Recherche

Lawrence Norfolk

Rédacteurs

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Norfolk

Gilles s'envole pour l'Amérique, destination New York. Il part sur les traces de son oncle, à la recherche d'une vérité que livrera peut-être un tableau, le portrait d'un adolescent, l'énigmatique et fameux Blue Boy du peintre anglais Thomas Gainsborough (1727-1788). Gilles n'est pas seul : sa soeur l'accompagne, double fantôme, céleste et doux, qui le guidera dans sa découverte de la grande ville, entre Central Park et Coney Island, puis le conduira jusqu'à Pasadena, en Californie... On vivra avec lui les fantaisies du dépaysement, la lente surprise des saisons qui passent, mélancoliques ou joyeuses, et la révélation sans cesse répétée de l'enfance perdue, puis retrouvée. Sans doute finira-t-on par deviner aussi de quel secret est fait le nom de sa quête : Norfolk.

08/2010

ActuaLitté

Décoration

Norfolk Broads

Dans la lignée de la revue Reliefs et de sa collection "Flore" dédiée à la nature et à l'environnement, découvrez un trésor photographique cher à Reliefs. Découvrez à l'intérieur : - Une illustration imprimée avec soin sur papier d'art - Un livret de quatre pages autour de l'oeuvre Les tirages sont réalisés sur un papier de création à l'aide de techniques de reproduction respectant le plus fidèlement possible la création originale. Issue de Life and Landscape on the Norfolk Broads, un recueil de 50 épreuves au platine de Peter Henry Emerson et Thomas F. Goodall, cette photographie représente une femme cueillant des nénuphars qui serviront d'appâts au pêcheur. Son ombre et celles du rameur, des avirons et de la barque créent une image d'harmonie entre travailleurs et paysage. Et les douces variations tonales transmettent à merveille l'atmosphère des marais.

11/2021

ActuaLitté

Romans historiques

Le festin de John Saturnal

Susan et John, accusés de sorcellerie, doivent se réfugier dans les bois. La mère va alors léguer à son fils un savoir, contenu dans le Livre, dont il promet de perpétuer la mémoire après sa mort. Bientôt orphelin, John est capturé et envoyé au manoir de Buckland. Là-bas, il est affecté aux cuisines sous l'aile d'un chef tout-puissant qui travaillait jadis avec sa mère. Le jeune apprenti parfait ses techniques et, grâce aux secrets du Livre, fait revivre toutes sortes de plats, devenant un chef hors-pair. Bientôt, la guerre civile éclate. Les soldats fanatiques qui défendent les idéaux puritains d'Oliver Cromwell saccagent le pays, lui permettant de vaincre les royalistes et d'instaurer une longue dictature qui plonge la société anglaise de la seconde moitié du XVIIe siècle dans la misère. Des années plus tard, John parvient à retourner à Buckland qui porte encore les marques des ravages de la guerre. Lady Lucretia, l'héritière du manoir, tente de refonder son domaine et est forcée d'épouser un aristocrate arrogant, alors qu'elle aime John, obligé de partir à nouveau. Dix ans plus tard, le mari de Lucretia est mort et John peut revenir au château où il organise des banquets dont la renommée se répandra à travers le monde redorant le blason de Buckland. Est-ce la fin de la malédiction qui pesait sur les destinées de John et Lucretia ?

01/2014

ActuaLitté

Littérature française

Le dictionnaire de Lemprière

En 1788 un jeune universitaire anglais de vingt-trois ans, Lemprière, rédige en huit mois un dictionnaire des antiquités classiques qui fait encore autorité. En 1991, un jeune romancier anglais, Norfolk, invente les circonstances dans lesquelles Lemprière aurait écrit son livre : ainsi, le jeune érudit est-il le témoin d'une série de crimes qui reproduisent les légendes antiques dont son esprit est nourri, et, se croyant responsable de ces meurtres, il s'attelle au dictionnaire comme à un exercice de purgation mentale. Ainsi il est le jouet d'une mystérieuse société secrète qui tire les ficelles de la puissante Compagnie des Indes : neuf hommes dont le rêve est de revenir en triomphateurs à La Rochelle, d'où leurs ancêtres se sont enfuis au moment du siège (1628), et de balayer la monarchie française. Parce que sa famille a failli faire échouer leur entreprise, Lemprière est un ennemi à abattre ou un complice à récupérer... Jersey, Londres, Paris, Versailles, La Rochelle, l'Atlantique, la Méditerranée... L'oeuvre joue avec l'espace et le temps. D'une fantaisie baroque qui va jusqu'à l'extravagance : robots revêtus de chair, hommes volants, orangers en délire dans le parc de Versailles, etc. Cette fresque historique truquée est une fresque sociale : port de Londres, agitateurs de la pègre, policiers et juges paranoïaques, notaires véreux, inoubliable veuve Neagle, qui martèle le crâne d'un notaire avec son soulier... Roman policier, roman comique, roman d'amour, {le Dictionnaire de Lemprière} fut un grand succès en Angleterre, aux Etats-Unis et en Allemagne.

12/1994

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le rhinocéros du pape

En février 1516, un navire portugais en provenance de Goa coule au large de Gênes. La " Nostra Sehora de Ajuda " rapportait un rhinocéros au pape Léon X. En partant d'une anecdote véridique, Lawrence Norfolk nous conte ici les complots et les aventures qui mènent à ce spectaculaire naufrage. Envoyé auprès du pape par des moines désireux d'implorer son aide, Salvestro, mercenaire et déserteur, a accepté une mission : aller chercher au bout du monde cet animal dont rêvait Léon X après l'avoir vu sur la célèbre gravure de Dürer. Cependant, Espagnols et Portugais se disputent l'appui de la papauté pour le partage du Nouveau Monde : mettre la main sur le rhinocéros serait s'attirer ses bonnes grâces, à coup sûr... Intrigues, péripéties, poursuites, des bas-fonds de Rome à la forêt tropicale du Bénin, de la Baltique aux premiers comptoirs de l'Inde : le romancier du " Dictionnaire de Lemprière ", best-seller mondial en 1994, nous entraîne dans une étourdissante cavalcade, avec l'allégresse et l'imagination d'un Dumas père, l'érudition et la malice d'un Umberto Eco.

03/2000

ActuaLitté

Critique littéraire

Aimer Lawrence

Il fallait bien qu'un jour je croise la route de Lady Chatterley. J'ai fait mieux, je suis tombée amoureuse de celui qui l'imagina, D. H. Lawrence, à cause de sa figure de mauvais coucheur, à cause de l'extraordinaire sensibilité de son "écriture androgyne" dont parlait Anaïs Nin. Pendant deux ans, je n'ai pas quitté cet amateur des grands espaces qui, lorsqu'il écrivait, ne s'est jamais encombré des barrières du surmoi. J'ai voulu faire redécouvrir cet auteur célèbre qui n'est plus assez lu, contemporain des suffragettes, et qui vécut entouré de femmes libres. Il avait compris qu'au vortex de leur émancipation et de leurs revendications se trouvait le plein accomplissement de leur jouissance sexuelle.

09/2017

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté