Recherche

La montée des cendres

Extraits

ActuaLitté

histoire essais

Le phenix francais ou comment la france s'est toujours relevee de charles v a de gaulle

Il y a bien un miracle français: une étonnante capacité à renaître, telle le phénix, de ses cendres, et que soulignait en son temps Raymond Aron: «Nous avons souvent dégringolé après être montés, mais mystérieusement, nous avons toujours réussi à ressusciter. » D'où vient cette capacité de rebond? Comment la France parvient-elle à passer de l'effondrement au redressement, de l'humiliation à la gloire, de la banqueroute à la prospérité? Pour élucider ce paradoxe, Georges Valance revient aux sources de l'histoire de France. Il en explore les plus fortes crises. Terrassée par l'Anglais pendant la guerre de Cent Ans, déchirée par les guerres de religion, et un siècle plus tard par les dissensions de la Fronde, laminée par les guerres révolutionnaires, humiliée par l'Allemagne en 1870 puis de nouveau en 1940... Et cependant, alors que s'élevait déjà la complainte des «déclinologues» de l'époque, la France a su, chaque fois, sortir du gouffre et retrouver son rang. «On ne modernise pas un pays à partir de ses échecs, mais en démontrant la possibilité du changement à partir de ses succès», nous avertit Nicolas Baverez. C'est l'ambition de ce livre. En nous rappelant comment les Français sont parvenus à surmonter les pires heures de leur histoire, Georges Valance nous offre une formidable leçon d'optimisme - et aussi une incitation à l'action.

ActuaLitté

jeunesse

Les jeunes suicidants à l'hôpital

Le suicide constitue la deuxième cause de décès pour les 15-24 ans, et ce malgré une diminution des taux de suicide d’environ 15 % depuis 1985. Ainsi, actuellement, les jeunes meurent plus par suicide en France qu’en Italie ou en Grèce, aux Pays-Bas, au Portugal ou au Royaume-Uni. Quant à la morbidité suicidaire (tentative de suicide non suivie de décès), le problème persiste et s'aggrave même. Là encore, la France n’est pas en bonne position. Une enquête européenne a montré qu’entre 1989 et 1992 l'incidence a diminué en moyenne de 18 % pour les garçons et de 11 % pour les filles de 15 à 24 ans, sauf en France où elle a augmenté. Si les facteurs de risque de tentative de suicide sont maintenant mieux connus, le mode de prise en charge hospitalière et le devenir des suicidants hospitalisés restent très peu explorés. Face à ce constat, la Fondation de France a pris l’initiative, en 1997, de lancer l’enquête « Jeunes Suicidants à l’Hôpital ». Réalisée sous la direction de Marie Choquet, épidémiologiste, directeur de recherche à l'Inserm, et Virginie Granboulan, pédopsychiatre, praticien hospitalier au Centre hospitalier intercommunal de Créteil, l'enquête a été organisée, entre 1997 et 1999, dans neuf centres hospitaliers, auprès de 582 jeunes, hospitalisés après un tentative de suicide, et de leur famille. Elle visait à explorer les questions suivantes: Qui sont ces jeunes suicidants hospitalisés? Quelles sont leurs caractéristiques sociales, familiales et psychologiques? Comment vivent-ils au quotidien? Comment sont-ils pris en charge à l’hôpital pour leur tentative de suicide? Que pensent les jeunes et leurs parents de cette prise en charge? Que sont devenus ces jeunes un an plus tard? Quelles différences y a-t-il selon le sexe et l'âge? Autant de thèmes, analysés à partir de cette enquête, qui permettent de mieux connaître ces jeunes « en mal de vivre » et surtout de bousculer bien des idées reçues les concernant...

01/2004

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

La montée des cendres

Dans La Montée des cendres, tout monte et tout descend. Il pleut sur Paris. Il pleut tous les jours. L’eau descend des nuages qui alourdissent le ciel. Du coup, la Seine monte. Elle croît, comme chaque hiver, mais cette année elle semble ne pas vouloir cesser de monter. Elle pourrait déborder. À quelques pas de ses quais bientôt submergés, le chantier de rénovation des Halles vient de débuter. Chaque matin des convois de camions évacuent la boue et les gravois. Le sol paraît descendre dans la terre. Pourtant, dès qu’une flamme inattendue s’élève dans la cheminée, sa lumière fugace éclaire la pièce. Sa chaleur monte. Elle irradie, elle fume. Désormais, il faut veiller à ne jamais manquer de bois. L’eau descend du ciel, la pluie tombe, le fleuve monte, les travaux s’enfoncent dans la terre. Le feu chauffe. Une fumée, légère, s’échappe vers le conduit de la cheminée. Chaque élément devient un personnage, dans un équilibre de mouvements tendus vers leur résolution: leurs dynamiques contradictoires s’annulent pour générer une attente. Le creux ouvert dans le jardin des Halles suffira-t-il à absorber la crue de la Seine? Le fleuve viendra-t-il inonder le feu dans la cheminée? Comment la narrateur pourra-t-il persévérer à sauvegarder son feu dans une ville où les flammes sont aujourd’hui invisibles, les fours des pizzerias électriques, et le petit bois rare? À la fois guide méthodique des solutions pratiques pour entretenir un foyer en milieu urbain, récit documentaire sur la première tranche des travaux de rénovation du jardin des Halles, chronique quotidienne d’une crue à venir, tout autant qu’une tentative de dire les couleurs du feu, le dessin de la flamme et le parfum de la fumée, d’atteindre l’éphémère ou d’énoncer l’extinction, Pierre Patrolin a surtout voulu écrire une fiction où la fragilité du feu, la puissance contenue du flot de la rivière, les efforts dérisoires d’un héros qui s’entête à vouloir ramasser du bois sur les trottoirs, suffisent à générer une attente. L’attente de l’événement qui pourrait survenir, l’imprévu finalement nécessaire pour rassembler tous ces éléments dans un dénouement logique.

01/2013

ActuaLitté

jeunesse

Les jeunes suicidants à l'hôpital

Le suicide constitue la deuxième cause de décès pour les 15-24 ans, et ce malgré une diminution des taux de suicide d’environ 15 % depuis 1985. Ainsi, actuellement, les jeunes meurent plus par suicide en France qu’en Italie ou en Grèce, aux Pays-Bas, au Portugal ou au Royaume-Uni. Quant à la morbidité suicidaire (tentative de suicide non suivie de décès), le problème persiste et s'aggrave même. Là encore, la France n’est pas en bonne position. Une enquête européenne a montré qu’entre 1989 et 1992 l'incidence a diminué en moyenne de 18 % pour les garçons et de 11 % pour les filles de 15 à 24 ans, sauf en France où elle a augmenté. Si les facteurs de risque de tentative de suicide sont maintenant mieux connus, le mode de prise en charge hospitalière et le devenir des suicidants hospitalisés restent très peu explorés. Face à ce constat, la Fondation de France a pris l’initiative, en 1997, de lancer l’enquête « Jeunes Suicidants à l’Hôpital ». Réalisée sous la direction de Marie Choquet, épidémiologiste, directeur de recherche à l'Inserm, et Virginie Granboulan, pédopsychiatre, praticien hospitalier au Centre hospitalier intercommunal de Créteil, l'enquête a été organisée, entre 1997 et 1999, dans neuf centres hospitaliers, auprès de 582 jeunes, hospitalisés après un tentative de suicide, et de leur famille. Elle visait à explorer les questions suivantes: Qui sont ces jeunes suicidants hospitalisés? Quelles sont leurs caractéristiques sociales, familiales et psychologiques? Comment vivent-ils au quotidien? Comment sont-ils pris en charge à l’hôpital pour leur tentative de suicide? Que pensent les jeunes et leurs parents de cette prise en charge? Que sont devenus ces jeunes un an plus tard? Quelles différences y a-t-il selon le sexe et l'âge? Autant de thèmes, analysés à partir de cette enquête, qui permettent de mieux connaître ces jeunes « en mal de vivre » et surtout de bousculer bien des idées reçues les concernant...

01/2004

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

La montée des cendres

Dans La Montée des cendres, tout monte et tout descend. Il pleut sur Paris. Il pleut tous les jours. L’eau descend des nuages qui alourdissent le ciel. Du coup, la Seine monte. Elle croît, comme chaque hiver, mais cette année elle semble ne pas vouloir cesser de monter. Elle pourrait déborder. À quelques pas de ses quais bientôt submergés, le chantier de rénovation des Halles vient de débuter. Chaque matin des convois de camions évacuent la boue et les gravois. Le sol paraît descendre dans la terre. Pourtant, dès qu’une flamme inattendue s’élève dans la cheminée, sa lumière fugace éclaire la pièce. Sa chaleur monte. Elle irradie, elle fume. Désormais, il faut veiller à ne jamais manquer de bois. L’eau descend du ciel, la pluie tombe, le fleuve monte, les travaux s’enfoncent dans la terre. Le feu chauffe. Une fumée, légère, s’échappe vers le conduit de la cheminée. Chaque élément devient un personnage, dans un équilibre de mouvements tendus vers leur résolution: leurs dynamiques contradictoires s’annulent pour générer une attente. Le creux ouvert dans le jardin des Halles suffira-t-il à absorber la crue de la Seine? Le fleuve viendra-t-il inonder le feu dans la cheminée? Comment la narrateur pourra-t-il persévérer à sauvegarder son feu dans une ville où les flammes sont aujourd’hui invisibles, les fours des pizzerias électriques, et le petit bois rare? À la fois guide méthodique des solutions pratiques pour entretenir un foyer en milieu urbain, récit documentaire sur la première tranche des travaux de rénovation du jardin des Halles, chronique quotidienne d’une crue à venir, tout autant qu’une tentative de dire les couleurs du feu, le dessin de la flamme et le parfum de la fumée, d’atteindre l’éphémère ou d’énoncer l’extinction, Pierre Patrolin a surtout voulu écrire une fiction où la fragilité du feu, la puissance contenue du flot de la rivière, les efforts dérisoires d’un héros qui s’entête à vouloir ramasser du bois sur les trottoirs, suffisent à générer une attente. L’attente de l’événement qui pourrait survenir, l’imprévu finalement nécessaire pour rassembler tous ces éléments dans un dénouement logique.

01/2013

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté