Recherche

Henri Mitterand

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Un titan littéraire : découvrir les livres d'Henry James

Henry James est né le 15 avril 1843 à New York, au sein d'une famille aisée d'intellectuels. Son père, Henry James Sr., était un éminent théologien et philosophe, offrant au jeune James un environnement nourri de débats intellectuels dès son plus jeune âge.

ActuaLitté

Dossier

Nouveautés, actualités : les livres et romans de David Foenkinos

Né le 28 octobre 1974 à Paris, David Foenkinos fait son entrée dans le monde des lettres en 2002 avec la publication de son premier roman, Inversion de l'idiotie : de l'influence de deux Polonais, chez Gallimard. Depuis, David Foenkinos a publié une quinzaine de livres, avec un certain nombre de succès, dont Le Potentiel érotique de ma femme (2004) et La Délicatesse (2009).

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Eugène Dabit du roman populiste

Récompense créée en 1931 par Antonine Coullet-Tessier, le Prix Eugène Dabit du roman populiste s'est donné pour mission de saluer une œuvre romanesque qui « préfère les gens du peuple comme personnages et les milieux populaires comme décors à condition qu'il s'en dégage une authentique humanité ».

ActuaLitté

Dossier

Le prestigieux et convoité Prix Goncourt

Récompense la plus populaire, la plus médiatique et la plus convoitée de la rentrée littéraire, le Prix Goncourt rythme depuis plus d'un siècle la vie littéraire française en désignant un lauréat ou une lauréate, au début du mois de novembre. Pour l'éditeur du livre en question, l'annonce signifie la plupart du temps des ventes assez confortables à l'occasion des fêtes de fin d'année.

ActuaLitté

Dossier

Les Ensablés : Survivre en littérature

"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Edith Wharton

Née en 1862, Edith Newbold Jones, mieux connue sous le nom Edith Wharton, a résolument marqué l'histoire de la littérature : elle fut ainsi la première femme à obtenir le Prix Pulitzer du roman, pour Le temps de l'innocence, publié en 1920. Après une enfance européenne, elle retourne à New York avec sa famille, qui jouit d'une situation très aisée.

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Zola. Tome 3, L'honneur (1893-1902)

Trois volumes, trois mille pages, quatre cents illustrations documentaires : la biographie d'un des géants du roman français, à la mesure de sa personnalité, de sa carrière et de son œuvre. Le troisième volume couvre la troisième et dernière période de la carrière de Zola : 1893-1902, celle qui commence après l'achèvement des Rougon-Macquart, et qui se termine par une mort sans doute criminelle. Malgré sa relative brièveté, cette période est aussi chargée de matière et de péripéties que la précédente. Zola publie deux nouveaux cycles romanesques : Les Trois villes et Les Quatre Evangiles (le troisième, posthume, et le quatrième, inachevé). Mais l'épisode le plus dramatique de ces dix années est son engagement dans l'affaire Dreyfus : " J'Accuse... ! ", dans l'Aurore du 13 janvier 1898, son procès aux Assises de la Seine, son exil en Angleterre, son retour victorieux. Inexorablement, " J'Accuse... ! " a conduit de proche en proche à la révision du procès qui a envoyé le capitaine juif en déportation. Les dernières années sont celles d'un regard sans illusion, mais sans pessimisme, sur la France fin de siècle : Fécondité, Travail, Vérité disent sur le mode du mythe et de l'utopie l'espoir dans une société régénérée. Histoire publique, histoire privée. Zola est aussi pendant ces années le personnage de deux romans personnels, parce qu'il partage son affection entre deux femmes : Alexandrine, qui reste la compagne de ses créations et de son combat, et Jeanne, jeune femme intensément aimée, la mère de ses deux enfants et le modèle de ses dernières héroïnes. Le livre s'achève sur les enquêtes qui ont tenté d'apporter un peu de lumière sur sa mort : Zola a-t-il payé de sa vie son combat pour la vérité et la justice ?

09/2002

ActuaLitté

Critique littéraire

Le roman à l'oeuvre. Genèse et valeurs

Les interrogations de la critique génétique, appliquées au roman, sont en nombre infini. On en trouvera quatre sortes dans la première partie de ce livre : la question du biographique, celle de l'intertextualité, celle de la compétence rhétorique et celle de l'inachèvement. La seconde partie s'attache au temps et à l'espace. Zola, Maupassant, Céline : trois expériences différentes du moment, de la durée et du lieu; trois territoires et trois rythmes. Viennent ensuite cinq études sur la relation du romanacier à l'histoire, montrant que des lendemains de l'Empire aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, l'intention de "littérature exposante", selon le mot de Flaubert, est restée inséparable de l'attention aux problèmes de la Cité. L'ouvrage s'achève sur la question du style. Les exemples choisis, Balzac, Maupassant, Zola, les Goncourt, Aragon, illustrent tous la solidarité organique de la trame narrative, des choix de langage et des valeurs esthétiques. Impossible d'analyser l'un sans les autres, sauf à s'interdire d'expliquer la survie des grandes œuvres.

12/1998

ActuaLitté

Biographies

Zola, La mort du père

#CNLFamille – Emile Zola a presque sept ans lorsque son père François meurt d'épuisement, dans la force de l'âge, le 27 mars 1847. Les obsèques suivies par les notables d'Aix-en-Provence, accompagnées d'éloges appuyés, le marqueront profondément. François Zola, né à Venise, ancien officier italien, ingénieur des Travaux publics, allait concrétiser, après bien des embûches, son projet de canal devant alimenter la ville en eau.

Dès son décès, les actionnaires mettent en faillite la "Société du Canal Zola" afin de l'exploiter pour leur propre compte, réduisant ainsi mère et fils à la pauvreté. Que sait alors Emile de son père ? Presque rien, mais sa vie durant, Zola construira l'image d'un homme inventif, énergique, terrassé par un défi trop lourd, et au coeur même de l'Affaire Dreyfus, se battra pour en réparer la mémoire ternie.

Henri Mitterand part en quête de la figure du Père, tantôt explicite dans un discours glorificateur, tantôt dissimulée dans les romans. Ce retour quasi permanent de François Zola et de son histoire tragique, s'il a parfois été repéré, n'avait jusqu'alors jamais fait l'objet d'une telle investigation. Et pourtant, nous dit Henri Mitterand, ce lien douloureux du fils au père constitue sans doute "une des clefs de l'oeuvre et de l'humanité profonde des sujets zoliens".

04/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Zola. Tome 2, L'homme de Germinal (1871-1893)

Ce second tome de la biographie d'Emile Zola couvre la période au cours de laquelle l'auteur de L'Assommoir a publié les vingt volumes des Rougon-Macquart : 1871-1893. On y voit d'abord Zola aux prises avec le régime conservateur de l'" Ordre moral " : c'est l'époque de La Curée, du Ventre de Paris, de La Faute de l'abbé Mouret et des campagnes de presse. La seconde partie du volume, " L'Odeur du peuple ", l'accompagne dans ses deux triomphes consécutifs : L'Assommoir et Nana. Le voici désormais en marche vers la fortune et vers la notoriété qui égalera celle de Balzac et de Flaubert, tandis que la critique bien-pensante le couvre d'insultes. Le mouvement s'amplifie au cours des troisième et quatrième époques " Son Excellence Emile Zola ", avec Pot-Bouille et Au Bonheur des Dames, " La Mine et la Terre ", avec Germinal et La Terre, indépassables témoignages sur les rudes travailleurs du XIXe siècle. Les adversaires s'acharnent. Mais Zola ne cesse d'impressionner le public par l'étendue de ses enquêtes sociales et la démesure de son imaginaire ; et sa frappe de polémiste inquiète plus d'une fois les pouvoirs. La cinquième et dernière partie, " Les Démons de midi ", le montre se jetant dans une aventure personnelle qui fournira aux Rougon-Macquart, avec Le Docteur Pascal, leur conclusion, pathétique et sereine, après les lueurs de sang de La Bête humaine et de La Débâcle. Ce livre monumental, illustré de 140 documents iconographiques, perce les secrets d'un personnage d'exception et brasse un trésor de péripéties, de figures, d'anecdotes, de tableaux et d'événements où se réfléchit toute l'histoire de la France à la " Belle Epoque ".

10/2001

ActuaLitté

Sociologie

On croit comprendre le monde avec ça ! . Entretiens mémoriels avec Henri Mitterand

A travers ses entretiens avec Clive Thomson, Henri Mitterand livre un regard lucide et mordant sur trois quarts de siècle de vie intellectuelle française et nord-américaine. De l'université expérimentale de Vincennes à Columbia (New York) en passant par l'université de Toronto et la Sorbonne Nouvelle, il a formé des générations d'enseignants et de chercheurs, avec notamment la création du centre Zola dont il est un des plus grands spécialistes et l'éditeur dans la "Pléiade". Henri Mitterand a modifié fondamentalement notre perspective sur la littérature française des XIXe et XXe siècles avec l'introduction de la sociocritique et de la génétique des textes. Un des représentants de la French Theory, il jouit aux Etats-Unis d'un immense respect. En France, il a profondément marqué le monde de l'édition, en particulier scolaire, avec les collections qu'il a dirigées chez Nathan. Ayant exercé son leadership bienveillant sur des cohortes de jeunes chercheurs, il livre ici les ressorts profonds de ses propres choix.

01/2021

ActuaLitté

Littérature française

Henri ou Henry. Le roman de mon père

"Je lui aurais obéi. Je lui ai toujours obéi. Même le soir où on l'a retrouvé allongé sur le tapis chinois de son bureau, le cœur presque arrêté. Le médecin était là avant moi, il m'a chuchoté d'aller lui dire adieu parce qu'il n'arriverait pas vivant à la clinique, il allait mourir dans l'ambulance. Quand je me suis accroupi pour l'embrasser, papa m'a dit de lui servir un whisky sec, bien tassé. Ne fais pas ça, m'a dit maman, tu vas tuer ton père. Je l'ai fait quand même, toujours obéir à papa, j'ai soulevé sa tête pour qu'il soit bien à l'aise pour boire son whisky, qu'il en profite à fond, je n'avais pas lésiné sur la dose, j'ai senti les boucles de sa nuque ma caresser la paume, ça faisait comme un chat un peu lourd et qui semblait avoir froid, je lui ai demandé de ne pas mourir, pas comme ça, pas couché sur le tapis, alors il m'a dit laisse-moi finir ce putain de whisky et tu m'aideras à me relever, ne le bougez surtout pas a dit l'ambulancier, c'est mon père, j'ai dit, j'ai aidé papa à se redresser, à se mettre debout, il ne tenait pas très bien sur ses jambes mais il n'est pas tombé, il s'est appuyé sur moi pour marcher jusqu'à la porte palière où l'attendait la civière pour l'enfourner dans l'ambulance où il devait mourir, et il n'est pas mort, ni dans l'ambulance ni à la clinique, il n'est pas mort ce soir-là, le scotch y fut peut-être pour quelque chose, c'est la preuve en tout cas qu'une fois de plus j'avais bien fait d'obéir à mon père. Et ce livre est tout le contraire, une désobéissance. " Des années et des années après Abraham de Brooklyn et John l'Enfer, Didier Decoin raconte enfin la vie du plus beau de ses héros, Henri Decoin, son père.

05/2006

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté