Recherche

Leonardo Padura

Extraits

ActuaLitté

Non classé

La transparence du temps

Une nouvelle enquête de Mario Conde autour d'une statuette - La Vierge Noire - , et cette incroyable quête d'un objet précieux, avec moult flashbacks historiques (comme dans Le Faucon maltais), ne saurait nous faire oublier qu'au final, l’héroïne, comme dans tous les romans de Padura, reste et restera la ville de La Havane ! À l’approche de son soixantième anniversaire, Conde n’a pas le cœur à la fête. Toujours aussi fauché, atteint d’une nostalgie de plus en plus noire, il aimerait bien qu’on lui fiche la paix. Mais le coup de fil d’un ancien camarade de lycée réveille ses vieux instincts. Au nom de l’amitié (mais aussi contre un salaire plus qu’honorable), Bobby Roque Rosell le charge de retrouver une mystérieuse statue de la Vierge noire que lui a volée un ex-amant un peu voyou. Une statuette banale à forte valeur sentimentale, dit-il.
Conde se plonge alors dans le milieu peu reluisant des marchands d’art, découvre les mensonges et hypocrisies de tous les “gagnants” de l’ouverture cubaine, mais aussi la terrible misère de certains bidonvilles de La Havane, les fameux llega y pon où survit péniblement toute une population venue notamment de l’Oriente. 
Alors que les cadavres s’accumulent et que la Vierge noire s’avère plus puissante que prévu, Conde se retrouve embarqué dans un tourbillon historique qui semble répondre à l’autre définition de la révolution : celle qui ramène toujours au même point.
Un grand roman plein d’humour noir et de mélancolie.
 Traduit de l'Espagnol (Cuba) par Elena Zayas A retrouver dans la collection “Grands romans” chez Points

ActuaLitté

litterature hispano-portugaise

L'homme qui aimait les chiens

En 2004, Iván, écrivain frustré, responsable d’un misérable cabinet vétérinaire de La Havane, revient sur sa rencontre en 1977 avec un homme mystérieux qui promenait sur la plage deux lévriers barzoï. “L’homme qui aimait les chiens” lui fait des confidences sur Ramón Mercader, l’assassin de Trotski qu’il semble connaître intimement.

ActuaLitté

litterature hispano-portugaise

Les brumes du passé

Mario Conde a quitté la police. Il gagne sa vie en achetant et en vendant des livres anciens puisque beaucoup de Cubains sont contraints de vendre leurs bibliothèques pour pouvoir manger. Ce jour d’été 2003, en entrant dans cette extraordinaire bibliothèque oubliée depuis quarante ans, ce ne sont pas des trésors de bibliophilie ou des perspectives financières alléchantes pour lui et ses amis de toujours qu’il va découvrir mais une mystérieuse voix de femme qui l’envoûtera par-delà les années et l’amènera à découvrir les bas-fonds actuels de La Havane ainsi que le passé cruel que cachent les livres.

ActuaLitté

litterature hispano-portugaise

L'Automne A Cuba

En cet automne 1989, le cyclone qui menace La Havane perturbe l'inspecteur Mario Conde au moins autant que la découverte de la corruption qui régnait parmi ses collègues du commissariat et la mise à la retraite de son chef. Il pense à démissionner mais accepte de mener une dernière enquête sur un assassinat: le meurtre horrible et quasi rituel d'un ancien responsable de l'économie cubaine exilé et de retour avec un passeport américain. Il fouille le passé et plonge dans l'époque des confiscations, nationalisations et magouilles que la situation a permises. Désabusé, il dévoile surtout le malaise d'une génération de trentenaires qui n'a connu que le revers de la médaille révolutionnaire.

ActuaLitté

litterature hispano-portugaise

Electre à La Havane

Chargé de l’enquête sur l’assassinat d’un travesti, l’inspecteur Mario Conde découvre un monde où on peut être exilé dans son propre pays et où chacun détient une vérité sur le mort et sur un passé que la révolution veut effacer.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté