Recherche

Jean Baechler

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Jean d'Ormesson

En mars 2018, quelques mois après la disparition de Jean d'Ormesson, le 5 décembre 2017, sa fille Héloïse d'Ormesson annonce la création d'un prix littéraire pour lui rendre hommage. « C’est avec joie et fierté que je vous annonce la création du prix Jean d’Ormesson, qui sera décerné le 6 juin prochain au Centre national du livre (pour s’approcher de la date anniversaire de la naissance de mon père le 16 juin 1925) », explique-t-elle.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Jean d'Ormesson

Venu au monde dans le 7e arrondissement de Paris, le 16 juin 1925, au sein d’une famille noble, Jean d'Ormesson s'engagea tardivement, de son propre aveu, dans l'écriture, trop occupé qu'il était à lire. Il publie son premier ouvrage, L’amour est un plaisir, en 1956, aux éditions Julliard, mais son livre La gloire de l’Empire, en 1971, lui vaut une reconnaissance littéraire avec le Grand Prix du roman de l’Académie française.

ActuaLitté

Dossier

De Michel Glardon à Jean Richard : histoire des Éditions d'en bas

En raison de la crise sanitaire du Covid-19 et à la suite de la fermeture des librairies, sans oublier l’annulation des salons du livre, les Éditions d’en bas ont choisi la riposte. La maison, qui célèbre ses 45 ans, a souhaité partager son histoire, à travers des podcasts et des vidéos de leurs auteurs. Mais également faire découvrir des livres plus anciens à travers toutes ces années de publications.

ActuaLitté

Dossier

L'oiseau moqueur de Harper Lee, un chef d'oeuvre à la peau dure

L’histoire que raconte Jean Louise Finch, alors âgée de six ans, est devenue l’un des plus grands classiques de la littérature américaine. To Kill a Mockingbird, prix Pulitzer Littérature 1961, un an après sa sortie, est réputé pour son humour et sa chaleur, alors qu’il traite de viol et d’inégalité raciale.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Goncourt de la biographie

Dès 1980, l'Académie Goncourt se dote d'une bourse pour soutenir les auteurs de biographie : Jean Lacouture reçoit la première récompense pour son ouvrage François Mauriac, consacré à l'auteur d'Un Nœud de vipères et publié par les éditions du Seuil. Devenu un Prix Goncourt au même titre que le Goncourt de la nouvelle, par exemple, le prix est désormais remis chaque année par les académiciens, au cours d'une cérémonie organisée à Nancy pendant l'événement Le Livre sur la Place.

ActuaLitté

Dossier

Le Commissaire Maigret, figure historique de la littérature policière

Le retour du Commissaire Maigret, cette fois sous les traits de Gérard Depardieu, relance l’intérêt pour le personnage de Georges Simenon. À travers 75 romans policiers et 28 nouvelles, l’enquêteur a officié entre 1931 et 1972. Amateurs de vins — sauf le champagne — et fumeur de pipe, il aura connu bien des visages sur petit et grand écran. 

Extraits

ActuaLitté

Sciences historiques

Guerre et Histoire

Le politique est au coeur de la condition humaine, et la guerre une dimension essentielle du politique : elle est un facteur décisif de très nombreux phénomènes marquants depuis l'aube du Néolithique. Ainsi, la guerre est le moteur principal de la construction des politiques, en particulier des empires sur tous les continents. Elle contribue massivement à la différenciation et à l'autocratisation des régimes politiques. Elle inspire la fiscalité et soutient la bureaucratisation de la gestion publique. Par le passé, elle a contribué à l'aristocratisation des élites sociales en Europe et au Japon, et elle est la responsable principale du dimorphisme sexuel dans l'espèce humaine. Son influence est également perceptible dans l'émergence de la science en Europe et dans les phénomènes de modernisation. Elle a inspiré les épopées, les arts martiaux et le sport. Aucune histoire particulière ne peut s'en déclarer entièrement exempte. Le présent volume examine donc en quoi la guerre est un fait universel qui façonne tant les histoires individuelles que collectives.

01/2019

ActuaLitté

Sciences historiques

La guerre et les arts

La guerre a sollicité les arts très tôt dans l'histoire de l'humanité, comme en témoigne l'art rupestre du Levant et du Sahara. Au cours de l'Antiquité, la guerre est notamment représentée sur les sculptures, les monnaies, les vases grecs, et, plus tard, la grande peinture d'histoire en Europe privilégie la représentation de faits guerriers. En Inde, la sculpture classique et la miniature monghole en ont multiplié les expressions, tandis que les brahmanes ont élaboré une théorie de la saveur esthétique de la fureur guerrière. L'architecture militaire a même donné lieu, avec Vauban, à des réflexions esthétiques. Aux XXe et XXIe siècles, les films, puis les séries télévisées et les jeux vidéo, ne cessent de mettre en scène la guerre. Quant à la musique, elle a été mobilisée elle aussi au service de la guerre, par exemple à la Renaissance en Italie, et en Chine qui a développé l'opéra martial. Enfin, la littérature a glorifié la guerre dans les épopées, les chansons de geste et de nombreux romans. Le présent volume met ainsi en lumière les biais par lesquels la guerre a inspiré et influencé tous les arts, et ce jusqu'à la gastronomie.

12/2018

ActuaLitté

Sciences historiques

Figures de la guerre

La guerre a un poids décisif sur les affaires humaines depuis une dizaine de millénaires. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, la guerre était perçue et vécue, selon la position occupée et les péripéties, comme un fléau ou une aventure exaltante. La catastrophe suicidaire de 1914 a instillé l'horreur de la guerre et inspiré un courant pacifiste dominant, qui a longtemps fait de la guerre un tabou en tant qu'objet d'étude dans les sciences humaines, y compris en histoire. Depuis peu, les travaux se sont multipliés. L'Académie des sciences morales et politiques a ainsi consacré à la guerre une enquête de fond, qui a résulté dans la publication, aux Editions Hermann, de seize volumes collectifs. Le colloque des Treilles, dont le présent volume recueille les actes, a réuni des collaborateurs dévoués à cette entreprise. La variété des thèmes abordés témoigne de l'importance de la guerre pour tous les départements de l'humain.

01/2019

ActuaLitté

Sciences historiques

Esquisse d'une histoire universelle

Par quels cheminements l'espèce humaine est-elle devenue ce qu'elle est aujourd'hui ? Pour y répondre, Jean Baechler fait appel à l'archéologie, à l'ethnographie, à l'histoire et à la sociologie comparée. Son livre, porté par le savoir de toute une vie, reconstitue dans toute sa richesse la longue aventure de l'Homo sapiens depuis ses plus lointaines origines. Dans cette histoire universelle, déroulée sur des centaines de millénaires, l'auteur distingue trois ères successives. L'ère paléolithique, qui s'étend sur cent à deux cents mille ans, saisit l'homme dans son histoire naturelle, vivant en bandes et en tribus comme une espèce animale parmi d'autres, autonome, adapté à ses milieux et capable de résoudre tous ses problèmes. Une deuxième ère, déclenchée par la fin de la dernière glaciation, dure une dizaine de millénaires. Elle est marquée par l'émergence et l'extension du pouvoir politique, la constitution de royaumes et d'empires, le passage à la production alimentaire et artisanale, l'apparition de religions universelles. La troisième ère, commencée il y a environ cinq siècles, n'a pas atteint son terme. Elle a ouvert, d'abord aux Européens puis à tous les humains, une nouvelle étape de l'histoire humaine. Nous y vivons encore. Ce livre montre que, par-delà toutes les tribulations des sociétés anciennes et modernes, c'est la même nature humaine qui a produit les histoires les plus diverses. Il décrit l'émergence des grandes civilisations traditionnelles et en analyse l'évolution millénaire. Il observe dans l'histoire de la Chine la transition exemplaire de la tribu à l'empire, voie dont les autres civilisations se sont plus ou moins écartées. Par des détours imprévisibles, mais intelligibles, écrit Jean Baechler, l'Europe n'a pas connu l'unification impériale. Elle a exploré, en revanche, toutes les virtualités politiques pour aboutir à la modernité éclatée - scientifique, démocratique, individualiste - qui est toujours la nôtre.

10/2002

ActuaLitté

Sciences historiques

La guerre civile

La guerre est un conflit violent entre polities. Mais qu'est-ce qu'une guerre, et plus précisément une guerre civile ? Tous les conflits violents n'en sont pas, telle une bagarre entre deux bandes criminelles rivales, tandis que d'autres hésitent entre ces deux statuts, tels la faide, la piraterie, et certains millénarismes qui s'apparentent plus ou moins à des faits de guerre. Lorsque le conflit violent oppose, à l'intérieur d'une même politie, plusieurs factions adverses, on parle généralement de guerre civile. Il peut alors s'agir de guerres paysannes, de guerres interdynastiques, de guerres révolutionnaires, ou de guerres civiles en un sens plus précis, quand une politie se partage en deux polities potentielles, ou au contraire lorsqu'un conflit est déclenché en vue d'atteindre l'unification d'une politie éclatée. Ainsi, les guerres qui ont ravagé les Etats-Unis de 1861 à 1865, la Russie en 1919 et 1920, l'Espagne de 1936 à 1939, la Chine de 1945 à 1949, le Liban de 1975 à 1990, et celle qui engloutit présentement la Syrie depuis 2011, sont, à coup sûr, des guerres civiles. Mais pourquoi les qualifier de "civiles" ? Le terrorisme relève-t-il de la criminalité, de la guerre civile ou de la guerre ? Enfin, quelles sont les modalités culturelles, psychiques, politiques, techniques et matérielles par lesquelles une guerre civile commence, est menée et se termine ?

06/2018

ActuaLitté

Philosophie

La spiritualité

Agonie des religions, sortie de la religion, retour du religieux, prolifération des spiritualités, prégnance de l'ésotérisme... Les diagnostics ne manquent pas sur l'état des lieux spirituel. Comment l'expliquer ? La question sous-jacente porte sur le sens de l'existence humaine. Une réponse objective plausible prend appui sur un absolu exempt des disgrâces humaines et capable de leur servir de recours. Cet absolu se présente sous trois versions : comme Dieu Personnel Créateur de créatures contingentes, comme Principe Impersonnel ou Atman, inhabitant des contingents éphémères, ou enfin comme l'ensemble en devenir perpétuel d'éléments contingents transitoires. De ces trois points d'origine, la documentation historique révèle une multitude de développements portant sur les fins dernières des êtres humains. Tous se rangent en trois classes radicalement différentes : les religions de la transcendance, celles de l'immanence et les sagesses séculières. Le présent ouvrage soutient la thèse selon laquelle la spiritualité est un effort délibéré pour vivre l'existence humaine en lui donnant un sens inspiré par l'un ou l'autre absolu. La spiritualité théiste est guidée par l'amour, l'atmaniste par l'aspiration à la délivrance et la séculière par le souci de la perfection de l'humain. La spiritualité est distincte de la religion et de la sagesse, mais inspirée par elles.

05/2021

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté