Recherche

Isabelle Aristide-Hastir

Extraits

ActuaLitté

Histoire de France

Marie-Antoinette & Axel de Fersen. Correspondance secrète

Une correspondance inédite révélée pour la première fois dans cet ouvrage ! Que ne sait-on encore sur Marie-Antoinette ? Le décryptage récent d'une correspondance d'environ 60 lettres (1790-1792), alors qu'elle était assignée à résidence au palais des Tuileries jusqu'à son emprisonnement à la prison du Temple, dresse le portrait touchant d'une reine isolée qui tente de comprendre, trop tardivement, le monde dans lequel elle évolue. Sur la nature de la relation entre la reine et le comte Axel de Fersen, on découvre que le noble suédois fut le censeur de ces courriers calligraphiés, barrés à l'encre ou même codés. Entre déchiffrage des lettres et prise de conscience de Marie-Antoinette, cette correspondance se lit comme une enquête. Traqué, craignant à tout moment d'être arrêté, le gentilhomme aurait voulu éviter de compromettre la reine en conservant les preuves d'amour mais aussi les multiples plans d'évasion qui ne cessèrent d'être envisagés malgré l'arrestation à Varennes. Amoureux mais surtout complice, le comte ne ménage pas ses efforts pour faire renaître l'espoir dans le coeur d'une reine désespérée et abandonnée de tous. Au fil des pages, leur relation évolue ; des stratagèmes politiques en passant par des réflexions personnelles, les lecteurs découvriront pour la première fois Marie-Antoinette et Fersen s'entretenir ensemble, de l'intérieur, coeur à coeur. Le mystère des lettres de Marie-Antoinette enfin révélé

10/2021

ActuaLitté

Lecture 6-9 ans

Aristide

Aristide est en vacances au bord de la mer avec sa grand-mère. Par un bel après-midi, il essaie son matelas pneumatique tout neuf. Il regarde les poissons à travers le hublot transparent. Lorsqu'il relève la tête, la plage est déjà loin, et la chaleur du soleil l'endort. La nuit tombe, de grosses vagues se forment, commence alors pour Aristide une périlleuse navigation solitaire...

05/2008

ActuaLitté

Histoire de France

Aristide Briand

Né en 1862, Aristide Briand incarne à lui seul les grandes mutations de la IIIe République. Pendant trente ans, onze fois président du Conseil, vingt-six fois ministre, il joue les premiers rôles, en France d'abord, puis sur la scène internationale. En 1905, il est l'artisan de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat. Pendant la Première Guerre mondiale, il tient la barre du pays durant un an et demi, notamment au moment décisif de Verdun. Mais, hanté par le carnage, il s'efforce dans les années vingt d'en prévenir le retour. Sa carrière prend une autre dimension. L'habile politicien devient le « pèlerin de la paix » ; il est l'homme de la réconciliation franco-allemande, du projet initial d'intégration européenne. Son action lui vaut le Prix Nobel de la paix en 1926. Il meurt, en pleine gloire, en 1932, à la veille d'assister à l'effondrement de son œuvre.

03/2016

ActuaLitté

Histoire internationale

Aristide Maillol

Aristide Maillol / Octave Mirbeau Date de l'édition originale : 1921 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF. HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande. Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables. Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique. Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

01/2021

ActuaLitté

Littérature française

Aristide Maillol

"Si Maillol approche parfois des Grecs du temps de Phidias, ce n'est pas qu'il les comprenne par quelque application intellectuelle, par l'intermédiaire d'un raisonnement ou qu'il les copie, c'est qu'il sent directement comme eux et que leur perfection est sienne, véritablement conforme à son instinct. C'est un Primitif classique". A l'occasion de la grande exposition au Musée d'Orsay : Aristide Maillol (1861-1944). La quête de l'harmonie, casimiro propose les réflexions de Maurice Denis sur l'oeuvre de son collègue artiste.

04/2022

ActuaLitté

Histoire de France

Aristide Briand

Aristide Briand (1862-1932) est à la fois célèbre et méconnu. En dépit de la multitude de rues qui portent son nom, du prix Nobel de la paix qui lui a été décerné en 1926, et de sa popularité dans les dernières années de sa vie, il n'occupe pas dans la mémoire nationale la place qui lui revient. Comme si les insultes de l'Action française et l'inimitié de certains ténors de gauche et de droite brouillaient toujours son image ; comme s'il avait bien été l'inculte et paresseux politicien opportuniste, l'anticlérical à tous crins et sur ses vieux jours le pacifiste bêlant livrant la France à l'Allemagne que ses adversaires ont dépeint. Quelle injustice ! Voilà au contraire un homme parti de positions extrémistes (la grève générale...) et venu aux affaires afin de concilier les inconciliables. Sans lui, qui fut le rapporteur de la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905, la question religieuse aurait pu tourner à la guerre civile : il a su amener les protagonistes à se ranger à un texte de compromis toujours en vigueur. Avant et pendant la Grande Guerre, il fut un bien peu pacifiste ministre et président du Conseil, élaborant en 1913 la " loi des trois ans ", imaginant en 1915 l'expédition de Salonique afin de prendre les empires centraux à revers et menant une diplomatie au service de la victoire, notamment au moment de Verdun. Une fois la paix revenue, il tente avec lucidité et fermeté de tirer le meilleur parti du nouveau système international (SDN) pour contraindre l'Allemagne à jouer le jeu. Toujours pour assurer la sécurité de la France, sa préoccupation première, il se fait le " pèlerin de la paix " et promeut un projet d'union européenne qui ne verra le jour qu'à la fin des années 1950. Ce parlementaire à la belle longévité (1902-1932), cet orateur hors de pair sachant convaincre, ce grand homme d'État (de multiples fois président du Conseil et ministre des Affaires étrangères), cet esprit libre (il ne s'est pas longtemps accommodé des lourds et dogmatiques appareils politiques) s'est voué à la chose publique exclusivement, délaissant une carrière d'avocat qui s'annonçait brillante et ne sacrifiant guère à la vie privée - célibataire, il eut de nombreuses aventures et quelques amours durables (parmi lesquelles la comédienne Berthe Cerny et Marie Bonaparte). Il était nécessaire de remettre Aristide Briand dans la galerie des hommes illustres de la République. Gérard Unger y est parvenu avec science et talent.

09/2005

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté