Recherche

Mon Algérie

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Albert Camus

Né en 1913 en Algérie, Albert Camus fait ses études à Alger, où il profite de ma bienveillance d'un de ses instituteurs, Louis Germain, pour lequel il conservera une reconnaissance intacte. Fréquentant un temps le Parti communiste algérien, il s'en éloigne rapidement et, en 1940, il quitte l'Algérie pour s'installer à Paris avec Francine Faure. Deux ans plus tard parait L'Étranger, premier roman et immense succès d'Albert Camus.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Anne Frank et son Journal

Morte en 1945 à Bergen-Belsen, Anne Frank a légué à l’humanité un journal devenu historique. Ce récit fait part des réflexions qui occupent la jeune adolescente, alors qu’elle est partie avec sa famille aux Pays-Bas, pour échapper aux nazis. Nous sommes en 1942, elle a 13 ans. 

ActuaLitté

Dossier

Yasmina Khadra : le goût de la liberté

Il est aujourd'hui le romancier algérien le plus lu au monde, et l'un des auteurs francophones les plus traduits sur la planète. Yasmina Khadra est entré dans le Petit Robert en 2014, alors que sortait son nouveau roman, Les anges meurent de nos blessures. À cette occasion, il assurait, comme une poétique de son écriture : « Je suis responsable de chaque mot dans mes livres. Je peux me tromper, mais je ne triche pas. J’explique ce que je crois avoir compris, raconte ce que je crois savoir. »

ActuaLitté

Dossier

Le métier d'éditeur : mythes et légendes au pays des histoires

Comment l’industrie qui vend des romans, des albums, des récits fantastiques, terrifiants, pourrait échapper à faire elle-même l’objet d’histoires ? Pas la Grande Histoire Littéraire, que l’on invoque avec des majuscules, non. Celle des rumeurs, du qu’en-dira-t-on, entre bruits de couloirs et légendes urbaines.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Andrée Chedid

Née le 20 mars 1920 au Caire, en Égypte, sous le nom Andrée Saab, Andrée Chedid y mène ses études, apprenant le français et l'anglais, et utilisant de manière ponctuelle l'arabe. Avec son mari Louis Selim Chedid, qu'elle épouse en 1942, elle part au Liban l'année suivante, où elle publie son premier recueil poétique, On the Trails of My Fancy, sous le pseudonyme A. Lake.

ActuaLitté

Dossier

Festival international de la bande dessinée d'Angoulême

Qu'on l'apprécie ou non, le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême reste l'une des plus grandes manifestations du monde consacrées à la bande dessinée. Chaque année, au mois de janvier, toute la ville d'Angoulême, mais aussi la France, découvre et redécouvre des œuvres du neuvième art. Avec son lot de dédicaces, d'événements, d'expositions, de débats, de récompenses et de mises en avant, le FIBD est ce moment spécial dans l'année où la bande dessinée est au cœur de l'espace médiatique.

Créé en 1974, reconnu dans le monde entier, le FIBD est aussi l'occasion de placer la création hexagonale en avant, même si toute la francophonie, et plus largement toutes les nations, sont accueillies sur place. 

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Mon Algérie

Appelé sous les drapeaux pour son service militaire, Michel Lephilipponnat préfère partir pour l'Algérie rejoindre le 156 ème régiment d'infanterie - de Corée, dont la devise est "Marche ou crève. Il en rapportera des souvenirs sous forme de photographies qu'il vous dévoile aujourd'hui.

11/2017

ActuaLitté

Poésie

Algérie mon amour

Algerie mon Amour, Voyage Intérieur est un ouvrage poétique et photographique.

04/2014

ActuaLitté

Récits de voyage

Algérie, mon amie

S'appuyant sur les récits de neuf écrivains voyageurs et l'œuvre du photographe Jean Geiser, la plasticienne, Gwenaëlle Trolez, a réalisé des tableaux riches, colorés et chaleureux, faisant revivre l'Algérie du XIXe siècle. Chaque artiste offre aux lecteurs ses découvertes et sa vision de ce pays, originale et captivante. L'œil du peintre, la délicatesse du poète, la plume de l'écrivain, la curiosité de l'explorateur... Ensemble, ils dressent un portrait magnifique de l'Algérie, de ses paysages, de ses coutumes et de ses habitants qui " aiment les chants, la musique, les femmes, la poudre, et par-dessus tout, l'indépendance ". Ce carnet de voyage à multiples voix invite à redécouvrir cette amie intime qu'est l'Algérie.

11/2008

ActuaLitté

Histoire de France

Mon oncle d'Algérie

" Mon grand-oncle m'a longtemps fait l'effet d'un vieux monsieur grincheux, toujours en colère contre la terre entière. Jusqu'à ce que je découvre, des années après sa mort, par hasard, sur Internet, quelques lignes sur sa vie d'anarchiste en Algérie. Il venait d'une famille juive berbère, peut-être installée là depuis l'Antiquité. Ses ancêtres étaient des dhimmis sous la régence turque, des indigènes sous l'Empire colonial français, avant que le décret Crémieux, en 1870, en fasse des citoyens de la République. Fernand Doukhan voit le jour à Alger, en 1913. Il est le premier homme de la famille à naître français, le premier à avoir un prénom qui ne soit pas hébraïque, le premier à devenir instituteur - et pas matelassier ou colporteur... Lorsque le FLN attaque, dans la nuit du 1er novembre 1954, Fernand Doukhan a déjà choisi son camp : l'indépendance. Il fait partie des premiers réseaux de porteurs de valises, ceux des anarchistes et des trotskistes. Il est arrêté pendant la bataille d'Alger, enfermé dans un camp d'internement, près de Médéa, où la France éloigne les pieds-noirs indépendantistes, puis expulsé du pays. En avril 1958, des policiers le poussent sur un bateau pour Marseille. Il ne retournera jamais en Algérie. Il est mort voilà presque quinze ans. Sans laisser de lettres, de journal intime, d'enfants. Ce livre a été un voyage dans le passé, sur les traces qui restent de lui, dans les endroits où il a vécu, dans les archives, dans les mémoires de ceux qui ont croisé sa route. Il raconte une autre histoire des Français d'Algérie ".

11/2010

ActuaLitté

Histoire internationale

Souvenirs d'Algérie 1840-1842 : Erinnerungen aus Algerien

" Sincèrement, parfois, j'en viens à croire que cette guerre est une guerre d'extermination ", tel est le jugement que porte Clemens Lamping sur la colonisation de l'Algérie, et ceci en 1841. Originaire de l'Allemagne du Nord, engagé dans la Légion étrangère à 28 ans, Lamping participe, de 1840 à 1842, à différentes expéditions dans l'Algérois et dans l'Oranais. Ses Souvenirs peuvent se lire comme une chronique minutieuse, presque objective, de la conquête de l'Algérie. Lamping se pose plus en observateur qu'en soldat. Curieux de tout, il s'intéresse non seulement à la vie et à l'organisation militaires au sein de la Légion étrangère, mais encore aux populations citadines et rurales qu'il rencontre. Ne prenant aucun parti dans le conflit colonial, Lamping présente des faits bruts et des réalités brutales, corroborés par d'autres témoignages que son récit complète. Certaines événements, certaines anecdotes, ne sont cependant connus que par ces Souvenirs. Le texte allemand de Lamping, édité en 1844-1846 et tombé dans l'oubli depuis, paraît ici pour la première fois en traduction française. Il mérite d'être lu et étudié dans le contexte historique de la colonisation dont il reflète les engagements et dénonce impitoyablement les excès.

01/2000

ActuaLitté

Histoire internationale

Algérie : les oursins de mon enfance

Le livre de Pierre Testud a plusieurs entrées possibles, plusieurs regards mémoriels s'entrecroisent, celui de l'enfance avec sa naïveté, sa tendresse, son innocence, celui récent de l'adulte sexagénaire qui retrouve ses racines, celui de l'histoire collective avec ses déchaînements, ses drames et ses fureurs. Ces trois approches, parfois mélangées, imbriquées, parfois juxtaposées, qui se complètent et se répondent l'une à l'autre, composent un tableau polychrome, vivant et captivant, du passé de l'Algérie avec toute la complexité des rapports entre les différentes communautés qui y vivaient et qui l'ont construit. Comme le dit Jacques Pradel dans sa préface, "... je suis vite entré dans le jeu, habile, efficace, du mélange entre moments où l'auteur se retrouve en 2016 à Novi au milieu d'amis d'enfance qui l'avaient rappelé, où il parle de l'histoire du pays, longue ou pas, de la Kahena, à Abd-el-Kader et la conquête, des horreurs de la colonisation au "quotidien des gens" suivant Camus, à la montée du mouvement nationaliste et au déclenchement de la guerre d'indépendance ; où il revient sur l'histoire de sa famille, de son aïeul quarante-huitard jusqu'à lui enfant, du silence protecteur dont on l'entoure malgré l'angoisse qui monte, de la fin tragique et du départ, l'exil résigné parce qu'on n'a pas pu ou su choisir. On avance progressivement et ces allers-retours permettent, m'ont permis, d'apprécier mieux la cohérence du tout...

01/2020

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté