Recherche

Memoria

Extraits

ActuaLitté

Policiers

Memoria

Observée, traquée, isolée... Depuis son réveil à l'hôpital, la vie de Claire a basculé dans un cauchemar. Elle se rappelle juste avoir aperçu une silhouette menaçante dans son appartement avant de s'écrouler. Aujourd'hui, en découvrant les bandages autour de ses poignets tailladés, la jeune femme soupçonne que la mort de son père, neurochirurgien, a été maquillée en suicide. Claire est-elle poursuivie par le même tueur ? Que cherche-t-il ? Au fil des jours, les victimes s'accumulent et des enfants sont atteints par un mal étrange. Claire n'a pas d'autre choix que de se plonger dans un douloureux passé. Au bout du chemin, se trouve la vérité. Terrifiante. La nouvelle voix du thriller français.

10/2014

ActuaLitté

Science-fiction

Memoria

Empire romain, XXIe siècle. Des rives de l'Atlantique jusqu'à l'Asie centrale, le monde latin commémore le bimillénaire de la disparition d'Auguste, fondateur de l'Imperium. Au même moment, une suite de meurtres obscurs parodiant horriblement l'histoire des siècles passés ensanglante la capitale des Gaules. L'inspecteur Osvaldo Gabinius Metellus est mandaté par la Préture afin d'élucider cette affaire ténébreuse. Elle l'entraînera dans les bas-fonds de Lugdunum, au coeur des faubourgs malfamés, sous les marbres du pouvoir, dans les bordels du matriarcat, et jusqu'aux abîmes les plus troubles de sa propre mémoire.

04/2021

ActuaLitté

Romance sexy

In memoria

Bienvenue à Harvard ! Parker Montgomery est la star de l'équipe de basket, il est beau, riche, sûr de lui, son avenir est tout tracé. Hannah Davis, la vedette du club de chant, a des amies en masse, une vie un peu folle, et un gros crush pour Parker. Au sein de la prestigieuse université, ils auraient tout pour être un de ces couples modèles. Enfin ça, ce serait si lui était capable de s'attacher à quelqu'un, s'il ne la considérait pas comme hors limites, et si elle n'avait pas ce terrible secret à protéger. Peut-être que ce voyage entre le Texas et le Montana qu'ils vont partager leur offrira une dernière chance. Encore faut-il la saisir...

06/2021

ActuaLitté

Religion

Mémorial

Le bienheureux Pierre Favre s.j. (1506-1546) est surtout connu par son Mémorial, journal écrit au jour le jour pendant les dernières années de sa vie de 1542 à 1545. Monument de la littérature spirituelle, ce texte apparaît comme l'un des apports fondateurs de la voie mystique ouverte par Ignace de Loyola. Comme l'écrit Michel de Certeau, " ces notes... nous permettent d'entrer dans le dialogue secret d'un homme que Dieu élève à une vraie vie mystique et qui fut, dans les commencements et les labeurs de la Compagnie de Jésus, le meilleur ami de saint Ignace et saint François-Xavier ". C'est ce dialogue que Michel de Certeau met en valeur dans son édition et sa présentation magistrales. Il montre qu'au-delà des mots de l'époque c'est une subjectivité en recherche de Dieu qui nous parle: " C'est dans l'incessante insécurité de l'affectivité que Favre reçut et sut recevoir le don de la paix. "

04/2006

ActuaLitté

Littérature française

Mémorial

La narratrice de ce très émouvant récit n'a cessé de vouloir échapper à ses origines, à sa famille : un frère et une soeur (son père et sa tante) indissolublement réunis pour avoir échappé à un passé trop lourd dont ils n'ont rien dit et qui ont fini par se murer dans une étrange maladie qui s'est attaquée à leur mémoire. Elle a essayé de répondre à leur attente en édifiant la vie qu'ils n'avaient pu avoir. Elle s'est éloignée mais, à la mort de sa grand-mère, a fini par revenir vers ce qu'elle avait fui. Et elle s'est résolue à entreprendre un nouveau voyage. Cette fois pour se rapprocher de l'événement douloureux qui est à l'origine de leur exil, de cette histoire qui est aussi la sienne. Ce détour, ou ce retour, lui étant soudain apparu comme une étape indispensable pour être enfin libre de s'en aller ailleurs. Le livre est le simple récit de ce voyage en train - l'attente interminable sur les quais de la gare de départ, le voyage lui-même avec ses rencontres, les conversations de compartiment, le séjour dans une ville étrangère qui est pourtant aussi la sienne, celle d'où vient sa famille : Kielce, en Pologne, où eut lieu, un an après la fin de la guerre, en 1946, un terrible pogrom. Mais les petits événements qui émaillent tout voyage dans un pays inconnu dont on ignore la langue sont sans cesse enrichis de toutes les pensées qui assaillent la narratrice, des voix intérieures qui la traversent. Progressant vers ce lieu d'origine, elle ne cesse, à partir des bribes que lui ont transmises ceux qui à force d'oublier pour pouvoir vivre ont fini par tout oublier, de reconstituer ce qu'elle a pu apprendre d'un autre voyage : celui de tous ceux qui tentaient de fuir ce même pays, à l'annonce d'un malheur encore indéfini. Des fantômes surgissent, comme celui de cet oncle qui s'est noyé dans la rivière qui traverse la ville, celui qui aurait voulu être médecin. Dans le train, la rencontre d'une jeune femme qui vit à Oswiecim et n'a pu quitter la ville malgré le poids de l'histoire ne fait que la conforter dans l'idée que le souvenir est le pire poison. Arrivée dans la petite ville, les voix se font encore plus insistantes, comme si elle avait été irrésistiblement entraînée au pays des morts, elle y retrouve la rivière noire et ces eaux sombres, ce Styx au bord duquel un guide mystérieux lui rappelle que les leçons du passé n'ont servi à rien. Elle découvre au cimetière les quelques tombes juives qui ont échappé à la destruction. Une dernière conversation avec l'oncle disparu (car c'était lui qui l'avait guidée) la laisse engourdie de stupeur et de froid, ayant compris que "l'au-revoir" qu'elle cherchait est en réalité impossible. Elle ne peut que repartir et, revenue auprès des siens, décider de se plonger comme eux dans le sommeil de l'oubli. Mémorial était originellement paru en 2005 aux éditions Zulma.

02/2019

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Staccato ex memoria

Se glisser dans le cerveau d'un homme qui perd la mémoire n'est pas chose aisée tant cette terrible affliction est encore un mystère. Michel Gros Dumaine y parvient magistralement en s'immisçant dans l'esprit lézardé de Simon dont la mémoire vacille. L'auteur sculpte des phrasés syncopés sur la tête d'une hampe créant avec ses mots une magnifique partition qu'il nous joue staccato. Tout au long du roman, il y pose son archet sans jamais quitter la corde. Le rythme saccadé de son style nous entraîne dans l'instant de Simon errant dans cette maison blanche, "Une vieille carcasse abandonnée dans les sables" , face à la mer avec son flux et son reflux telle la mémoire de Simon où chaque embrun vient par vagues réveiller le passé. Un passé que l'auteur fait ressurgir, entre deux staccati, dans un concerto des quatre saisons. Celles de Simon ressuscitées par le souvenir de ceux qu'il a aimés. Le printemps, l'enfance, le lever du soleil, l'été, la jeunesse, le soleil au zénith, l'automne, le temps des moissons, mais aussi celui des regrets. Enfin, l'hiver, le repos, la mort peut-être, en tout cas là où Simon ne sent plus la caresse du monde. Perdu dans l'infini où sa mémoire le porte. Staccato ex memoria, un magnifique roman à lire legato.

01/2017

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté