place de l'Étoile, en 1967 chez Gallimard.

ActuaLitté

Dossier

Affaire Renaudot : un auteur autoédité chez Amazon qui dérange

Depuis 1926, le prix Renaudot n’aura jamais autant fait parler de puis qu’en cette édition 2018. La présence d’un ouvrage autopublié chez Amazon, manifestement chouchou de Patrick besson, fait désordre. 

ActuaLitté

Dossier

Les Brontë, la famille prodige de la littérature britannique

Trois sœurs et un frère : à eux quatre, les enfants Brontë auront révolutionné la littérature britannique, chacun à leur manière. Nés entre 1816 et 1820, ils font partie d'une famille de six enfants, tous élevés dans un climat paisible, tourné vers la culture et l'éducation, sous la responsabilité de Patrick Brontë et Maria Branwell.

ActuaLitté

Dossier

Atlas historique mondial : l'histoire de l'humanité vue du 21e sièce

Depuis 40 ans, aucun projet d'atlas historique généraliste n'avait été réalisé. Les Arènes et la revue L'Histoire relèvent ce défi en donnant naissance au premier grand atlas historique mondial, sous la direction de Grantaloup et Patrick Boucheron. A partir de ses 500 cartes inédites, l'l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) et l'éditeur réaliseront conjointement une série de vidéos autour de thématiques spécifiques. 

ActuaLitté

Dossier

Dix textes, pour voyager, avec soi, vers les autres

Le poète Horace nous l’a dit voilà bien longtemps : « Nul ne peut se fuir soi, en quittant sa patrie. » On lui opposerait tout de même que les voyages forment la jeunesse et qu’il ne cause aucun tort de partir à la découverte du vaste monde. Quitte à n’y trouver que soi. Alors, justement, voici quelques titres sélectionnés pour les périples qu’ils proposent.

ActuaLitté

Dossier

Littératures de l'Imaginaire : questionner le monde de demain

Depuis le début de son aventure éditoriale en 2010, Scrineo a publié des romans imaginaires, portés par des auteurs et autrices exclusivement francophones – du steampunk à la dark fantasy, en passant par le fantastique et la SF. Les premiers titres ont permis de lancer une nouvelle génération comme Patrick McSpare et Olivier Peru, avec la série Les Hauts Conteurs (Lauréat du Prix des Incos 2012), Joslan F. Keller et Aurélie Laloum avec la série Via temporis et Marie Pavlenko et sa trilogie Le livre de Saskia

Extraits

ActuaLitté

Poésie

La banlieue des choses

La banlieue des choses est une dérive poétique où l'on suit les pérégrinations de Séraphin, un homme touché par les conflits existentiels et qui lutte contre la dépression. - Séraphin n'est pas à son mieux. Il survit d'opportunités, s'habille au décrochez-moi-ça, loge à la bonne franquette. Oui, Séraphin considérant a connu des jours meilleurs. La vue se trouble comme le fond d'une bouteille, le coeur fait du yo-yo. - Certains matins, il joue au vivant par inadvertance. Sa misanthropie va bon train, sa frivolité oiseuse aussi. Divorcé d'avec le monde contemporain, son emploi du temps ressemble à un faire-part. - Séraphin a mal à sa vie. " Malamavie ", ressasse-il de rade en estanco. Il consent, il glisse, il dérape. Vaque à sa rouspétance congénitale, désemparé. Certes, la poésie lui tient parfois la main, mais il a déjà perdu la bataille des lendemains. Par forfait.

06/2022

ActuaLitté

Littérature française

Le cow-boy du Bazar de l'Hotel de Ville

Eugène Gibloz est un employé pâlichon au légendaire rayon outillage en sous-sol du Bazar de l'Hôtel de Ville. Le soir venu, il a rendez-vous avec la vraie vie. Il abandonne sa tenue de grisaille et endosse une panoplie de cow-boy. Bottines brodées avec éperons, bandanas et chaps en cuir de buffle. Il effraie les vieilles dames et fait battre des mains les enfants. Pistolets à peinture ou colts nickelés de calibre 44 à canon court, il ne sait plus bien ce qu'il porte à la ceinture... Arsenal et quincaillerie s'enchevêtrent. Vieux Stetson vissé sur la tête, menton inquisiteur, le justicier à l'épate voudrait faire régner l'ordre au centre de Paris. Dans son quartier, dans son district, shérif d'un Marais à temps plein. Prompt à l'algarade, adepte de querelles au comptoir, ses journées cahotent entre parodie de film B et désespoir à gros grumeaux. C'est un roman d'amour que nous donne à lire un Patrice Delbourg au meilleur de sa forme d'hypocondriaque. Amour pour les marginaux, les en-dehors, pour le Pantruche qui a pris le maquis, pour les westerns improbables qu'il évoque avec une gourmandise jamais rassasiée. Une nostalgique "dernière séance" sous un ciel de Paname crépusculaire.

01/2014

ActuaLitté

Littérature française

Faire Charlemagne

Un homme chargé d'hivers marche dans les ruelles de son enfance. Antonin Chapuisat enseigne la littérature dans un vieux lycée de renom. Sous ses pas, le pavé de Saint-Antoine, près de la Bastille, ne ressemble plus à celui de naguère. Ses effectifs scolaires non plus. Ses classes d'élèves bigarrés et insolents l'insupportent. La capuche fait mauvais ménage avec le feutre taupé. Insensiblement, il glisse du mauvais côté du balcon. Chez lui, toute espérance est devenue bonsaï. En catimini, il subvertit l'emploi du temps éducatif, permute les auteurs du programme. Ainsi Saint-Exupéry par Henri Béraud, Malraux par Albert Paraz… Son enseignement commence à sentir le soufre. La tête dans le sac, capitulard, munichois des sentiments, insensible aux sensibilités culturelles et religieuses de son auditoire, Chapuisat radicalise ses interventions réactionnaires, culbute le vieil humanisme progressiste. Ça jase dans les couloirs. Les parents d'élèves se plaignent. Les altercations se multiplient dans les rangs, jusqu'à ce que le drame survienne entre deux collégiens à l'ombre des murailles de Philippe Auguste… Un roman cynique, désabusé, d'un pessimisme ravageur.

08/2016

ActuaLitté

Poésie

Longtemps j'ai cru mon père immortel

Tête-à-tête dans la chambre d'une villa, la chambre de l'hôpital, la chambre de long repos, la chambre de l'athanée. Les silences et les maldonnes cognent sous abri. Le ballet des aides-soignantes. Le corps du père qui s'échappe. Toute religiosité reste en congé. Et c'est tant mieux ainsi. Jusque dans le lit de souffrance, élégance et pudeur sont au rendez-vous. Un calembour comme dernière volonté. Plus de tampon. Plus de procuration. Plus de caution. La vie perd ses repères. Derniers jours à cru. Le passé n'est d'aucun secours. Le travail de deuil, mes amis, quelle vaste ineptie ! Fils unique, seul, interdit. En première ligne, désormais.

06/2012

ActuaLitté

Littérature française

Toujours une femme de retard

Urbain Azbine est un enfant du Marais. La tête dans les nénuphars, les pieds dans le limon. Né au milieu d'un bouquet de fleurs coupées à l'étal d'un pavillon Baltard. Dès ses premiers langes, il connaît un épisode de la guerre des Deux-Roses. Une de ses grands-mères vend des baccarats, l'autre des œillets... Le couple de ses parents recèle plus d'épines que de pétales. Lentement l'insidieuse terreur des fleurs se propage. Une émeute intime envahit son corps et ses émotions. Les femmes lui apparaissent comme une horde de calices inversés. Jamais il ne sera synchrone avec ses histoires d'amour, toujours en retard d'un baiser, d'une étreinte, d'une volupté. Solitaire et désemparé, Urbain prend de manière inexorable la fleur en grippe. Il saccage les éventaires, sape les parterres. Jusqu'à vouloir exterminer tout ce qui ressemble à un bourgeon en un gigantesque génocide végétal. Ce récit au sécateur du monde du commerce, saga réaliste du " tertiaire ", est autant un hommage au cadastre parisien des années soixante qu'au petit peuple des mandataires, ceux qui, selon Boris Vian, " s'en foutaient plein la dalle ". Patrice Delbourg nous prouve une nouvelle fois que l'humour à fleur de peau, même le plus noir, demeure le meilleur antidote à la mélancolie de vivre.

10/2005

ActuaLitté

Littérature française

Fils de chamaille

Le ring est le propre de l'homme et plus précisément de celui qui écrit. Aimé Ratichaud, auteur chargé d'automnes, arrivé au bout de son encre, ferraille encore pour publier... La prise de bec, l'invective, c'est son terreau, son compost. Gaétan Malinois, frais émoulu des écoles de gestion, récemment parachuté éditeur dans la maison où le boutefeu publie depuis plus d'un demi-siècle, lui fait face. L'affrontement sera inévitable. L'issue inéluctable. Le monde de l'édition s'affiche ici dans tout un cynisme sauvage et désopilant. De son côté, la mère d'Aimé Ratichaud, la Chamaille, n'a jamais été en reste d'une raillerie, d'un persifflage. L'insulte aux lèvres demeure un lourd atavisme familial. Aimé est tout entier enfant de la semonce. Chaque jour alimente sa vindicte contre la terre entière. On s'écharpe pour une broutille, on s'empoigne pour un regard. Théâtre dérisoire et pathétique d'une cruauté d'abord toute rhétorique, puis homicide. Discorde au clair ! Présentez hargne !

02/2019

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté