Recherche

Les Enfants de l'ère Meiji. A l'école de la modernité (1868-1912)

Rédacteurs

Dossiers

Dossier

De l'écriture à la promotion, les auteurs se professionnalisent

Mis sur pied en 2017 par la Fondation pour l’Ecrit (FPEC), le programme destiné aux auteurs en début de carrière « De l’écriture à la promotion » a pour vocation d’offrir à ces jeunes plumes un aperçu complet des métiers du livre, un réseau, des témoignages de professionnels, ainsi qu’une connaissance du milieu littéraire et de la chaîne du livre.

ActuaLitté

Dossier

Albums, romans : une sélection de 20 livres jeunesse pour Noël 2020

La crise sanitaire a contraint les librairies à fermer leurs portes depuis fin octobre dernier. Mais l’envie de lire est toujours là, car les livres sont le meilleur moyen de s’évader, d’apprendre, de se cultiver, de réfléchir, de rire aussi, à tous les âges et en famille.

ActuaLitté

Dossier

De l'auteur à la création : le rapport Racine, une nouvelle politique publique

141 pages de constats, d’observations, de commentaires, découlant des différentes auditions menées ces derniers mois : le rapport de Bruno Racine fait office de pavé dans la mare, lancé depuis les hauteurs de la tour Montparnasse. Et le ministre de la Culture, Franck Riester, se laisse encore quelques semaines avant de présenter les mesures qui en découleront.

ActuaLitté

Dossier

Le catalogue des nouveautés éditeurs de la rentrée

Les éditeurs planchent depuis des mois, les auteurs ont réécrit leurs livres... et voici le grand moment : la présentation des nouveautés aux libraires. Alors, quoi de bon à se mettre sous la dent ?

ActuaLitté

Dossier

Le Grand Prix de l'Académie française

Prix annuel, créé en 1914, le Grand Prix de l'Académie française vient récompenser l’auteur du roman que l’Académie a jugé le meilleur de l’année. Doté de 10.000 € depuis 2016, il est habituellement décerné à la fin du mois d'octobre, au cœur de la rentrée littéraire.

ActuaLitté

Dossier

Le Syndicat national de l'édition (SNE)

Créé en 1874, le syndicat rassemblant les éditeurs de livres français devient le Syndicat national de l'édition à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, en 1947, et réunit rapidement plusieurs centaines de maisons d'édition. La structure permet d'organiser l'action collective, notamment auprès des pouvoirs publics, mais aussi de mettre en œuvre des campagnes de promotion du livre et de la lecture au niveau national.

Extraits

ActuaLitté

Beaux arts

Les Enfants de l'ère Meiji. A l'école de la modernité (1868-1912)

Au début de l'ère Meiji (1868-1912), quand, sous l'influence de l'Occident, le Japon met en place un enseignement scolaire, on voit apparaître dans les estampes traditionnelles, des écoliers vêtus à l'occidentale, en train de jouer ou d'étudier, représentant un enfant idéal. Ces estampes sont les reflets d'une nouvelle époque et d'une société transformée par la modernisation. Elles utilisent des mots en anglais ou illustrent la vie de célèbres occidentaux servant ainsi de matériel pédagogique destiné à éduquer filles et aux garçons qui ambitionnent de réussir dans la vie en s'ouvrant au monde Il subsiste encore un parfum de l'époque Edo (1603-1868) dans les ruelles des villes japonaises et à partir du milieu de l'ère Meiji, et on retrouve dans ces estampes une certaine nostalgie pour cette époque révolue, avec des enfants vêtus de ravissants kimonos au charme d'autrefois. Miyagawa Shuntei, Yamamoto Shôun et d'autres maîtres de l'estampe nés pendant l'ère Meiji rencontrent un certain succès avec leurs minutieuses représentations d'enfants perpétuant les jeux à la mode à l'époque Edo. Les anciennes estampes-jouets (omocha-e) continuent elles aussi d'être produites et sont toujours autant appréciées des enfants. Réunissant des estampes et des livres du Kumon Institute of Education et du Machida City Museum of Graphic Arts, cet ouvrage accompagne une exposition qui porte un regard inédit sur les représentations d'enfants s'amusant et étudiant à une époque où souffle le vent de la modernité, même si toutes les traces d'Edo n'ont pas été effacées. Il réunit plus de 150 estampes représentant des enfants, et d'autres destinées aux enfants : estampes pédagogiques , estampes-jouets ou encore estampes de récits. C'est une illustration inédite et originale de la période Meiji qui a tant intéressé le monde occidental.

04/2022

ActuaLitté

Poésie

L'Omelette rouge

Écrit en bordure de Méditerranée, L'Omelette rouge est un objet vocal à lire aussi avec les yeux. Dans une lumière inférieure s'agitent des voix. Les voix sont séquestrées dans des corps véritables dont la liste dressée par ordre d'apparition s'ouvre sur une comédienne travestie que ses ennemis surnommaient l'omelette rouge. Sarah Bernhardt (1844-1923), Gherasim Luca (1913-1994), Alexandre Blok (1880-1921), Charlotte-Élisabeth de Bavière (1652-1722), John Maynard Keynes (1883-1946), Richard Wagner (1813-1883), Louise Bourgeois (1911-2010), Christine Lavant (1915-1973), Jeanne d'Arc (1412-1431), Ingeborg Bachmann (1926-1973), Arnold Schoenberg (1874-1951), Jean-Marie Straub (8 janvier 1933-), Danièle Huillet (1936-2006), Karl Marx (1818-1883), Friedrich Engels (1820-1895), Lénine (1870-1924), Vélimir Khlebnikov (1885-1922), Alexeï Kroutchonykh (1886-1968), Daniil Harms (1904-1942), Eva Hesse (1936-1970) Cy Twombly (25 avril 1928-) Grace Hartigan (1922-2008), Frank O'Hara (1926-1966), Hannah Hoch (1889-1978), Hans Arp (1886-1966), Til Brugman (1888-1958), Hélène Bessette (1918-2000), Jackson Pollock (1912-1956), Razine (1630-1671), Emily Dickinson (1830-1886), Josée Lapeyrère (1944-2007), Erich von Stroheim (1885-1957), Alexandre Pouchkine (1799-1837), Saint Paul de Tarse (15-67). L'astre Poésie est vécu ici comme un soleil flingué sous lequel scintillent des natures mourantes et de petites personnes perdues. Si " la seule poésie est la poésie à faire " (Pasolini), L'Omelette rouge pose en séries de raccords et dans une préoccupation de distance la question vitale : " que faire? ".

05/2011

ActuaLitté

Histoire de France

A l'école de la guerre, 1914-1918

Loin du front, les écoliers nantais n'échappent pas aux échos de la Grande Guerre, bien au contraire. Dans cette ville de l'arrière, ils sont quotidiennement confrontés à la souffrance - mutilés soignés dans les hôpitaux militaires et croisés dans la rue ; réfugiés affluant des régions envahies, traumatisés ; familles endeuillées. A l'unisson de l'état d'esprit qui anime la nation tout entière, l'école attise dans les jeunes esprits la flamme du patriotisme, enseignant aux enfants la géographie des combats, leur proposant dictées, rédactions, dessins sur le thème de la guerre, les associant au comptage des morts... Leurs petites mains confectionnent charpie et chaussettes destinés aux poilus. La cour de la récréation devient le terrain des jeux guerriers. Un fonds unique de rapports produits tout au long de la guerre par les instituteurs, illustrés de travaux d'écoliers, témoigne de l'ampleur du conditionnement des jeunes élèves, éduqués dans l'amour de la patrie et fiers de participer à l'oeuvre de solidarité nationale. Auteures : Réjane Burki, Delphine Gillardin et Véronique Guitton.

01/2014

ActuaLitté

Histoire internationale

De l'exotisme à la modernité. Un siècle de voyage français en Hongrie (1818-1910)

Entre le voyage du savant Beudant en 1818 et celui de Pierre Marge qui inaugure en 1910 la découverte de la Hongrie en automobile, l'ouvrage présente l'évolution et les permanences du regard français sur les réalités hongroises. La vision d'un ailleurs volontiers teinté d'exotisme se modifie, en fonction d'une conjoncture historique à laquelle les visiteurs français réagissent différemment, selon les univers sociaux, politiques et intellectuels dont ils sont issus. Budapest devient un but de visite en soi grâce aux grandes expositions de 1885 et 1896. Les notions de "retard" et de "modernité" à propos de la Hongrie se trouvent remises en question, ce qui rejoint les orientations actuelles de l'historiographie sur les derniers temps de l'empire des Habsbourg.

10/2018

ActuaLitté

Sociologie

Les enfants migrants à l’école

Terre d'accueil historique, la France a scolarisé de nombreux enfants étrangers tout au long du XXe siècle en privilégiant une approche centralisée et universaliste. Depuis les années 1970, puis sous l'influence de politiques européennes d'accessibilisation des systèmes éducatifs, la prise en charge institutionnelle des enfants migrants a progressivement évolué vers des pratiques pédagogiques censées être plus adaptées aux besoins particuliers des élèves, dans une perspective inclusive. L'augmentation de l'arrivée de familles migrantes et en demande d'asile, et l'accroissement du nombre de mineurs non accompagnés induisent de nouvelles questions au sein des institutions éducatives et entre différents acteurs institutionnels. Le défi est de taille pour les institutions éducatives, notamment dans le milieu scolaire qui intègre chaque année plusieurs dizaines de milliers d'élèves migrants. Les auteurs apportent un éclairage, devenu indispensable, sur la scolarisation des enfants et jeunes primo-migrants, fondé sur une approche historique et/ou actualisant des connaissances sur des trajectoires migratoires, les modes d'insertion sociale et scolaire. Lesn approches historique et quantitative permettent d'appréhender l'évolution des migrations enfantines et juvéniles, tandis que le droit à l'éducation de ces jeunes dans le contexte français est mis en regard des référentiels institutionnels européens. L'analyse ethnographique des expériences sociales et des relations pédagogiques des enfants et jeunes migrants, qu'ils soient accompagnés ou non, offre des clés de compréhension relatives tant à leurs trajectoires et projets migratoires qu'à leurs parcours en France. Mais elle interroge aussi l'école et la place des élèves migrants en son sein. Plus concrètement, au sein des classes, les choix d'enseignement linguistique pour un public identifié comme "allophone" sont questionnés à l'aune des évolutions institutionnelles et didactiques.

05/2021

ActuaLitté

Histoire de France

La guerre des enfants. 1914-1918, 2e édition

La guerre de 1914-1918 marque l'avènement d'une violence nouvelle : l'immensité, la démesure des enjeux pouvaient - croyait-on - tout justifier. Dans cette barbarie, l'enfance devint l'instrument d'une mobilisation générale et intellectuelle sans précédent dans l'histoire. Durant les années 1914-1918, la culture de guerre à l'usage des enfants fut partout appliquée : l'école dispense un code moral d'embrigadement systématique tandis que l'Église exalte et justifie la nécessité de l'engagement. Les loisirs, les jeux, les jouets gomment peu à peu l'espace du rêve inhérent à l'enfance pour éduquer et convaincre ; les lectures mêmes - des " Livres roses pour la jeunesse " aux périodiques illustrés - exhortent le petit enfant au sens du devoir et du sacrifice : l'" enfant-héros " est né. C'est l'effort dont l'enfant fut l'objet qui est au centre de ce livre non seulement en Angleterre et en France mais symétriquement en Allemagne ; et tout ce qui fut dessiné, écrit et composé pour lui. Dans la tourmente des conflits du XXe siècle et du début du siècle suivant, l'ouvrage de Stéphane Audoin-Rouzeau est précieux : il nous permet d'appréhender les mécanismes culturels contemporains des sociétés en guerre, mécanismes de propagande aujourd'hui banalisés, mais qui trouvèrent leur origine et leur impulsion dans le premier conflit mondial.

09/2004

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté