Recherche

La tête sous l'eau

Extraits

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

J'étais nu pour le premier baiser de ma mère

Admiré par toute une génération (celle de Sony Labou Tansi et Tierno Monénembo), Tchicaya U Tam'si domine la production poétique de la postnégritude, sans compter la force unique de ses romans et nouvelles. Marqué par la disparition tragique de Lumumba, viscéralement attaché au Congo, Tchicaya U Tam'si mêle sa souffrance et ses voluptés à celles de sa terre natale, dans une écriture travaillée par collages savoureux et ruptures baroques: 'Ma poésie, disait-il, est comme le fleuve Congo, qui charrie autant de cadavres que de jacinthes d'eau. ' Léopold Sédar Senghor: 'Car l'image est le seul fil qui conduise le cœur au cœur, la seule flamme qui consume l'âme. De la tête de Tchikaya, de sa langue, de sa plume, de sa peau jaillissent donc les images comme d'un kaléidoscope, avec la force du geyser. Images touffues, changeantes, tournantes, tout en rythmes et en couleurs, tout en sucs et sèves: images vivantes. C'est un feu d'artifice, un volcan en éruption. ' Et Senghor savait juger en la matière.

11/2013

ActuaLitté

Non classé

La tête sous l'eau

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l'air perdu. Il m'a pris dans ses bras et s'est mis à pleurer. Un court instant j'ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.Puis il s'est écarté et j'ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : " On l'a retrouvée. Merde alors. On l'a retrouvée. C'en est fini de ce cauchemar. " Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n'en avions pas terminé.

08/2018

ActuaLitté

Non classé

La daronne

« On était donc fin juillet, le soleil incendiait le ciel ; les Parisiens migraient vers les plages, et alors que j’entamais ma nouvelle carrière, Philippe, mon fiancé flic, prenait son poste comme commandant aux stups de la 2e DPJ. “Comme ça on se verra plus souvent”, m’avait-il dit, réjoui, en m’annonçant la nouvelle deux mois auparavant, le jour de sa nomination.J’étais vraiment contente pour lui, mais à cette époque je n’étais qu’une simple traductrice-interprète judiciaire et je n’avais pas encore une tonne deux de shit dans ma cave. »

Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence… qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau tout en élevant ses enfants… qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir… on en arrive à franchir la ligne jaune ?

Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt... disons... un détachement joyeux.

Et on devient la Daronne.

03/2017

ActuaLitté

policier & thriller (grand format)

Sas 56 Operation Matador

Les autres couples du "jacuzzi", occupés à forniquer paisiblement dans l'eau, ne se doutaient de rien. Une main énorme se posa sur la bouche de Malko pour l'empêcher de crier. Le second tueur lui fit un croc-en-jambe. Malko perdit l'équilibre et sa tête disparut sous la surface...

02/2016

ActuaLitté

enseignants

Les chaises vides ; ne plus jamais enseigner

«La rentrée, savez-vous seulement ce que c'est? L'avez-vous jamais su? La rentrée, c'est le moment précis où le bourreau vous replonge la tête sous l'eau. » Quand votre première affectation vous envoie à cent kilomètres de chez vous, dans ce territoire énigmatique qu'est la Zone interdite, quand les élèves relèvent de catégories qui vont du pénible au débile profond, quand la violence verbale ou physique occupe le plus clair de vos journées et que la formation pédagogique ne vous a pas appris l'art de la guerre... alors, oui, le métier d'enseigner tourne au supplice. Christophe Etemadzadeh brosse un tableau impitoyable de l'Éducation nationale. Et que celui qui n'a jamais rêvé d'assommer le crétin au fond de la classe lui jette la première pierre.

ActuaLitté

litterature jeunesse albums

Martine t.60 ; Martine et le prince mysterieux

Voilà Martine et son fidèle ami Patapouf dans la merveilleuse cité italienne de Venise. Patapouf a été choisi pour jouer le rôle du compagnon d’Arlequin dans un film ; il se prend pour une véritable star de cinéma! Les prises de vue sont longues, pendant la pause, Martine sort prendre l’air au bord de l’eau lorsqu’elle entend une voix… « Je suis le dernier prince de Venise » lui annonce le jeune garçon qui l’a appelé, mais il est poursuivit! Vite, les deux enfants se lancent dans une folle course parmi les ponts et les canaux, les escaliers et les colonnes de marbres… Quel danger menace ce prince si mystérieux? Martine, dans sa robe de princesse et au milieu de ce décor enchanteur, ne sait plus où donner de la tête…

09/2010

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté