Recherche

Manuel Vázquez Montalbán

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Policiers

L'homme de ma vie

Pepe Carvalho se trouve impliqué dans une intrigue à l'échelle européenne. Il est sollicité par un client de Charo afin d'aider à la mise en place d'un service de renseignements très secrets au sein d'un réseau européen. Mais très vite, l'histoire se complique. D'une part, Pepe, qui a la soixantaine mélancolique, est soudain bouleversé par un amour de jeunesse, Yes, qui resurgit dans sa vie par l'intermédiaire de lettres enflammées reçues par fax... D'autre part, il est confronté à une enquête à tiroirs, mêlant nationalistes catalans, sectes, Opus Dei, et deux clans politico-économiques rivaux... Bref, ces nouvelles aventures du fameux détective catalan ne manquent pas de sel : intrigues, relations sentimentales complexes, et Barcelone la mystérieuse sont au rendezvous.

04/2003

ActuaLitté

Policiers

La solitude du manager

Le manager d'une multinationale est trouvé mort, sans sous-vêtements, une culotte dans la poche. Mise en scène trop caricaturale pour abuser Pepe Carvalho, détective privé engagé par la veuve. Entre la gauche antifranquiste, dont est issu le manager, et les élites mondialisées qui ont fait sa fortune, Carvalho découvre un nouveau visage de l'Espagne et des formes de pouvoir... parfois meurtrières.

09/2014

ActuaLitté

Littérature étrangère

Trois histoires d'amour

" Dans ces trois nouvelles que j'ai rassemblées sous la bannière de l'amour, Carvalho se souvient d'une vieille aventure sentimentale dans Les Cendres de Laura, première exhumation du passé passionnel du détective. Carvalho est confronté au cadavre problématique d'une femme qu'il avait aidée à sortir d'une vie monotone et inerte, mais il se demande s'il n'est pas responsable aussi d'un processus qui peut conduire à la liberté ou à la mort. Dans Ce qui aurait pu être et n'a pas été, le récit développe la théorie selon laquelle il y a des amours qui tuent. La mort d'un vieux rocker exhume des amours sordides que la victime elle-même avait ourdies, tel bourreau régnant en despote sur les sentiments d'autrui. Dans La fille qui ne savait pas dire non, on découvre une femme étrange et inhabitée, amoureuse d'elle-même, transformée par une amoralité irresponsable en victime de ses propres désirs. Face à ce genre de personnage féminin, Carvalho est affectivement vaincu et presque séduit. Trois histoires courtes, trois intrigues, trois dénouements au service d'un temps narratif bref qui réduit le rôle des temps morts et du fait divers qu'on trouve dans les romans de Carvalho. Parfois, l'écriture est une façon de prendre des notes visuelles afin que le lecteur puisse rajouter lui-même des muscles aux événements et aux personnages. " M.V.M., 1995 Traduit de l'espagnol par Claude Bleton.

10/1995

ActuaLitté

Policiers

Les enquêtes de Pepe Carvalho Tome 1 : Tatouage ; Les Mers du Sud ; Meurtre au Comité central

À travers son détective Pepe Carvalho, Montalbán se livre à une analyse de la société espagnole au sortir du franquisme. Dès la première enquête, Tatouage, les personnages évoluent dans l’univers de leur auteur : la Barcelone de la fin des années soixante-dix, avec ses bars louches, ses maquereaux, ses prostituées, les séquelles de la police franquiste, les milieux anarchistes et les partis de gauche ( Meurtre au Comité central ), le monde des affaires ( Les Mers du sud ). L’une après l’autre, les enquêtes de Pepe Carvalho reflètent les conflits personnels et sociaux de l’Espagne vus par les yeux d’un alter ego de l’auteur, sceptique et désabusé, hédoniste et jouisseur : Pepe Carvalho, fin gourmet, a pour maîtresse Charo, une prostituée libérée et libérale du Barrio chino et pour secrétaire-cuisinier Biscuter, un ancien détenu de droit commun des geôles franquistes. Mythique, la série constitue une œuvre incontestablement originale qui redonne vie avec une remarquable intensité à une Barcelone aujourd’hui disparue agitée par les soubresauts d’un monde passant d’un siècle à l’autre.

06/2012

ActuaLitté

Policiers

Les enquêtes de Pepe Carvalho Tome 2 : La Solitude du manager ; Les Oiseaux de Bangkok ; La Rose d'Alexandrie

Les trois enquêtes de ce deuxième volume ont été écrites entre 1977 et 1984, c'est-à-dire pendant les années où l’Espagne se grise de société permissive : movida, cartes de crédits, salons de massage, sexe à gogo, drogue et magouilles, alors que les nouveaux maîtres de la société néo-libérale sont déjà en train de prendre le contrôle des affaires. Ce n’est donc pas un hasard si les meurtres concernent des hommes d’affaires appartenant à des multinationales, des femmes disparues au coeur de la jungle et des bordels thailandais, des marins qui se terrent aux Caraïbes, paysages de tous les fantasmes de l’Occident. Carvalho est là, en justicier et analyste lucide, avec ses recettes de cuisine, sa manie de brûler les livres, sa méfiance envers tous les pouvoirs, son amour de Barcelone et son pessimisme désabusé. Redécouvrir Montalban à travers son détective et alter ego Pepe Carvalho force l'admiration pour un écrivain qui a révolutionné le genre policier.

11/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

Ou César ou rien

La légende des Borgia est celle d'un monde guidé par la force, le sexe et le sang. Mais l'histoire de cette famille originaire d'Espagne, qui concentra entre ses mains le pouvoir économique, politique et religieux d'une grande partie de l'Italie de la Renaissance, est aussi celle d'une ambition : bâtir au sud de l'Europe un Etat moderne en combattant l'obscurantisme et l'anarchie féodale et en défendant les valeurs de l'humanisme et la prospérité d'une bourgeoisie naissante. Alexandre VI, Lucrèce, Joan et Jofré Borgia, Julia Farnèse, Savonarole, Machiavel, Léonard de Vinci, le cardinal Della Rovere, les Orsini, les Sforza, Louis XII sont quelques-uns des personnages qui s'allièrent et s'opposèrent à César, prince et cardinal, homme de guerre et de pouvoir, précurseur d'une modernité que l'Italie se refusa longtemps à reconnaître. Loin du roman historique traditionnel, Ou César ou rien est une succession de tableaux comme saisis sur le vif, d'actions fracassantes et de scènes intimistes menées au rythme de dialogues virtuoses. C'est une histoire de terreur et de passion, de courage et de lâcheté où la force et la raison luttent sans merci contre le fatalisme de la Providence. En faisant revivre la splendeur sanglante des Borgia, Manuel Vàzquez Montalbàn signe ici un de ses plus grands romans et plonge son lecteur au cœur de la métaphore éternelle du pouvoir.

08/1999

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté