Recherche

Je est un Juif, roman

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Un festival de lectures plurielles, à travers les univers de premiers romans

Premier événement littéraire collaboratif de France, le Festival du premier roman de Chambéry est l’occasion unique de découvrir la littérature contemporaine en français, italien, espagnol, allemand, roumain et anglais. Débats, rencontres, cafés littéraires, ateliers, spectacles, expositions... Voyagez à travers les univers des auteurs invités. 

ActuaLitté

Dossier

“Grands romans”, une littérature inoubliable

Les plus grands romans, tout simplement. Venus de toutes les époques et de tous les continents, ces ouvrages de la collection créée en 2006, se sont vendus à plus de 2 millions d’exemplaires. « Les Grands Romans, passionnément ! », tout simplement.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix du roman Fnac

Créé en 2002 par la chaine de magasins spécialisés dans la culture Fnac, le Prix du roman Fnac fait partie des premiers prix de la rentrée littéraire. Pendant l’été, 400 adhérents et autant de libraires Fnac s’immergent dans les centaines de romans de la rentrée littéraire, qu’ils apprécient en toute indépendance, contribuant ainsi à une première sélection de 30 ouvrages.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Stanislas du premier roman

Créé en 2016 par Le Livre sur la Place et Groupama, le Prix Stanislas du premier roman récompense le talent d’un auteur d’un premier roman publié à la rentrée de septembre. Dix ouvrages de la rentrée littéraire sont sélectionnés au cours de l'été, le nom du lauréat est connu à la fin de celui-ci, avant que la récompense ne soit remise au cours du Livre sur la Place.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Eugène Dabit du roman populiste

Récompense créée en 1931 par Antonine Coullet-Tessier, le Prix Eugène Dabit du roman populiste s'est donné pour mission de saluer une œuvre romanesque qui « préfère les gens du peuple comme personnages et les milieux populaires comme décors à condition qu'il s'en dégage une authentique humanité ».

ActuaLitté

Dossier

Rentrée littéraire 2019 : une nouvelle cuvée de 524 romans à découvrir

Rentrée littéraire 2019 : une nouvelle cuvée de 524 romans à découvrir

Extraits

ActuaLitté

Poésie

Je est un Juif, roman

" On ne naît pas femme, on le devient " disait Simone de Beauvoir. Peut-on prétendre : " On ne naît pas Juif, on le devient ". C'est ce que tente d'élucider Charles Dobzynski dans ce singulier roman en vers. La judéité est multiple. Elle se manifeste aussi dans un dialogue impertinent avec " Dieu sans confession " que galvanise l'irruption de l'humour. Le récit prend une ampleur épique en évoquant le destin de diverses communautés juives de la diaspora, aux Etats-Unis, en Russie, en France, en Pologne où s'effectue un poignant retour du poète sur son lieu de naissance. Dans l'ensemble de cette méditation axée sur la question : " être Juif, comment ? " l'auteur affirme son autonomie de pensée, son refus des dogmes. dans la philosophie de l'être, comme ' , dans l'amour partagé. Poésie narrative ? Sans doute, nais dans son architecture de séquences et de vers brefs, c'est le lyrisme existentiel qui a la force 4 d'une lame de fond.

01/2011

ActuaLitté

Poésie

Je est un juif, roman

"Voilà qui est très rare, cette force d'évidence, ces mots si simples qui sortent d'une si longue nuit, ce tempo intime sans effet aucun, sans autre écho que celui qui traîne de naissance et à vie aux basques du destin. Etre qui, être quoi, et moins que rien, et plus que tout, ce Juif qui se cherche ? Comment devenir ce qui est imposé et donné hors de soi, malgré soi ? Impossible de jouer avec ce Je là qui n'est pas un double ni un hétéronyme mais un legs arraché aux exils, aux exodes, aux pogroms par les mains d'une mère. Charles Dobzynski n'a pas à décliner une identité vraie ou fausse, il est par les lieux et les errances, par les convois et les commotions de l'Histoire toujours à se déprendre d'une partie prenante, toujours à casser les dogmes, à soigner son humour, à se défier de Dieu. Avec ce livre d'une tenue qui tient du miracle, il se révèle témoin majuscule du siècle des utopies sanglantes, irréductible et juste voix de cette poésie vécue qui engage l'être tout entier sans renoncer jamais à son pouvoir d'effraction. Depuis les Feuillets d'Hypnos ou La Rose de personne, Je est un Juif est une oeuvre décisive comme il y en a peu dans le champ de la conscience et de la parole salvatrice, surtout par temps de mise aux normes et d'amnésie programmée. En fait, et tout uniment, Je est un Juif est un chef-d'oeuvre", André Velter.

10/2017

ActuaLitté

Religion

Le Roman du Juif universel

Deux Juifs ayant échappé à la mort pendant la Seconde Guerre mondiale discutent à coeur ouvert. Une femme et un homme, deux générations. Elle fut infirmière dans l'Armée rouge ; lui, enfant traqué, a subi l'occupation nazie en France. Elle a vécu à l'Est, lui à l'Ouest. Ensemble, ils évoquent les grands sujets d'actualité et les relations internationales, questionnent l'évolution de la démocratie, examinent l'exemple de la dissidence anticommuniste d'hier et antipoutinienne d'aujourd'hui, s'inquiètent de l'ascension du terrorisme, du nihilisme et d'un nouveau type d'antisémitisme, s'interrogent sur l'avenir d'Israël et de la Palestine.

10/2011

ActuaLitté

Littérature française

Roma/Roman

Héroïne d'un film unique et néanmoins mythique, Ariane est invitée à Rome pour célébrer dans une demeure de prestige le vingtième anniversaire de ce chef-d'oeuvre cinématographique. Angoissée à l'idée d'entrevoir dans les veux de son partenaire d'antan l'ombre de l'âge sur son propre visage, cette femme rayonnante de beauté se retrouve soudain projetée au coeur de la ville antique. Jim, son amant à l'écran, a lui aussi quitté sans regret cet univers du paraître. Quant à Adrien, réalisateur vieillissant de ce fameux film culte, il ambitionne de replonger ses comédiens dans le scénario amoureux qu'il a immortalisé à l'écran. Trois personnages pour un jeu ambigu avec le temps, l'image et la mémoire - mais c'est compter sans l'emprise de Rome, dont l'éblouissante présence va les livrer à l'enchantement, au sortilège et au génie du lieu.

02/2013

ActuaLitté

Littérature française

Un juif en cavale

Temporairement revenu des angoisses d'un exil complètement à l'Ouest sous le ciel mauve de Vancouver (Loin de quoi ?) et miraculeusement réchappé d'une rocambolesque prise d'otages parisienne (La Métaphysique du hors-jeu), le "juif impossible" Simon Sagalovitsch atterrit à Tel-Aviv où l'attend sa pire épreuve : vivre parmi les siens. Pessimisme et mauvaise foi en bandoulière, Monika (sa sémillante Batave) au bras, notre sombre héros aborde les rivages de la maturité en se confrontant aux contradictions de la Terre promise - qui valent bien les siennes. Trimballant son atavique mélancolie, son single malt et ses anxiolytiques sur les plages alanguies de Jaffa, le voilà qui contre toute attente cède aux charmes de l'improbable dolce vita israélienne, bon voisinage et honnête football amateur, et renoue le dialogue, non seulement avec son prochain, mais aussi avec l'Autre Empoté dont l'assourdissant silence pendant la Shoah n'a pourtant jamais cessé de le hanter. Dernier round bravache et doux-amer où Sagalovitsch (auteur et personnage) laisse affleurer sa récalcitrante tendresse pour ses frères humains, Un juif en cavale a le goût unique des adieux annoncés, des joies tristes et des blessures apprivoisées. Et l'élégance des comédies désinvoltes. Drôle et fatal.

02/2013

ActuaLitté

Histoire internationale

"Je le connais, c'est un Juif !". Varsovie 1939-1943. Le chantage contre les Juifs

" Un jour, à Bielany, j'ai rencontré dans le tram un camarade de classe d'avant-guerre. Il m'a attrapé par le bras et s'est écrié :"Je le connais, c'est un Juif !"J'ai frappé sur sa main pour lui faire lâcher prise et je suis descendu du tram. C'est vraiment dramatique car, pendant l'Occupation, [...] quand je sortais dans la rue, je craignais plus de rencontrer un szmalcownik polonais qu'un Allemand. " Entre 1939 et la destruction planifiée du ghetto de Varsovie en mai 1943, toute une population de maîtres chanteurs, de délateurs, d'escrocs et d'antisémites patentés ont pris pour nouvelle activité professionnelle la traque des Juifs qui s'aventuraient hors de la " zone d'épidémie " (1939-novembre 1940) puis après novembre 1940 hors du ghetto. Les fugitifs étaient remis à la Gestapo contre récompense. Mais, le plus souvent, ils faisaient l'objet d'un chantage qui les contraignait à payer le silence de leurs délateurs, et ce jusqu'à épuisement de leurs ressources. C'est cette humanité-là, ces szmalcownicy, que l'ouvrage de Grabowski, qui s'appuie en grande partie sur les lettres de dénonciation, donne à voir. Grabowski est témoin de l'émergence en Pologne d'une nouvelle génération d'historiens polonais prêts à mettre en lumière tous les aspects, y compris les plus sordides, des longues et complexes relations judéo-polonaises, avant et pendant la Shoah.

03/2008

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté