Recherche

Oxford

Extraits

ActuaLitté

Histoire de l'europe

Une brève histoire du Brexit

Avec ses rebondissements multiples et ses coups de théâtre, le Brexit ressemble à un vaudeville dont l’issue risque d’être dramatique. Mais qui y comprend quelque chose ? Les acteurs principaux – le Royaume-Uni et l’Europe, auxquels s’ajoute l’Irlande – semblent dépassés. Tous les scénarios sont désormais possibles, d’un Brexit sans accord à la prolongation du statu quo, tandis que le compte à rebours vers la sortie se rapproche de zéro. Avec ce livre, le grand historien de l’économie mondiale Kevin O’Rourke nous propose la perspective historique indispensable pour y voir plus clair. Le Brexit est le point culminant d’une campagne menée au Royaume-Uni depuis des dizaines d’années et dont les racines remontent jusqu’au XIXe siècle. L’Europe aussi a un passé qui explique la manière dont elle réagit au défi du Brexit. Quant à l’Irlande, elle est au cœur de cet imbroglio qui pourrait – avec la question de la frontière – réanimer les vieux démons de la guerre civile. C’est ce drame complexe, dont l’issue nous concerne tous, qui est ici expliqué de manière lumineuse. Kevin O’Rourke est professeur d’histoire économique à Oxford, titulaire de la très prestigieuse Chichele Chair à l’All Souls College, et professeur invité à Sciences Po Paris. Irlandais de mère danoise, il vit à Dublin et à Saint-Pierre- d’Entremont, un village français dont il est conseiller municipal. 

10/2018

ActuaLitté

Non classé

L'affaire sparsholt

En octobre 1940, David Sparsholt fait son entrée à Oxford. Athlète et rameur acharné, il semble d'abord ignorer la fascination qu'il exerce sur les autres - en particulier sur le solitaire et romantique Evert Dax, fils d'un célèbre romancier. Tandis que le Blitz fait rage à Londres, l'université d'Oxford apparaît comme un lieu hors du temps où les attirances secrètes s'expriment à la faveur de l'obscurité. Autour de David, des liens se tissent qui vont marquer les décennies à venir.Dans ce nouveau roman magistral, Alan Hollinghurst, l'un des plus grands romanciers anglais contemporains, dessine le portrait d'un groupe d'amis liés par la peinture, la littérature et l'amour à travers trois générations. Après L'Enfant de l'étranger, prix du Meilleur Livre Etranger, il poursuit une oeuvre exigeante." Peut-être le plus beau roman d'Alan Hollinghurst. " The Guardian
traduction François Rosso

08/2018

ActuaLitté

littÉrature anglo-saxonne

Les carnets de Victor Frankenstein

Depuis sa publication en 1818, Frankenstein, le célèbre chef-d'œuvre de Mary Shelley, a inspiré quantité d'artistes, de romanciers et de cinéastes. À son tour, Peter Ackroyd donne son angoissante version d'une extraordinaire histoire. L"auteur de ces carnets, le narrateur, c'est Victor Frankenstein lui-même, jeune étudiant genevois. Venu à Oxford poursuivre ses études, il se lie d'amitié avec Percy Bysshe Shelley dont l’athéisme passionné enflamme son imagination. Leurs idées avancées (et scandaleuses pour l’époque) valent aux jeunes gens d’être renvoyés de l’université. Ils se retrouvent à Londres, où Victor entend poursuivre ses expériences sur l’électricité et – pourquoi pas? – réinsuffler la vie à un mort. Grâce aux théories de Galvani, à un matériel impressionnant et aux cadavres bien frais fournis par l’abominable secte des « résurrectionnistes », il n’y réussit que trop bien… Commence alors, dans une atmosphère pesante et embrumée, l’infernale poursuite: unis par un pacte impossible, créateur et créature se pourchassent. Les énergies en présence, « galvaniques » ou intellectuelles, s’emballent, confirmant la théorie de Mary Shelley, selon laquelle l’homme, quoique conscient de courir à sa perte, ne manque pourtant pas d’y courir.

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

Toute Histoire Est Histoire D'Une Pensee ; Autobiographie D'Un Philosophe Archeologue

Robin George Collingwood est peu connu du public français, alors qu’il fait depuis longtemps partie des classiques dans le monde anglo-saxon. Professeur de philosophie dans l’un des Colleges les plus réputés d’Oxford, il s’est révélé dans le même temps l’un des maîtres de l’histoire de la Roman Britain, cette Angleterre occupée pendant des siècles par Rome. D’un côté, il se trouvait donc enseigner la philosophie aussi bien ancienne que moderne ; de l’autre, il menait des fouilles pour construire un savoir historique cohérent sur une époque où les données textuelles sont plus que rares. Ce double mouvement l’a amené à des réflexions sur la nature de la tâche historienne qu’il n’a guère livrées que vers la fin de sa vie (relativement brève: il meurt en 1943, à cinquante quatre ans). Ainsi publie-t-il d’abord des ouvrages sur l’art, la religion, l’histoire de la philosophe, avant de se lancer dans des éclaircissements sur sa conception de l’histoire dans lesquels il stigmatise ce qu’il appelle « l’histoire ciseaux-pot-de-colle », désignant par là ces historiens qui ne connaissent que leurs « sources » textuelles, qu’ils découpent et recollent à leur guise. Le travail de l’archéologue, remarque-t-il, ne consiste pas à creuser là où il pense qu’il y a quelque chose à trouver, mais à se poser des questions à partir de son savoir lacunaire, et à chercher ce qui lui manque pour arriver à un minimum de consistance rationnelle. Collingwood part donc de l’idée qu’on ne trouve, pour peu qu’on soit chanceux, que ce qu’on cherche, quitte à ce que d’heureuses surprises viennent troubler ce plan de base. En philosophe, il généralise les leçons de cet apprentissage pour considérer qu’une proposition, quelle qu’elle soit, n’a de sens que relativement à la question, au problème, à l’aporie qu’elle entend solutionner. Ce qui revient à privilégier l’histoire dans l’étude même de la philosophie puisqu’un énoncé ne sera désormais reçu qu’au prix d’avoir été ramené, non seulement à son « contexte », mais aussi à ce qui depuis longtemps risque de s’être complètement dissipé et qu’il faut donc reconstruire, à savoir la question à laquelle il doit le jour. Dans cette Autobiographie, qu’il écrit rapidement en sachant que les années lui sont comptées, il livre, sous une forme libre et souvent drôle, les étapes de sa vie intellectuelle qui l’ont conduit de l’Oxford realism de sa jeunesse (devenue sa bête noire dès l’âge mur) à une vision de l’historien qui alimente encore aujourd’hui de nombreux débats en langue anglaise.

ActuaLitté

guerre mondiale (1939-1945)

Tête haute

À quatre-vingt douze ans, Jean-Claude Servan-Schreiber publie ses souvenirs de guerre, relatant ainsi un parcours extraordinaire au service de la France. Petit-fils de commerçants juifs allemands arrivés en France en 1875 et parfaitement assimilés, il a accompli les meilleures études à Paris et à Oxford. Dès lors, quels pouvaient être son destin et ses choix, en 1940, quand la France se coucha devant l’envahisseur nazi? Mobilisé dès le 13 septembre 1939, il avait vécu l’humiliation de la défaite. Tandis qu’un certain nombre de ses condisciples, fatalistes, plièrent l’échine, lui n’hésita guère: son chemin était tracé. D’emblée, il choisit de résister et de rallier l’Algérie et la France Libre, via l’Espagne et ses camps où il fut ensuite détenu plusieurs mois. Il débarqua sur les côtes de Provence en août 1944 et fit une guerre exemplaire en tant que lieutenant dans un régiment de chars de la vaillante 1ère division blindée du futur maréchal de Lattre de Tassigny. Et pourtant, cela n’empêcha pas que, malgré son courage, ce catholique par choix, engagé dans une arme, la cavalerie, profondément « vieille France» et antisémite, se vit refuser, un temps, la Légion d’honneur du fait de sa naissance.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Rappeler Roland

Le thème de la bataille et de ses représentations dans notre culture est au cœur de la proposition de Frédéric Boyer. Il s’est intéressé à l’écriture de cette épopée, la Chanson de Roland, la première en langue française, le premier grand texte français qui s’éprend de la défaite pour chanter la gloire d’un empire fantasmé (celui de Charlemagne), 350 ans après les faits, et au moment où l’Europe médiévale se lance dans les croisades. Frédéric Boyer va jusqu’à interroger la lente déformation de la légende médiévale dans l’Europe de la Renaissance. Le fantôme de Roland est partout présent. Il semble gêner jusqu’au merveilleux Don Quichotte qui en fait un de ses modèles certes, mais avec difficulté devant la folie, la fureur qu’on lui prête alors. Quelles blessures, quel trauma cherche-t-on à exorciser avec une telle création? Raconter la bataille (ou la représenter), au-delà de ses fonctions politiques, religieuses, idéologiques, a d’autres effets et sans doute d’autres origines. Rappeler Roland est un triptyque composé d’un texte original, « Rappeler Roland », monologue écrit pour la scène dont la création se fera en deux temps, à l’auditorium du musée du Louvre le 19 janvier 2012 et à la Comédie de Reims en mars 2013 ; d’une nouvelle traduction intégrale de la Chanson de Roland (version du manuscrit d’Oxford qui date du XIIe siècle) qui tente d’offrir en français contemporain une version en décasyllabes avec respect de la césure épique (4 + 6) ; et d’un essai, « Cahier Roland » (se battre est une fête), consacré au thème de la bataille et du combat dans notre culture, à partir de l’histoire mystérieuse de la Chanson de Roland. Aujourd’hui Frédéric Boyer veut rappeler Roland... Dans les mots et dans les défaites contemporaines. Dans les guerres que nous n’avons pas connues et les batailles que d’autres livrent pour nous aux confins d’un monde déchiré.

01/2013

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté