Recherche

Nêne

Extraits

ActuaLitté

Romans & contes

Les bizarres, Tome 01

Quelle est la chose la plus bizarre que vous pouvez imaginer ? C'est tout ? Et vous appelez ça bizarre ?!Vous devriez rencontrer Kipp Kindle, Tobias Traîtrise et Coralie Chan. Ils vivent tous les trois à Huggabie City, la ville la plus bizarre au monde. On y trouve des piranhas végétariens, des chauve-souris tueuses, un rat de laboratoire qui s'appelle Ralph et qui ne parle que portugais (Bem oui...!), et puis de la confiture, des tonnes de confiture... À Huggabie City, toutes les rues portent le même nom, et, vous l'aurez compris, tous les habitants sont bizarres. Mais une terrible catastrophe frappe la ville et les parents de Kipp sont les premiers touchés. Lorsque Kipp rentre chez lui, il doit se rendre à l'évidence : sa famille est devenue terriblement... normale ! Et tout le monde sait que la normalité gâche la vie. Les trois amis décident de mener l'enquête, car la contagion se propage à travers toute la ville. Or il se trouve justement qu'un certain Pestilent Dark a créé une agence d'éradication de l'étrangeté. Les trois amis sont sûrs d'avoir trouvé le coupable et commencent une filature, mais leur prof de maths, sorcière à ses heures, lance des chauves-souris sanguinaires à leurs trousses. Heureusement, grâce à Ralph, ils arrivent à s'en sortir sains et saufs. Ils apprennent alors que le gouvernement a créé la ville de Huggabie City pour rassembler tous les individus présentant le gène de l'étrangeté. Et qu'un scientifique a trouvé le moyen d'éradiquer ce gène en diluant son remède dans l'eau du robinet. Les trois enfants réussissent à déjouer les plans du scientifique et du gouvernement. L'étrangeté de chacun peut de nouveau s'exprimer, au grand soulagement des trois amis...

09/2019

ActuaLitté

Non classé

Le nouvel antisémitisme en France

Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Paris, Sarah Halimi, une retraitée de 66 ans, ancienne directrice d'école maternelle, est battue à mort avant d'être défenestrée. Malgré des preuves flagrantes, il aura fallu près d'un an pour que la justice retienne le caractère antisémite de l'acte. Pire encore, ce crime a longtemps été occulté par les médias. Pourquoi ce silence ? Quelle est cette gêne pour nommer la nouvelle haine des Juifs en France ? D'où vient cette complaisance de la part de certains ?
Seize intellectuels ont décidé de se mobiliser pour dénoncer un véritable déni de réalité et réhabiliter la mémoire de Sarah Halimi. L'assassinat de Sarah Halimi autant que les crimes antijuifs commis en France depuis les années 2000, leur traitement médiatique et judiciaire, dessinent les contours d'un tournant idéologique particulièrement inquiétant.
Ces textes ici rassemblés tirent le signal d'alarme et appellent à une urgente prise de conscience. Car la violence dont sont victimes les Juifs est révélatrice d'une menace qui va bien au-delà de la seule communauté juive. Cette menace touche notre société, nos libertés et notre République.

04/2018

ActuaLitté

Non classé

Le jeu de l'amour et du théâtre

Celle qui, le 5 juillet 1934, est reçue à la Comédie-Française à l’âge de 20 ans ne vient pas d’une famille ordinaire. Musiciens – son père est compositeur, sa mère harpiste –, comédiens, peintres: ne dit-on pas que les Casadesus ont le « gène de l’art »? Gisèle Casadesus évoque ici son étincelant parcours au sein de la prestigieuse compagnie, qui la verra jouer sous la direction de metteurs en scène tels que Jacques Copeau ou Louis Jouvet, et en compagnie des meilleurs comédiens de son temps comme Pierre Fresnay, Madeleine Renaud, Jean-Louis Barrault… En 1937, elle créera le rôle principal d’Asmodée, pièce de François Mauriac, sous l’oeil de l’auteur. Son récit nous mène au coeur du Théâtre-Français, mêlant anecdotes savoureuses, description du travail de comédien et narration des voyages en paquebot qu’entreprenait la troupe, reçue triomphalement en Amérique. Elle retrace aussi sa carrière cinématographique entamée dès 1934 avec L’Aventurier de Marcel L’Herbier et poursuivie avec les plus grands: Raimu, Michel Simon, Jean Gabin… Plus près de nous, elle connaît un beau succès public avec en 2010 La tête en friche, en compagnie de Gérard Depardieu, et en 2012 Sous le figuier d’Anne-Marie Etienne. Ce livre est une traversée du siècle. Mais c’est surtout le passionnant témoignage d’une femme qui, malgré une carrière de premier plan, a réussi sa vie amoureuse – le couple heureux qu’elle a formé avec le comédien Lucien Pascal a duré… 72 ans! – et sa vie de mère de quatre enfants (dont le chef de l’orchestre de Lille, Jean-Claude Casadesus). Dernier « monstre sacré » du théâtre français, Gisèle Casadesus est aussi d’une fine lucidité sur le « jeu de l’amour et du théâtre » qui a constitué toute sa vie, et qu’elle raconte avec beaucoup d’humour, de jeunesse et d’humanité.

ActuaLitté

autobiographies contemporaines anthologies/dico

Le gène du garde rouge ; souvenirs de la Révolution culturelle)

"À ce jour, en Chine et dans la diaspora chinoise, ce livre est sans exemple. Autant par ce qu’il dit que par la forme choisie pour le dire. C'est un témoignage violent, éprouvant, qui ne s’attarde pas, mais n’omet aucun détail. C’est une épopée sans apprêt qui déploie ses séquences en rafale, sans se soucier de reprendre souffle, comme s’il s’agissait, à cinquante ans de distance, de ne pas perdre un instant. Car ces Souvenirs de la Révolution culturelle se donnent en urgence et utilisent la scansion poétique afin que les infamies, les meurtres, les tortures, les règlements de compte et les traquenards de la survie restent sur le qui-vive. Excepté les suppliciés, personne ne sort indemne de ce chaos collectif. L’auteur pas plus que quiconque. Il fut à la fois victime et coupable, et l’impact de sa parole tient à cet aveu. Persécuté (le cadavre de son père jeté aux ordures et sa mère à mendier dans les rues), il ne cache rien de son embrigadement progressif, de l’irruption, voire de la révélation, dans sa conscience et dans son corps, de ce terrifiant 'gène du garde rouge' dont il sait qu’il ne se débarrassera jamais tout à fait, quelque remords, volonté ou désir qu’il en ait désormais. Luo Ying signe ici un texte d’une lucidité sans faille, dont la visée manifeste est d’en finir au plus vite avec l’amnésie institutionnalisée de Pékin à Shanghai, de Yinchuan à Hong Kong. Sans illusion cependant, puisqu’il ne peut qu’acquiescer au verdict de Paul Veyne qui, en dernière analyse, affirme que "l’Histoire est méchante". " André Velter.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Une semaine dans la vie de Stephen King

« Il entre sans se presser, désinvolte. Un sourire au coin des lèvres, grand, un peu voûté, la démarche hésitante. Sous les flashes qui crépitent, malgré l’interdiction, ses yeux pétillent. Mi-gêné, mi-amusé, l’air de rien, il sort de sa coquille, prend quelques secondes pour observer la foule, curieux, vulnérable, perplexe. Le temps de traverser l’estrade, il endosse une nouvelle carapace, drapé dans le statut qui a réuni ici près de trois cents journalistes venus des quatre coins de la planète: celui de l’écrivain le plus célèbre au monde. » Du 12 au 16 novembre 2013, Stephen King a passé une semaine à Paris pour promouvoir son nouveau livre, Docteur Sleep. L’occasion pour des milliers de lecteurs de rencontrer leur auteur fétiche, et pour Alexandra Varrin de transformer cet événement exceptionnel en véritable quête identitaire et introspective. Au cours des cinq rendez-vous qui jalonnent cette semaine, elle se replonge dans l’œuvre monumentale de son idole, et poursuit, tout en interrogeant notre rapport à la fiction, son propre autoportrait.

ActuaLitté

litterature italienne

Le professeur et la sirène

Au cours de l’intense saison créatrice qui coïncide à peu près avec les deux dernières années de sa vie, Giuseppe Tomasi di Lampedusa ne rédige pas seulement un des chefs-d’œuvre de la littérature italienne, mais aussi trois nouvelles et un long récit autobiographique. Au fil des pages rassemblées ici, le lecteur éprouvera la joie d’entrer, en quelque sorte, dans le laboratoire de l’auteur, de retrouver les lieux de son enfance, ces vastes demeures siciliennes qui rappellent les immenses palais du Guépard, les personnages du grand roman ou leurs descendants, et les thèmes universels de la mort et de la beauté. Le professeur de la merveilleuse nouvelle qui donne son titre au recueil évoque le prince de Salina, qui lui-même évoque Lampedusa: fiction et autofiction sont comme toujours intimement mariées. La nouvelle traduction de Jean-Paul Manganaro, un des plus grands traducteurs de l’italien, rend justice à la prose d’un des plus grands écrivains contemporains. Né à Palerme en 1896, Giuseppe Tomasi, duc de Palma et prince de Lampedusa, a vécu jusqu’à 60 ans la vie d’un aristocrate sicilien de grande culture européenne. Entre 1955 et 1957, année de sa mort, il rédige son chef-d’œuvre, Le Guépard, aujourd’hui traduit dans le monde entier. Jean-Paul Manganaro est professeur émérite de littérature italienne contemporaine à l’université de Lille 3. Lauréat du prix Halpérine-Kaminsky Consécration et du prix Laure-Bataillon Classique, il a traduit plus de cent soixante-dix romans italiens en français, dont Gadda, Calvino, Bene, Del Giudice, Mari…Traduction, préface et notes par Jean-Paul ManganaroPostface de Gioacchino Lanza Tomasi

04/2014

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté