Recherche

Les forces de la montagne

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Les montagnes russes de Hoorvermanof Vanoi

Hoorvermanof Vanoi est issu d'une famille d'origine russe, jadis détentrice de la Banque Privée d'Affaires, qui, à cause des convulsions de la Russie du début du XXème siècle, s'était réfugiée à Paris où elle fonda cette fois-ci, en 1911, la Banque Privée d'Investissement. L'essor de cette banque réveilla de fortes convoitises de la part de deux autres familles d'origine russe qui s'installèrent elles aussi à Paris à la même époque. Youri Tchevanov et Florent Nikovich, banquiers tous les deux et représentants les plus importants de ces deux familles, s'associèrent dans le but d'usurper, par vengeance, toute la fortune de la famille Vanoi sous prétexte que celle-ci avait autrefois, en Russie, ruiné leurs aïeux. Hoorvermanof Vanoi doit se battre pour la survie de sa famille face aux attaques de ses faux amis et d'autres gens de leur entourage également sans scrupules: Myriam Harp et Thérèse Soça, d'une part, et de l'autre, du capitaliste sans âme, Eric Doré, l'actuel P.D.G de la banque. Les
attaques contre sa famille sont telles que Hoorvermanof fait appel à un ami fidèle de la famille Vanoi, Raphaël Rocher, et président de l'entreprise ProSécurité. Seul contre tous, Hoovermanof fait une rencontre décisive, une femme exceptionnelle, Vénus Host, qui devient son épouse et son meilleur atout.

10/2018

ActuaLitté

Non classé

Je reste ici

Trina s'adresse à sa fille, Marica, dont elle est séparée depuis de nombreuses années, et lui raconte sa vie. Elle a dix-sept ans au début du texte et vit à Curon, village de montagne dans le Haut-Adige, avec ses parents. En 1923, ce territoire autrichien, annexé par l'Italie à la suite de la Première Guerre mondiale, fait l'objet d'une italianisation forcée : la langue allemande, qu'on y parle, est bannie au profit de l'italien. Trina entre alors en résistance et enseigne l'allemand aux enfants du bourg, dans l'espoir aussi de se faire remarquer par Erich, solitaire aux yeux gris qu'elle finira par épouser et dont elle aura deux enfants, Michael et Marica.


Au début de la guerre, tandis qu'Erich s'active dans une farouche opposition aux mussoliniens et au projet de barrage qui menace d'immerger le village, la petite Marica est enlevée par sa tante, et emmenée en Allemagne. Cette absence, vive blessure jamais guérie chez Trina, sera le moteur de son récit. Elle ne cachera rien des fractures apparaissant dans la famille ou dans le village, des trahisons, des violences, mais aussi des joies, traitées avec finesse et pudeur.
traduction Nathalie Bauer

08/2018

ActuaLitté

Non classé

Ropero

Le billet est-là, sur la table, Léonie hésite. Un festival électro-rock en plein air, ce n’est pas son truc. Ce qu’elle aime, elle, c’est la guitare, la musique classique.
Mais ce pass, c’est peut-être une chance de s’évader. D’oublier cette maladie qui lui fait perdre la vue et ces gammes qu'elle ne prend plus plaisir à jouer.
Alors, Léonie se lance. Et c'est au cours de cette nuit d'été inédite qu'elle rencontre Ezra, jeune voyageur marginal qui lui prend la main et va la guider durant tout le festival…
Le temps d’une soirée, ses peurs s’envolent, et son cœur pour la première fois vibre d’un sentiment nouveau et puissant.
Soudain un orage violent éclate et disperse la foule dans un mouvement de panique. Léonie est brutalement séparée d'Ezra. Elle tombe et, impuissante, se recroqueville sur elle-même dans la boue avant d'être piétinée.
Léonie sort de cette épreuve, anéantie.
À bout de forces, elle se laisse glisser peu à peu et s'enferme dans la solitude et la peur. Plus rien ni personne ne compte, ni la musique ni même Ezra.
Et si une guitare mythique signée Sevan Ropero, pouvait changer le cours des choses ?
Ezra se promet de tout faire pour aider Léonie à retrouver l'envie de vivre. Guidé par la légende Ropero, il se met en route vers les montagnes à la recherche du vieux luthier espagnol.

06/2018

ActuaLitté

Non classé

Anthropologie Philosophique

Anthropologie philosophique est une mémoire de l'historicité de l'individu. Le je vis précédant le je pense y expose la gradation des valeurs bourgeoises et la marche de la pensée moderne. Une philosophie de la vie puise dans sa propre histoire pour montrer que ce qui importe est chaque fois la question que l'homme se pose à lui-même, et non la façon d'y répondre, et cette histoire lui est nécessaire pour inventer des formes nouvelles d'existence. L'érudition n'y cherche pas des doctrines, mais une aventure. C'est pourquoi ce qui est dit ici de Platon, de Montaigne, reste toujours nouveau: non une philosophie, mais l'exercice de la philosophie. Henri Meschonnic.

ActuaLitté

litteratures europeennes rares

Murtoriu

Libraire intermittent et écrivain inaccompli dont la vie sentimentale est un fiasco, Marc-Antoine Cianfarani vit en reclus dans un hameau de la montagne corse d’où, réfractaire à l’attitude de ses contemporains qui, sur la côte, rivalisent de compromissions pour assouvir un matérialisme dévorant, il assiste à l’inexorable pillage d’une île livrée à toutes les formes de dénaturation. Né d’une île, la Corse, et de la langue qui s’y parle, Murtoriu convoque les forces de la subversion dans un texte flamboyant, inspiré et douloureux, et assume son droit universel à la singularité – pour que résonne à nouveau, sur cette terre, le chant perdu du monde.

09/2012

ActuaLitté

Non classé

Le poids du papillon

Quelque part dans les Alpes italiennes, un chamois domine sa harde depuis des années. D’une taille et d’une puissance exceptionnelles, l’animal pressent pourtant que sa dernière saison en tant que roi est arrivée, sa suprématie est désormais menacée par les plus jeunes. En face de lui, un braconnier revenu vivre en haute montagne, ses espoirs en la Révolution déçus, sait lui aussi que le temps joue contre lui. À soixante ans passés, sa dernière ambition de chasseur sera d’abattre le seul animal qui lui ait toujours échappé malgré son extrême agilité d’alpiniste, ce chamois à l’allure majestueuse. Et puis, face à ces deux forces, il y a la délicatesse tragique d’une paire d’ailes, cette 'plume ajoutée au poids des ans'. Le poids du papillon, récit insolite d’un duel entre l’homme et l’animal, nous offre une épure poétique d’une très grande beauté. Erri De Luca condense ici sa vision de l’homme et de la nature, nous parle de la montagne, de la solitude et du désir pour affirmer plus que jamais son talent de conteur, hors du temps et indifférent à toutes les modes littéraires.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté