Recherche

Mohammed Berrada

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Littérature étrangère

Loin du vacarme

Après plusieurs mois de chômage, un jeune Marocain diplômé se voit enfin confier des travaux d'enquête par un historien chevronné. Il est chargé de mener et d'analyser des entretiens dans le cadre d'une étude d'envergure sur l'évolution de la société depuis l'indépendance. Captivé par les récits francs et intimes de ses différents interlocuteurs, surpris par l'évolution des moeurs et des idéaux, par les chemins que chacun emprunte pour s'adapter aux mutations politiques et sociales au cours des cinquante dernières années, il décide d'en faire un roman. Ecrire hors du cadre universitaire revient pour lui à braver la censure de l'histoire officielle. A travers quatre personnages, le narrateur lui-même, un avocat conservateur né sous le protectorat français, son confrère né juste après l'indépendance et militant socialiste, une jeune psychiatre féministe qui vient de rentrer de France pour animer un salon de philosophie, et tout en explorant des moments clés de l'histoire du Maroc contemporain, l'auteur s'interroge, comme dans ses précédents romans, sur la relation entre la réalité et la fiction, la mémoire et l'oubli, le moi et l'autre.

02/2019

ActuaLitté

Littérature étrangère

Vies voisines

Trois personnages, une femme émancipée, hôtesse de l'air de son métier, un homme du peuple, averti et charmeur, et un vieux politicien déluré, se racontent et se confient, se croisent et se séduisent, s'entraident et se dupent. En filigrane de leurs confessions se dessine une image contrastée de la société marocaine contemporaine, avec ses aspirations au changement et ses blocages structurels. Les "vies voisines" sont autant de quêtes existentielles qui questionnent 1'origine du plaisir, le sens et la raison d'être au monde, le drame de la temporalité et de la finitude humaine. Aux voix des personnages principaux s'ajoute celle d'un narrateur qui a partagé la vie, voisine, des trois héros, enregistré leur récit et qui le relate ici. S'élève enfin la voix d'un conteur, ou râwî, figure centrale de la littérature populaire arabe. Il se charge de mettre à distance et de présenter ces existences entremêlées. Chacune est ainsi contée plusieurs fois, jusqu'à ce que le conteur, revendiquant sa propre subjectivité, choisisse à sou tour sou mode de narration. On retrouve dans Vies voisines le souci permanent de Mohamed Berrada d'associer "les modalités traditionnelles de la littérature arabe et les procédés de la narration occidentale, pour livrer les clefs des désarrois identitaires du Maroc contemporain".

02/2013

ActuaLitté

Littérature française

Miroirs en fuite. Anthologie de nouvelles marocaines contemporaines

"Les douze nouvelles de ce recueil résonnent dans l'espace ample et lointain, derrière les plaines et les montagnes, tandis que tourne autour d'eux d'un pas rapide un cortège portant bien haut les traits de la société marocaine à venir." Mohammed Berrada

09/2012

ActuaLitté

Histoire internationale

Une élite de transition. Les entrepreneurs marocains des années 60

Nous sommes bien loin aujourd’hui de la pensée économique dominante des années 60, où le terme de «libéralisme» était banni et où les doctrines économiques en vogue présentaient l’expérience soviétique et son système de planification comme le modèle à suivre par les pays nouvellement indépendants. Bien évidemment, dans cet état d’esprit, l’entrepreneur n’était pas bien considéré. Lorsqu’au lendemain de l’indépendance, l’Etat a mis en oeuvre sa politique d’industrialisation par substitution d’importation, en vue de créer un pôle industriel national, avec des mesures incitatives généreuses, c’est ce dernier qui en profite le premier, en créant une série d’entreprises publiques dans plusieurs branches d’activité industrielle, souvent avec une position de monopole, donnant naissance à un véritable capitalisme d’Etat. Mais parallèlement, peu à peu, on voit aussi venir investir dans l’industrie, des entrepreneurs marocains, issus d’activités commerciales traditionnelles. Un comportement nouveau de la part de ces commerçants, dans un environnement chargé de contraintes, marqué par le poids de l’Etat, et par des préoccupations d’ordre technique auxquelles ils n’étaient pas habitués. Ces nouveaux entrepreneurs «postindépendance» ont du mérite. Ils sont les pionniers du capitalisme privé marocain. Le Maroc a bien changé depuis. Après l’apparition de l’élite d’entrepreneurs traditionnels des années 60, on a assisté à l’émergence de nouvelles élites qui se sont succédées, conduisant sans cesse à une recomposition du capitalisme privé marocain. Si aujourd’hui on voit se multiplier les initiatives destinées à stimuler l’esprit d’entreprise, beaucoup d’entrepreneurs aujourd’hui ignorent les défis que leurs aînés ont relevés dans le passé. Ce livre est un témoignage historique de ces vrais guerriers des années 60 portés par des valeurs authentiques : sens du travail, sens du patriotisme et respect des engagements. Il analyse leurs origines, leurs comportements, leurs motivations, leur rôle dans la transformation de la société, les investissements qu’ils ont réalisés, leur mode de financement, leurs forces, leurs faiblesses, et en définitive comment ils ont joué le rôle d’une élite de transition.

10/2014

ActuaLitté

Sports

Mohamed Ali

Muhammad Ali, né Cassius Marcellus Clay Jr, le 17 janvier 1942, est un personnage hors du commun. Premier boxeur à devenir triple champion du monde poids lourds, il est autant connu pour un style de combat qui n'appartient qu'à lui, incarné dans son célèbre slogan "flotter comme un papillon, piquer comme une abeille", que pour ses prises de position et ses déclarations fracassantes. Adulé puis vilipendé après avoir refusé de servir dans l'armée américaine au moment de la guerre du Vietnam et s'être converti à l'Islam aux côtés de Malcom X, dépossédé de son titre mondial, il finira par être réhabilité et par recevoir la médaille de la paix Otto Hahn, au nom de l'organisation des Nations unies "pour son engagement en faveur du mouvement américain contre la ségrégation et pour l'émancipation culturelle des Noirs à l'échelle mondiale".

02/2015

ActuaLitté

Histoire internationale

Mohammed VI. Le grand malentendu

En Occident, l'héritier de Hassan II a l'image d'un jeune roi moderne, modéré et ouvert, à la tête d'un régime qui serait un parfait modèle de transition dans un monde arabe en déliquescence. Derrière les apparences, se cache pourtant une monarchie affairiste, engoncée dans les pesanteurs de son apparat et de son faste. Pire encore, depuis les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca, qui furent dans l'opinion marocaine considérés comme un " mini " 11-Septembre, Mohammed VI a choisi la carte du tout sécuritaire : au nom de la lutte contre les fondamentalistes, la torture persiste et on bâillonne une opposition progressiste. Certains pourtant refusent de courber l'échine. Parmi ces esprits libres, Ali Amar, qui fut de nombreuses années l'un des dirigeants d'un grand hebdomadaire marocain indépendant. Formidablement documenté et vivant, son livre, qui repose sur dix ans d'enquête sur le terrain, analyse avec lucidité et mordant toutes les contradictions d'un royaume en crise. Par l'un des plus fins connaisseurs du pays, un ouvrage salutaire et courageux pour tous ceux qui veulent connaître la réalité du Maroc d'aujourd'hui.

04/2009

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté