Recherche

Jorge Semprun

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Jorge Semprún

Jorge Semprún is a leading writer from the first generation of Spanish Civil War exiles, yet studies of his work have often focused solely on his literary testimony to the concentration camps and his political activities. Although Semprún's work derives from his incarceration in Buchenwald and his expulsion from the Spanish Communist Party in 1964, limiting the discussion of his works to the autobiographical details or to the realm of Holocaust studies is reductive. The responses by many influential writers to his recent death highlight that the significance of Semprún's work goes beyond the testimony of historical events. His self-identification as a Spanish exile has often been neglected and there is no comprehensive study of his works available in English. This book provides a global view of his oeuvre and extends literary analysis to texts that have received little critical attention. The author investigates the role played by memory in some of Semprún's works, drawing on current debates in the field of memory studies. A detailed analysis of these works allows related concepts, such as exile and nostalgia, the Holocaust, the interplay between memory and writing, politics and collective memory, and postmemory and identity, to be examined and discussed.

04/2014

ActuaLitté

Critique littéraire

Jorge Semprun. Entre résistance et résilience

L'oeuvre de Jorge Semprun, exilé, résistant, déporté, écrivain, homme politique, explore les territoires de la mort. Traversant le XXe siècle et ses désastres, arpentant une Europe ravagée, elle interroge la solitude, la fraternité, la littérature et la beauté du monde. Cette enquête entrelace histoire, psychanalyse, critique littéraire, documents d'archives et paroles vives des témoins. Comment survit-on à l'expérience concentrationnaire ? Quel rôle joue alors la littérature ? Qui sont ces personnages récurrents qui traversent son oeuvre ? En choisissant la fiction comme voie royale du témoignage, Semprun transgresse les canons du genre et suscite de nombreux débats alimentés par son statut particulier d'employé à Buchenwald et son parcours dogmatique au Parti communiste espagnol. Chez lui, la séparation fiction/réel est totalement artificielle. On suivra donc Semprun et ses doubles narrateurs de l'enfance au grand âge, Semprun dont l'oeuvre inclassable, hommage aux résistants et aux disparus, est devenue une arme de guerre contre l'effraction traumatique, formant un journal clinique inédit riche d'enseignements.

05/2017

ActuaLitté

Critique littéraire

Jorge Semprun, l'écriture et la vie

La vie de Jorge Semprun reflète presque tous les épisodes de l'histoire de l'Europe au XXe siècle. Depuis sa naissance, en 1923, dans une famille de la grande bourgeoisie madrilène, en passant par le traumatisme de la Guerre civile et de l'exil, jusqu'au maquis et à la déportation au camp de Buchenwald, sans oublier l'aventure communiste, Jorge Semprun a tous les traits des "voyageurs déracinés" des grands intellectuels du siècle, selon l'expression de l'historien Tony Judt. Ecrivain, scénariste, Jorge Semprun a construit une oeuvre singulière, Le Grand Voyage, Quel beau dimanche, L'écriture ou la vie, Une tombe au creux des nuages, qui traite de la mémoire, de l'essor des totalitarismes et du poids de l'Histoire sur les individus. Il est mort à Paris en 2011. Voici la première biographie d'un homme dont la vie ne ressemble à aucune autre.

01/2017

ActuaLitté

Critique littéraire

Relire Jorge Semprun sur le sentier Giraudoux pour rencontrer Judith

Les textes de Jorge Semprun sont tressés à une riche culture européenne où s'inscrivent liberté et raison critique. Parmi les influences qui irriguent cette oeuvre signifiante Françoise Nicoladzé distingue celle de Jean Giraudoux que le jeune exilé de la guerre d'Espagne découvre au lycée Henri-IV. Le " Précieux Giraudoux " est présent jusque dans son dernier roman : Vingt ans et un jour, autour de la figure étincelante de Judith, en miroir au tableau d'Artemisia Gentileschi. Pourquoi cette référence surprenante a-t-elle accompagné l'écrivain ? Que révèle-t-elle de l'identité semprunienne et comment a-t-elle permis de composer, avec d'autres figures romanesques, sa représentation de l'érotisme ? Cet essai propose quelques réponses qui soulignent le lien intense de Jorge Semprun à la littérature française.

06/2014

ActuaLitté

Critique littéraire

Peter Knapp dessine L'Ecriture ou la vie de Jorge Semprun

Déporté à Buchenwald, Jorge Semprun est libéré par les troupes de Patton, le 11 avril 1945. L’étudiant du lycée Henri-IV, le lauréat du concours général de philosophie, le jeune poète qui connaît déjà tous les intellectuels parisiens découvre à Buchenwald ce qui n’est pas donné à ceux qui n’ont pas connu les camps : vivre sa mort. Un temps, il va croire qu’on peut exorciser la mort par l’écriture. Mais écrire renvoie à la mort. Pour s’arracher à ce cercle vicieux, il sera aidé par une femme, bien sûr, et peut-être par un objet très prosaïque : le parapluie de Bakounine, conservé à Locarno. Dans ce tourbillon de la mémoire, mille scènes, mille histoires rendent ce livre sur la mort extrêmement vivant. Semprun aurait pu se contenter d’écrire des souvenirs, ou un document. Mais il a composé une oeuvre d’art, où l’on n’oublie jamais que Weimar, la petite ville de Goethe, n’est qu’à quelques pas de Buchenwald. Peter Knapp a été profondément marqué par la lecture de ce récit. Il en propose ici sa propre lecture, avec une cinquantaine de dessins accompagnés d’extraits du texte de Semprun : « Jorge Semprun a laissé des mots en allemands dans son texte français. J’ai essayé de les visualiser ».

10/2012

ActuaLitté

Critique littéraire

La lecture et la vie. Oeuvre attendue, oeuvre reçue : Jorge Semprun et son lectorat

Pourquoi devient-on lecteur de Jorge Semprun ? Comment comprendre l'émotion suscitée par ses textes et renvoyée en écho dans la riche correspondance reçue par l'écrivain ? A partir de ces lettres et d'une enquête personnelle, Françoise Nicoladzé analyse la réception d'un lectorat le plus souvent fervent, parfois critique mais surtout fidèle à une écriture qui met en perspective les tragédies du XXe siècle. Jorge Semprun, en témoignant des combats pour la liberté et de l'ombre glaciale de la déportation, appelle la reconnaissance pour cette transmission lucide et sereine. Mais le mouvement général de l'œuvre, servie par une culture européenne miroitante, fait également triompher les beautés de la vie et la tendresse des femmes. Cette mise en échec de la mort amplifie, au fil des générations, l'accueil de ces romans-mémoires en opposant au problème du mal l'étoilement de la fraternité.

03/2002

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté