Recherche

Marie Rose

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

En série ou en film, les adaptations de livres crèvent l'écran

Le Parrain, Les Dents de la merRaisons et sentiments, Le Seigneur des Anneaux, la saga Harry Potter, Le Nom de la Rose, Orange mécaniqueVol au-dessus d'un nid de coucou, Le GuépardLettre d'une inconnue... Tous ces films ont un point commun, celui d'être des adaptations de romans ou de sagas littéraires...

ActuaLitté

Dossier

Les Brontë, la famille prodige de la littérature britannique

Trois sœurs et un frère : à eux quatre, les enfants Brontë auront révolutionné la littérature britannique, chacun à leur manière. Nés entre 1816 et 1820, ils font partie d'une famille de six enfants, tous élevés dans un climat paisible, tourné vers la culture et l'éducation, sous la responsabilité de Patrick Brontë et Maria Branwell.

ActuaLitté

Dossier

De l'auteur à la création : le rapport Racine, une nouvelle politique publique

141 pages de constats, d’observations, de commentaires, découlant des différentes auditions menées ces derniers mois : le rapport de Bruno Racine fait office de pavé dans la mare, lancé depuis les hauteurs de la tour Montparnasse. Et le ministre de la Culture, Franck Riester, se laisse encore quelques semaines avant de présenter les mesures qui en découleront.

ActuaLitté

Dossier

Le Salon du livre de Turin 2021, le grand Salto

Le Salon du livre de Turin se tient du 14 au 18 octobre 2021, au Lingotto. Il sera précédé par une initiative inédite : au printemps, en ligne et en présentiel, les festivals Portici di Carta (Turin), Libri Come (Rome) et Lungomare di libri (Bari) seront réunis pour une grande fête !

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Andrée Chedid

Née le 20 mars 1920 au Caire, en Égypte, sous le nom Andrée Saab, Andrée Chedid y mène ses études, apprenant le français et l'anglais, et utilisant de manière ponctuelle l'arabe. Avec son mari Louis Selim Chedid, qu'elle épouse en 1942, elle part au Liban l'année suivante, où elle publie son premier recueil poétique, On the Trails of My Fancy, sous le pseudonyme A. Lake.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Guy de Maupassant

Sombrant dans la folie alors qu’il n’avait qu’une quarantaine d’années, Guy de Maupassant meurt à 43 ans, ne lègue au patrimoine littéraire français qu’une décennie d’œuvres. Mais quelles œuvres ! En quelques pages, Maupassant parvient à mêler ce pessimisme caractéristique, un réalisme prégnant et une dose de fantastique qui fera sa marque. 

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

La fille à Marie-Rose

Essai sur le gaz azote atmosphérique considéré dans ses rapports avec l'existence des animaux, lu à la 1re classe de l'Institut de France, le 31 octobre 1814 . Par Thomas Dagoumer. Suivi du rapport des commissaires nommés par l'InstitutDate de l'édition originale : 1816Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces œuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces œuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site hachettebnf.fr

10/2016

ActuaLitté

Critique littéraire

Marie Stuart, Rose d'Ecosse

Ecosse, milieu du XVIe siècle. Marie Stuart, jeune veuve du roi de France François II, revient de son exil en France pour rejoindre son pays d'origine. Dans son royaume s'affrontent deux clans : les lords des Highlands au nord de l'Ecosse, fidèles à Rome, et les lords des villes du Sud comme Edimbourg, galvanisés par des chefs religieux fanatiques tels John Knox, figure de la réforme écossaise. Une haine viscérale va pousser le demi-frère bâtard de la reine d'Ecosse, le comte de Moray, à s'allier aux ennemis de sa soeur dont la reine Elisabeth, première d'Angleterre, et les lords protestants, afin de destituer Marie Stuart de son trône et gouverner ainsi à sa place sans jamais avoir de sang sur les mains... Vengeances, trahisons, meurtres et passions sont les ingrédients de cette création originale, qui plongera les spectateurs dans le royaume d'Ecosse, à l'époque de la renaissance...

09/2017

ActuaLitté

Policiers

Robe de marié

Evidemment, je m'y attendais puisque j'en suis l'auteur mais... à ce point-là! Quelle vision, c'est à peine croyable... Son mari n'est plus que l'ombre de lui-même. Les vertèbres ont dû être salement touchées. Il doit maintenant peser dans les quarante-cinq kilos. Il est tassé dans son fauteuil, sa tête est maintenue à peu près droite par une minerve. Son regard est vitreux, son teint jaune comme un coing. Et il est tout à fait conscient. Pour un intellectuel, ça doit être terrible. Quand on pense que ce type n'a pas trente ans, on est effaré... Quant à elle, elle pousse le fauteuil avec une abnégation admirable. Elle est calme, son regard est droit. Je trouve sa démarche un peu mécanique mais il faut comprendre: cette fille a de gros soucis... En tout cas, elle ne tombe pas dans la vulgarité: pas d'attitude de bonne sœur ou d'infirmière martyre. Elle serre les dents et pousse le fauteuil, voilà tout. Elle doit pourtant réfléchir et se demander ce qu'elle va faire de ce légume. Moi aussi d'ailleurs.

01/2009

ActuaLitté

Littérature française

Marie des Roses

En juin, au milieu des champs de roses en pleine éclosion, Joseph Pernet avait la belle allure d'un prince en son royaume... De temps à autre, il s'arrêtait, se penchait en avant, saisissait une rose entre ses doigts, la coupait, se redressait, la tenait à une ving-taine de centimètres de ses yeux, en évaluait la forme de la corolle, la couleur des pétales parfois différente à leur revers. Puis il la por-tait devant ses narines dilatées et, fermant les yeux, il s'enivrait de la suavité et de la profondeur de son parfum, pour le conserver en mémoire comme celui d'une femme aimée. Marie Ducher l'avait ainsi surpris dans cette attitude, alors qu'elle travaillait à proximité dans les pépinières. Elle en avait été dérangée et troublée dans tout son corps. "Animé d'une telle passion, cet homme-là, avait-elle alors pensé pour la première fois, était-il capa-ble d'aimer vraiment une femme ? "

10/2018

ActuaLitté

Littérature française

La garde-robe de Marie

Malgré notre voisinage, il y avait peu de probabilité pour que nous fassions connaissance. Aucun indice visible qui aurait pu m'indiquer qu'un lien entre nos deux vies, distantes de plusieurs générations, s'établirait, et que nos histoires personnelles se connecteraient et se confondraient. Mais à quoi se résume une destinée ? Au retour du printemps, à une déprime passagère, à un livre que l'on referme, à l'image attendrissante d'une humble vieille femme sur un banc... Le réel est faiseur de romances et de songes, qui parfois s'imposent et se transposent à notre existence... alors, tout ressurgit, en quelques heures d'une nuit blanche.

06/2018

ActuaLitté

Beaux arts

La robe de mariée

L'ouvrage de Katherine L. Battaiellie est un prodigieux tour de force : nous donner à entendre la voix intérieure et secrète de Marguerite Sirvins, native de Lozère, en 1890, et qui fut admise à l'hôpital psychiatrique de Saint-Alban, à l'âge de quarante et un ans, en raison de troubles schizophréniques. Dans cet établissement, après avoir pratiqué l'aquarelle et la broderie, elle compose, pensant ardemment connaître un jour le mariage et rencontrer l'époux si désiré, une oeuvre majeure de l'art brut, admirée par Jean Dubuffet : une robe de mariée, selon la technique du point de crochet avec des aiguilles à coudre et du fil patiemment obtenu à partir de morceaux de draps usagés. Après une minutieuse enquête, Katherine L. Battaiellie, dans un texte fulgurant et poignant, parvient à donner corps à la voix perdue de Marguerite Sirvins, dans l'extrême tension d'un long monologue intérieur, où se laissent admirer, aux mouvements d'un flot de paroles, tous les égarements du coeur et de l'esprit.

11/2015

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté