Recherche

Je suis né quelque part. Où peut-on se sentir chez soi ?

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Le bestiaire merveilleux de Luis Sepúlveda, changé en audiolivres

Chats, souris, escargots, chien et à présent baleine blanche les animaux tiennent une place toute particulière dans l’œuvre de Luis Sepúlveda. À la fois tendres et émouvantes ces histoires qui constituent le bestiaire de l’auteur parlent certes d’animaux, mais sont profondément humaines. 

ActuaLitté

Dossier

“Être soi-même ne devrait jamais poser problème”

Liberté d’expression, discrimination positive, morale : Vitaly Malkin décortique les grands enjeux de notre temps. Né en URSS, il a vécu mille vies : ingénieur, physicien, banquier, homme politique, philanthrope. Ici, il livre son regard lucide sur le monde et, indéniablement, vise juste !  

ActuaLitté

Dossier

En série ou en film, les adaptations de livres crèvent l'écran

Le Parrain, Les Dents de la merRaisons et sentiments, Le Seigneur des Anneaux, la saga Harry Potter, Le Nom de la Rose, Orange mécaniqueVol au-dessus d'un nid de coucou, Le GuépardLettre d'une inconnue... Tous ces films ont un point commun, celui d'être des adaptations de romans ou de sagas littéraires...

ActuaLitté

Dossier

Le centenaire du chef-d’oeuvre de James Joyce, Ulysse

Précédé par une histoire éditoriale tumultueuse et légendaire, Ulysse, le chef-d’œuvre de James Joyce, fête en 2022 le centenaire de sa publication. C'est en France, à Paris, que le récit trouve en effet sa forme définitive, confié aux bons soins de Sylvia Plath.

ActuaLitté

Dossier

Le prix unique des frais de port du livre, une saga législative

40 ans après la loi sur le prix unique du livre, un nouveau texte législatif entend restaurer une certaine forme d'équilibre pour la vente du livre, mais cette fois sur internet. Le développement de différentes plateformes, Amazon en tête, aura en effet popularisé la gratuité — ou presque — des frais de port, au détriment des libraires indépendants. La facturation de frais de port minimaux suffira-t-elle à restaurer l'équilibre ?

ActuaLitté

Dossier

La collection de livres audio chez Actes Sud

AUDIOLIVRE – La lecture à haute voix, par les auteurs ou par les comédiens, fait depuis longtemps partie de la culture d’Actes Sud. Au-delà du livre imprimé, il s’agit de continuer à servir les textes, de les faire découvrir sous une autre forme, celle de l’oralité.

Extraits

ActuaLitté

Sociologie

Je suis né quelque part. Où peut-on se sentir chez soi ?

Dans un monde que l'on traverse en quelques heures et où s'expatrier semble si simple, la notion de foyer a-t-elle encore un sens ? Oui, découvre Daniel Schreiber lors d'un long séjour dans l'une des capitales européennes où il a ses habitudes. Une rupture amoureuse qui ravive le sentiment d'un vide ancien le ramène à son enfance dans un village de RDA, où la vie n'était pas tendre pour le petit garçon efféminé qu'il était. Sur les traces d'une grand-mère haute en couleurs, il se met en quête de ses racines. Cette promenade personnelle, historique et intellectuelle s'interroge avec Arendt sur le sens de la patrie, avec Didier Eribon sur le rapport à son milieu social, avec Maggie Nelson sur la possibilité d'inventer son foyer ou encore avec J. M. Coetzee sur le rôle de l'imagination dans la reconstruction autobiographique. Loin des lieux communs, cet essai élégant esquisse avec pudeur les contours d'une nouvelle façon d'habiter le monde.

01/2019

ActuaLitté

Cinéma

Mentir (ne) peut attendre

Si Bond a un " Permis de répliquer ", dont il ne se prive pas (voir Punchlines 2020), souvent pour lui, comme pour d'autres : " Mentir ne peut attendre " ; c'est même, parfois, une question de survie. Dans Vivre et laisse mourir, un homme de main, d'ailleurs privé d'un bras par un crocodile vorace, tient un petit doigt de 007 entre les pinces coupantes de sa prothèse ; commence l'épreuve de vérité ; le méchant Dr Kanaga, alias Monsieur Grosbonnet, donne ses consignes : " Tee Hee à la première réponse erronée, de mademoiselle Solitaire, tu voudras bien couper le petit doigt de monsieur Bond, main droite ; s'il y a une seconde réponse erronée tu l'amputeras d'un membre plus vital. " Puis il interroge : " Solitaire, ma chère, tu vas m'écouter avec la plus grande attention au revers de la montre de Monsieur Bond, le numéro de série est le suivant 3, 2, 6, 6... est-ce que je dis la vérité ? " la jolie voyante extra-lucide, soupçonnée d'avoir perdu ses pouvoirs après avoir été déflorée par James, est priée de ne pas se tromper ! " Tout à fait exact ! " affirme-t-elle. Bond respire : " Eh bien, à défaut d'autre chose j'ai, au moins, apaisé vos craintes ; mes compliments, une démonstration magistrale... " Certes, balancer des fake news est dans les missions de tout bon espion, mais pas seulement... True/Lies, Vérité/Mensonges le cinéma est un bouillon de culture de faux semblants ; comme l'a écrit Sacha Guitry : " Un acteur est un menteur autorisé, mais c'est un menteur. "

10/2021

ActuaLitté

Littérature érotique et sentim

Fuis-moi, je te suis

Leila Scott a tout pour elle : Deux meilleures amies fabuleuses, un fiancé dévoué, une famille aimante et un travail qui va au-delà de ses espérances. Tout va pour le mieux dans sa vie jusqu'au jour où... Luck Jones, prétentieux, joueur, attachant mais arrogant, pose les yeux sur Leila qui devient son obsession. Il va la pousser à réfléchir sur sa vie, replonger dans son passé et ouvrir les yeux sur son avenir. Quand Luck lui dévoile un lourd secret qui vient tout chambouler dans sa vie, Leila ne sait plus qui croire

02/2019

ActuaLitté

Littérature française

Il pleut toujours quelque part

Lisa vit avec son mari et ses enfants dans une cité de banlieue. Chaque jour, le chômage, la grisaille d'un quotidien qui l'étouffe, l'amer goût de la défaite, lui font comprendre que les espoirs d'autrefois reposent désormais sous la poussière des saisons oubliées. Bien sûr, il y a l'espoir, l'espoir que son mari redevienne le gentil garçon ambitieux qu'elle a aimé, qu'il cesse aussi de la maltraiter, que quelque chose se passe enfin dans sa vie de routine où le seul bonheur qu'elle s'accorde est de gratter des tickets de jeux, avec l'espoir fou, un jour, de toucher le gros lot, raccrocher son wagon au train de sa jeunesse où tout était encore possible. Même être heureuse.

05/2018

ActuaLitté

Littérature française

On ne part pas pour si peu

" J'avais un peu plus de dix-sept ans quand je suis parti de chez moi. C'était en septembre 1965. Mes parents avaient refusé que je sorte avec une amie. Nous avions prévu d'aller voir Barbara à Bobino. J'ai longtemps été persuadé que j'étais parti pour cette raison. Mais on ne quitte pas tout pour si peu. En fait je ne saurai probablement jamais pourquoi j'ai brusquement tout laissé et ça n'a aucune importance. Peut-être suis-je tout simplement parti pour mourir. "

01/2002

ActuaLitté

Beaux arts

Tu sais où je suis et je sais où tu es

Gary Hill a rencontré Martin Cothren alors qu'il cherchait des figurants pour son installation vidéo Viewer, en 1996. La rencontre fortuite entre cet Américain californien blanc - artiste dont l'oeuvre est exposée dans les plus grands musées internationaux - et cet Indien américain - ouvrier pêcheur à Seattle - s'est transformée, au cours de leurs échanges sur une vingtaine d'années, en une amitié ambivalente dans son rapport à l'autre, englobant la frustration, la paranoïa, la générosité, le pardon et la profonde tristesse. Une relation dont le secret est peut-être dans le non-dit. Néanmoins, dans l'espace de ce livre, cette "rencontre" prend la forme d'un jeu de piste non linéaire surgi d'une mémoire encore vivante, construisant un espace fluctuant fait de dessins et de lettres manuscrites qu'ils se sont échangés et où s'intercalent désormais des textes en prose de Gary Hill. Une manière de perpétuer cet échange dans lequel deux êtres singuliers apparemment dissemblables ne cessent de manifester leur parenté. La traduction s'est attachée à restituer le ton des lettres de Martin Cothren en conservant les fautes d'orthographe, le mot à mot, les espaces entre les phrases, la ponctuation (où son absence), selon le souhait de Gary Hill. "Je n'aurais jamais imaginé me lier d'amitié avec quelqu'un comme Martin. Selon ses propres termes - et c'est un peu ironique - c'était un taulard, un escroc, un voyou, un délinquant, un sans-abri solitaire, un "copin" toujours fauché, mon "bro". Cette amitié ne pouvait s'expliquer simplement par le fait que nous avions travaillé ensemble, car notre collaboration n'avait duré que très peu de temps - une journée, voire même en réalité quelques heures. Deux mois plus tard, il partait en prison. Il serait facile de mettre cela sur le compte du destin, mais je me suis retrouvé au fil des années à remuer ciel et terre jusqu'au dernier grain de sable dans l'espoir de trouver un indice qui m'aiderait à comprendre ce qui me tenait attaché à cet "Indien"... Est-ce qu'il y a un fond de vérité dans le proverbe "Qui se ressemble s'assemble" ? Est-ce que nous étions, pour ainsi dire, les deux faces d'une même pièce que je n'ai pas encore découverte ? " Gary Hill

01/2021

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté