Recherche

La vie la plus douce

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Douze auteurs, douze romans de la rentrée littéraire 2020

C’est la rentrée ! Qui dit rentrée dit rentrée littéraire, avec sa myriade de nouveautés et de découvertes. Qui dit rentrée littéraire dit l’excitation de retrouver des auteurs et autrices attendus, comme le plaisir d’en découvrir des nouveaux. Mais comment s’y retrouver parmi les parutions de cette rentrée ?

ActuaLitté

Dossier

Le Prix “Envoyé par La Poste”

Créé par la Fondation d’entreprise La Poste, le prix « Envoyé par La Poste » récompense un manuscrit (roman ou récit) adressé par courrier, sans recommandation particulière, à un éditeur qui décèle, avec son comité de lecture, un talent d’écriture et qui décide de le publier.

ActuaLitté

Dossier

Vois Lis, Voix Là : le podcast de ActuaLitté

Avec le développement fulgurant du livre lu, c’est toute une dimension audio qui se développe désormais dans le monde du livre. Ce qui devait pousser la rédaction à diversifier ses approches, avec la création d’un podcast dédié. Des livres, des auteurs, des lectures, des chroniques, et bien d’autres choses encore.

ActuaLitté

Dossier

La librairie et le Label Lir : les raisons de la colère

Une étude réalisée conjointement par le ministère de la Culture et de la Communication, le Syndicat de la librairie française et le Syndicat national de l’édition, le rapport de la mission « Livre 2010 » et celui d’Antoine Gallimard, remis au cours de l’année 2007, ont souligné la fragilité de la situation économique des librairies indépendantes et préconisé de faire du maintien et du développement de ces entreprises une des priorités de la politique du livre. 

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Goncourt de la biographie

Dès 1980, l'Académie Goncourt se dote d'une bourse pour soutenir les auteurs de biographie : Jean Lacouture reçoit la première récompense pour son ouvrage François Mauriac, consacré à l'auteur d'Un Nœud de vipères et publié par les éditions du Seuil. Devenu un Prix Goncourt au même titre que le Goncourt de la nouvelle, par exemple, le prix est désormais remis chaque année par les académiciens, au cours d'une cérémonie organisée à Nancy pendant l'événement Le Livre sur la Place.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix de la littérature arabe

Créé en 2013, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe : il salue le roman ou le recueil de nouvelles d'un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d'un ouvrage écrit en arabe et traduit en français ou directement écrit en français.

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

La vie la plus douce

" La vie la plus douce, c'est de ne penser à rien " , confie son grand-père à Adrien. Peut-être est-ce le secret que l'enfant appliquera sans d'abord le comprendre, lui qui subit, très jeune, les surprises de la vie. C'est l'agonie du petit frère. Puis les coups reçus en pension, dès six ans, et la violence d'un grand frère vite abonné aux drogues dures. Et toujours, l'absence des parents : la mère, beauté diaphane, peintre noyée dans l'alcool et la térébenthine, le père occupé aux affaires industrielles et extraconjugales. C'était au siècle passé, une décennie où soufflait un grand vent de liberté. Dans les maisons familiales de Paris ou de Saint-Tropez, passent alors bien d'autres personnages : la tante proustienne et magicienne, l'héritier des empereurs de Byzance, le petit-neveu de Goering, ou encore Jici, l'apôtre enthousiaste de Pol Pot. Et tant d'autres ombres, comiques, attachantes ou sinistres, retournées rapidement au néant. Dans ce monde pittoresque et dingue où se mêlent grands bourgeois, junkies, maoïstes, stars de cinéma, pornocrates, aventuriers, et où il est exigé de jouir de tout, Adrien garde en toutes circonstances un détachement de dandy. Mais une jeune femme cherchera à le sauver en lui inoculant une certaine idée du bonheur. Candice, l'adolescente aux seins nus, qui ne lui refuse aucune liberté parce qu'elle ne s'en refuse aucune. Autobiographie, souvent. Rêves, parfois. Roman, toujours. Car la réalité n'est-elle pas une déformation de la fiction ? Fabrice Gaignault fait siens les mots du poète Stanley Kunitz : " J'ai traversé beaucoup de vies, certaine étaient les miennes. "

01/2022

ActuaLitté

Littérature française

Pour une vie plus douce

" Quand, vers huit ans, je demandai à mes parents où ils s'étaient vus la première fois, ils ne me firent pas le type de réponse qu'entendent habituellement les enfants. Ils ne s'étaient pas rencontrés au lycée, ni dans un box en Skaï de discothèque, ni lors d'un stage UCPA, et donc ils n'allaient pas le prétendre. Ils m'apprirent qu'ils s'étaient d'abord aperçus dans une agence de Cetelem, où ils étaient venus réclamer un crédit voiture (mon père, fonctionnaire mâle, l'avait obtenu d'emblée pour un des tout premiers exemplaires de la Citroën BX break, tandis que ma mère, ouvrière précaire, était invitée à repasser une fois qu'elle se serait décidée à acquérir une cylindrée d'occasion plutôt qu'une neuve). Je crois bien qu'ils avaient évoqué leurs frôlements du début avec beaucoup de tendresse dans la voix, encore émus par ce souvenir et parce qu'ils avaient toujours tenu la salle d'attente du prêteur pour un lieu somme toute aussi romantique qu'une petite auberge de bois clair sur la route de l'Italie. "

08/2009

ActuaLitté

Littérature française

Plus douce est la vengeance

Parfait carriériste, Sylvain Caron n'en est pas moins très amoureux de sa femme et lorsque celle-ci perd la vie dans des circonstances dramatiques, il est fou de douleur... Fou de douleur et ivre de rage envers Tanguy Verdier, l'homme qu'il estime responsable de la mort de son épouse. Et sur la tombe de celle-ci, il lui fait une promesse : peu importe le temps que cela lui prendra et les moyens employés, cet homme paiera pour son crime. Mais Sylvain va bien vite réaliser qu'on ne s'improvise pas justicier vengeur du jour au lendemain et que les choses ne sont pas aussi simples et limpides qu'on le voudrait.

09/2019

ActuaLitté

Littérature française

La Caque. De la pestilence à la plus douce fragrance !

Merci à Fabienne de nous avoir offert cette chronique. où transparaît la vie martiniquaise du milieu du 20e siècle à nos jours. Partie d'expériences personnelles, elle nous plonge dans la vie quotidienne insoupçonnée du siècle dernier. Dans un style léger alliant l'humour, la poésie et le documentaire, elle passionnera et étonnera la jeune génération, à l'heure de l'Internet et du Smartphone. Elle réveillera les souvenirs des plus anciens et intéressera les citadins qui pourraient ignorer les réalités du monde rural de leur époque C'est un texte riche, instructif qui saura se faire apprécier. Prose et poésie, français et créole tracent les contours d'une victoire remportée de haute lutte.

10/2020

ActuaLitté

BD tout public

La douce

À cinquante ans passés, Léon Van Bel, machiniste-mécanicien proche de la retraite, s’accroche passionnément à son métier de cheminot, et à la machine qui l’incarne : la 12.004, somptueuse loco à vapeur de plus de vingt mètres de long, avec laquelle il a déjà fait quatre fois le tour de la terre et qu’il surnomme affectueusement « la Douce ». Mais au fond, il ne se fait guère d’illusions. Dans ce monde qui pourrait être le nôtre, les transports ferroviaires traditionnels seront très bientôt détrônés par le téléphérique, et Van Bel irrémédiablement mis au rancart, sacrifié comme sa machine aux exigences de la modernité. Pour protéger la loco du dépeçage, le vieux cheminot révolté tente, en vain, de voler la Douce. Persuadé néanmoins qu’elle a pu échapper aux ferrailleurs, et qu’il saura la retrouver, il embarque clandestinement à bord du téléphérique, en compagnie d’une jeune femme mutique dont il a déjà brièvement croisé la route, dans des circonstances dramatiques…

04/2012

ActuaLitté

Littérature française

Petites scènes de la vie douce amère

"Les caisses ouvertes, les boîtes de conserve rangées, il restait les cartons ; il fallait les aplatir, ce qu'ils sont récalcitrants à faire par nature, puis on les chargeait sur un chariot, mais ils se vengeaient alors et le bel édifice s'effondrait au passage de la porte toujours trop étroite : si l'on en venait à bout, alors on les entassait dans la camionnette, Vincent... s'installait derrière le volant, et direction un cartonnier qui régnait sur deux ou trois hangars venteux de la ville où il entassait sa marchandise."

11/2016

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté