Recherche

Mikhaïl Boulgakov

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Mikhaïl Boulgakov

Mikhaïl Boulgakov est un auteur russe extrêmement connu et apprécié en France. Ses livres Coeur de chien, La Garde blanche, ou Le Roman de Monsieur de Molière sont des incontournables de la littérature classique. Son chef-d'oeuvre, Le Maître et Marguerite est l'un des textes russes les plus lus, et a souvent fait l'objet d'adaptations, au cinéma et au théâtre, qui l'ont rendu accessible au plus grand nombre. Cette biographie, très bien documentée, s'appuie sur de nombreuses sources d'archives. Ecrite comme un roman, elle est très plaisante à lire, et nous retrouvons le style très poétique et élégant d'Alexeï Varlamov. Il retrace le destin du célèbre écrivain, dont les oeuvres suscitent depuis de nombreuses décennies admiration, indignation, polémiques, approbations et désaccords, mais jamais indifférence. Un cheminement professionnel et concret, de son enfance heureuse à Kiev, à ses premiers succès littéraires et sa position de dramaturge principal du théâtre d'art de Moscou, en passant par sa profession de médecin de campagne et ses espoirs déçus de journaliste. Mais un itinéraire également spirituel et intellectuel, de la révolte des Carnets d'un jeune médecin et de la tragique acceptation de la vie que l'on perçoit dans La Garde blanche pour parvenir à l'évasion démoniaque du Maître et Marguerite. Alexeï Varlamov retrace minutieusement la logique fatale de ce cheminement vers une mort précoce et une immense reconnaissance posthume.

04/2021

ActuaLitté

Disques et K7 Littérature

Le Maître et Marguerite. 1 CD audio MP3

Chef-d'oeuvre de la littérature russe, livre culte à travers le monde, Le Maître et Marguerite dénonce dans un rire féroce les pouvoirs autoritaires, les veules qui s'en accommodent, les artistes complaisants, l'absence imbécile de doute. Moscou, années 1930, le stalinisme est tout puissant, l'austérité ronge la vie et les âmes, les artistes sont devenus serviles et l'athéisme est proclamé par l'Etat. C'est dans ce contexte que le diable décide d'apparaître et de semer la pagaille bouleversant les notions de bien, de mal, de vrai, de faux, jusqu'à rendre fou ceux qu'il croise. André Markowicz, qui en retraduisant les oeuvres de Fiodor Dostoïevski leur a rendu toute leur force, s'attaque à un monument littéraire et nous restitue sa cruauté première, son souffle romanesque, son universalité. © (P) 2020 Inculte éditions

ActuaLitté

Littérature étrangère

La garde blanche ; La vie de monsieur de Molière ; Le roman théâtral ; Le maître et Marguerite

Réduit au silence dès la fin des années vingt, mais épargné par la terreur stalinienne, Mikhaïl Boulgakov (1891-1940) est l'auteur d'une oeuvre immense, dont la plus grande partie resta inédite de son vivant. Découverts plus d'un quart de siècle après sa mort, ses romans ont désormais leur place parmi les classiques de la littérature russe, et Le Maître et Marguerite, son chef-d'oeuvre, est devenu un livre-culte. Dès La Garde blanche, qui raconte la chute de Kiev, le 14 décembre 1918, Boulgakov assigne à la littérature la tâche de maintenir envers et contre tout la cohésion d'un univers menacé par le cataclysme de la révolution. Telle sera, à partir de La Vie de monsieur de Molière et du Roman théâtral, la vocation de ses héros, écrivains maudits, victimes d'un pouvoir implacable. Parcourue par des airs d'opéras, émaillée de réminiscences littéraires, graves ou parodiques animée par la magie du théâtre, l'oeuvre romanesque de Boulgakov est nourrie d'une longue tradition, à commencer par celle de Hoffmann et de Gogol, ses grands maîtres. Comme ces bâtisseurs qui réutilisaient les pierres de temples détruits, Boulgakov construit, avec des fragments de l'ancienne culture, un édifice original, où se côtoient créateurs et tyrans, vampires et bureaucrates, personnages bibliques et poètes prolétariens, et où les fêtes de Versailles préfigurent le grand bal chez Satan. Le rêve, le fantastique, l'irrationnel sont là pour dire l'indicible oppression d'un pouvoir totalitaire, la sourde angoisse d'une violence aveugle que seule peut conjurer, dans un éclat de rire libérateur, la jubilation de l'écriture.

02/2005

ActuaLitté

Littérature étrangère

Coeur de chien

Boule, un pauvre chien errant des rues de Moscou, est recueilli par l'éminent professeur Préobrajenski qui l'emmène à son domicile. En ces temps troublés qui suivent la révolution de 1917, le scientifique, privé de son laboratoire, entend bien poursuivre chez lui son ultime expérience. Au risque de donner vie à un être incontrôlable. Interdit par la censure dès sa rédaction, en 1925, ayant circulé " sous le manteau " pendant des décennies jusqu'à sa publication en Occident à la fin des années 1960, Coeur de chien est sous le couvert du fantastique une féroce et hilarante satire du nouvel ordre soviétique et d'un système absurde visant à la création de l'"Homme nouveau". Parue en 1990 à Moscou et jamais rééditée, cette superbe traduction d'Alexandre Karvovski rend à ce texte incomparable son irrésistible et inquiétante drôlerie.

06/2019

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le roman théâtral

Moscou, vers 1925... Obscur journaliste, Maksoudov a écrit un roman mais il est persuadé que personne ne l'a lu. On lui demande pourtant de l'adapter pour le théâtre ; la pièce serait montée par le célèbre Ivan Vassiliévitch, en qui l'on reconnaîtra Stanislavski. Aussitôt, Maksoudov se met à l'ouvrage, achève sa pièce et vient la lire à Vassiliévitch qui propose (c'est-à-dire impose) des changements tellement ridicules et inacceptables qu'il envoie tout promener. Cependant, il apprend bientôt que sa pièce est retenue ; il est même invité à assister aux répétitions. Avec effarement, il voit son travail, sous la direction autoritaire et capricieuse de Vassiliévitch, se défigurer sous ses yeux. Lui-même rejeté et oublié, il se passionne néanmoins pour cette farce... Interrompu par la mort de Boulgakov, ce Roman théâtral, autobiographie déguisée en satire tragique et désopilante, est son oeuvre la plus émouvante.

06/2017

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Endiablade. Ou comment des jumeaux causèrent la mort d' un chef de bureau

Dans la jeune Union soviétique des années 1920, Korotkov, modeste chef de bureau au Premier Dépôt central de matériel pour allumettes, est renvoyé du jour au lendemain. Révolté par cette injustice, il découvre peu à peu qu'il vit dans un monde peuplé de cauchemars dont seule la folie lui permettra de s'échapper. Une dénonciation satirique et fantastique d'une bureaucratie tentaculaire et diabolique par l'auteur du Maître et Marguerite.

12/2003

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté