Recherche

Luc Besson

Extraits

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Sur la tombe de ma mere

« J’avais pris l’habitude, en sortant du solfège ou du catéchisme, de passer à la superette de M. Pétika pour chouraver quelques bonbecs. Ce que je ne savais pas, c’est que Pétika avait retapissé ma petite ganache et, peinard, tenait une note précise de mon butin. Le jour où il a présenté la douloureuse à mon daron qui rentrait du turbin, j’ai pris une escalope dans le museau et suis parti au pieu sans becter. »Charles est fier d’être un emmerdeur: quand la vie vous a tout pris, il faut bien trouver une raison d’exister. Placé en foyer avant sa dixième année, après que son père a tué sa mère, le jeune Français d’origine africaine doit attendre sa majorité pour partir à la conquête du Paris des années 1980, peuplé de Blousons noirs et des pionniers de la génération hip-hop choyés par Paco Rabanne avec, pour seules armes, son irrévérence détachée et sa droiture y compris dans le vice, qui lui valent très vite le blaze de « Jean Gabin ». Maniant la langue comme un 9 millimètres, usant d’un argot savoureux et de tournures dignes des dialogues de Michel Audiard, le futur MC ne le sait pas encore, mais il est fait pour le rap. Pour l’heure, néanmoins, c’est une autre voie qu’il choisit: le braquage, art pour lequel il montre un talent certain. Il vit alors sa vie comme une mélodie en sous-sol, toujours entre deux coups, à l’affût de la bonne « occas’ ». Et quand Paris devient trop petit pour lui, c’est en Allemagne qu’il décide de monter son plus gros casse: il dévalise une grande banque berlinoise. Trahi par un complice, Charles écope de trente-trois ans de « calèche », ramené à huit en appel, qu’il décide de passer en Allemagne, laissant pour un temps la France et ses galères et partant à l’assaut d’une nouvelle langue. Jean Gab'1, jadis enfant de la Ddass avec ses douze frères et sœurs (son père assassine sa mère, écope de la prison) et ancien braqueur, est un comédien ( Banlieue 13 de Luc Besson, notamment) et un rappeur d’origine camerounaise, connu sous le nom de MC Jean Gab’1.

ActuaLitté

cinema, television, audiovisuel, presse, medias

Deux temps trois mouvements ; un pianiste au cinéma ; entretien avec Marc Chevrie et Jean Narboni

Quelles sont les affinités entre Franz Schubert et Ingmar Bergman? Louis Beethoven, Jean-Luc Godard et les Rolling Stones? Jean-Pierre Melville et Morton Feldman? L'Atalante et Franz Liszt? Jean-Marie Straub et Yves Angelo? L'enseignement du piano et Andreï Tarkovski? Au cours d'entretiens réalisés par Marc Chevrie et Jean Narboni, le pianiste Philippe Cassard propose une approche inédite des correspondances entre musique et cinéma. Il commente les partitions écrites pour l'écran, le recours à des compositeurs classiques ou les films montrant des musiciens au travail. Il décrit les timbres uniques de Danielle Darrieux, Gérard Depardieu, Arletty ou Claude Piéplu. Il analyse le tempo et l'écoute propres aux oeuvres de Robert Bresson, Federico Fellini, Charlie Chaplin, Joel et Ethan Coen. Enfin, il évoque l'influence de son amour du cinéma sur sa pratique d'interprète. Plus qu'un livre sur la musique de film, Deux temps trois mouvements est un livre dédié à la musique du cinéma, au cinéma de la musique, aux films que celle-ci permet de construire, de reconstruire ou d'imaginer.

ActuaLitté

Non classé

Profession : régulateur, tome 2

Les vacances paisibles du Régulateur se terminent par un coup de semelle en pleine figure. Mais une émission de télé va le mettre sur la piste du propriétaire de la chaussure, l’Archange, dans le Milieu marseillais. Parviendra-t-il à démanteler le sordide réseau dans lequel il s’infiltre? Nul doute que ses méthodes, toujours aussi expéditives, permettront au ministre de ne pas perdre la face... Un climat revendicatif et gouailleur à la Audiard, doublé d’une couche d’ironie à la Canard Enchaîné, une distanciation à la Frères-Coen, un vocabulaire à la San-Antonio, une violence visuelle à la Luc Besson... pour des histoires à la Tarantino! En co-édition avec Éditions AO

ActuaLitté

Non classé

Profession : régulateur, tome 3

Le ministre panique: son plus proche collaborateur a déserté. Avec les dossiers compromettants qu’il a constitués sur “à peu près tout le monde”... Le Régulateur va devoir le retrouver dans sa tanière, au fin fond de l’Ariège. En reviendra-t-il? Rien n’est moins sûr, car cette fois, il s’attaque carrément à un potentat entouré d’une armée de flicaillons à sa botte... Lui qui avait promis à Brigitte de décrocher. Ça tombe mal! Un climat revendicatif et gouailleur à la Audiard, doublé d’une couche d’ironie à la Canard Enchaîné, une distanciation à la Frères-Coen, un vocabulaire à la San-Antonio, une violence visuelle à la Luc Besson... pour des histoires à la Tarantino! En co-édition avec Éditions AO

ActuaLitté

Non classé

Profession : régulateur, tome 4

La toute première enquête du héros... Quand il n’était pas encore Régulateur! La Génèse, quoi, c’est-y pas palpitant? Des r’mous dans la gelée de groseilles. Y’a aussi une interview de l’auteur, pour expliquer le pourquoi du comment du chose, comment Safon usine pour créer les personnages et les histoires... Les personnages, parlons-en! Un index permet de s’y retrouver, de voir la petite famille à laquelle vous allez vous habituer, à force d’à force. Et puis, l’historique (et, plus appétissant encore, la recette) du Nirvana Ambré. Faites gaffe de pas trop en écluser, c’est du sévère, hein, le Nirvana Ambré. Et puis y’a quoi, encore? Je sais plus, tiens, z’avez qu’à l'acheter, quoi, enfin! Un climat revendicatif et gouailleur à la Audiard, doublé d’une couche d’ironie à la Canard Enchaîné, une distanciation à la Frères-Coen, un vocabulaire à la San-Antonio, une violence visuelle à la Luc Besson... pour des histoires à la Tarantino! En co-édition avec Éditions AO

ActuaLitté

Non classé

Profession : régulateur, tome 1

Le major Malcom et son copain Jackson ont mis la main sur un sacré paquet de blé bien mal acquis. Seulement, le propriétaire n’a pas l’intention de se laisser déposséder. Du coup, y’a du tangage, moult fusillades et poursuites endiablées. Le ministre s’émeut. Comment calmer la presse et le public, qui s’indignent? Une seule solution: envoyer le gars dont la profession est, justement, de “réguler” ce genre d’affaire... Un climat revendicatif et gouailleur à la Audiard, doublé d’une couche d’ironie à la Canard Enchaîné, une distanciation à la Frères-Coen, un vocabulaire à la San-Antonio, une violence visuelle à la Luc Besson... pour des histoires à la Tarantino! En co-édition avec Éditions AO

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté