Recherche

Hazan

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Littérature étrangère

Kazan chien-loup

Kazan, en qui se réunissent le sang des loups et celui des huskies, est un chien-loup de caractère qui a appris à surmonter les obstacles, à se méfier des hommes tout en restant près d'eux et à parcourir ce Northland américain qui, des Grands Lacs aux limites du Cercle Arctique, est devenu son royaume. Différent et regardé comme tel par ses congénères, il mène une vie hors du commun, secourable pour sa compagne, une louve aveugle, et décidé à survivre coûte que coûte dans un milieu hostile. Curwood, ce contemporain de Jack London dont on redécouvre la puissance d'évocation, possède un talent inouï pour faire ressentir à ses lecteurs la vie des bêtes au coeur d'une nature vierge et farouche, et le singulier rapport qu'elles entretiennent avec l'homme, ce dangereux ami. Comme Conrad ou Kipling, il sait révéler les âmes élémentaires et violemment passionnées de nos "frères inférieurs" qu'il élève comme peu d'écrivains ont su le faire. Dans une édition pour la première fois complète, Kazan, chien-loup revient hanter les rêves des enfants aventureux que nous n'avons jamais cessé d'être.

09/2018

ActuaLitté

Beaux arts

Le guide Hazan de l'art contemporain

Jungle, terra incognita... , pour beaucoup l'art contemporain est inaccessible. Trop difficile à atteindre, impossible à comprendre. Pour certains l'art est une affaire sérieuse, une cosa mentale comme le disait Léonard de Vinci. Pour d'autres, c'est avant tout un plaisir rétinien. D'aucuns y consacrent tout leur temps et leur argent. D'autres leurs loisirs, primes et dividendes. Il y a ceux qui voudraient... mais qui n'osent pas. Dans tous les cas, qu'on soit petit ou gros collectionneur, qu'il s'agisse d'un passe-temps ou d'un plein temps, il faut savoir comment et où acheter. Chaque année, le guide Hazan sort sa sélection internationale d'artistes, afin d'orienter l'acheteur indécis dans le domaine de l'art contemporain. Ecrit par une des meilleures spécialistes françaises du marché de l'art, il n'est ni exhaustif, ni confidentiel, et s'adresse à toutes les bourses de collectionneur. Sa liberté de ton, arbitre subjectif du goût, détermine le choix des quelque 200 artistes, plus de 100 galeries ou centres d'art, et 11 salons ou foires référencés. L'auteur a choisi des artistes dont le travail ne se limite pas aux installations tentaculaires destinées aux musées, privés ou publics, mais dont l'oeuvre s'exprime aussi dans des plus petits formats. Les collectionneurs chevronnés, rompus à l'art de bien acheter, s'y retrouveront, car sont également proposés des créateurs singuliers qui n'occupent pas toujours le devant de la scène médiatique. Lecture du monde, espace de rencontres, occasion d'échanges, l'art contemporain est décliné en trois parties. A, comme Artistes : à chaque artiste une ou plusieurs illustrations, une idée du budget à consacrer, des repères biographiques et professionnels et une notice donnant l'avis de l'auteur. L, comme Lieux : à chaque galerie ou centre d'art, une photo, des indications pratiques et un commentaire sur ses choix. Une cartographie des métropoles de l'art contemporain accompagne le voyage symbolique et réel des amateurs. R, comme Rendez-vous : à chaque foire ou rencontre internationale son commentaire, sa photo et ses informations pratiques. En introduction, après son éditorial sur la création et les tendances artistiques de l'année, l'auteur donne tous les conseils utiles pour réaliser un bon achat, avant d'inviter même les plus néophytes à regarder l'art de notre temps.

10/2018

ActuaLitté

Cinéma

Kazan, Losey. Edition définitive

" Ces entretiens réalisés dans les années 1970 avec deux des plus grands cinéastes américains de leur génération m'ont toujours semblé pouvoir être lus "en miroir" tant les destinées parallèles de ces metteurs en scène offrent des points de convergence et de divergence. Kazan et Losey sont nés la même année, en 1909, de milieux on ne peut plus différents. Leurs origines respectives, la minorité grecque de Turquie et le monde des tapis pour l'un, une vieille famille patricienne et protestante pour l'autre expliquent en partie les choix qu'ils firent à l'époque de la Liste noire, désir d'intégration sociale pour Kazan, affirmation de valeurs de la Constitution pour Losey. Ils firent tous deux des études dans les universités les plus huppées de la côte Est, Yale et Harvard, entrèrent au parti communiste, et remportèrent leurs premiers succès artistiques avec des mises en scène théâtrales dans les années 1930. Leurs premiers films sont marqués par leurs engagements social et politique qui dataient du New Deal avant qu'ils ne s'orientent vers un cinéma qui fait davantage de place aux ambiguïtés et à la complexité de l'âme humaine. Ils se retrouveront ainsi tous deux à collaborer avec Tennessee Williams et Harold Pinter. Kazan signa son dernier grand succès critique, America America, l'année, ou presque, où Losey connaissait sa première consécration internationale avec The Servant. Et bien sûr la ligne de partage fut tracée par la chasse aux sorcières, avec les dénonciations de l'un et l'exil de l'autre en Europe. Leurs vies ne se sont plus jamais croisées, mais ils eurent, en vieillissant, une même méfiance à l'égard des certitudes trop établies." Michel Ciment.

04/2009

ActuaLitté

Romans historiques

L'Or de Kazan

Le 20 septembre 1903, en gare de Juzovka, dans le bassin minier du Donetz en Ukraine, descendent du train en provenance de France, un jeune homme de 30 ans, Joseph Bordes, sa femme et son fils, âgé de quelques mois. Joseph Bordes est né à Pont de l'Arn, dans le Tarn, le 16 décembre 1874. II a fait ses études en France, mais a décidé de s'expatrier et de s'installer définitivement en Ukraine. Il réussit plus tard à devenir propriétaire d'une mine de charbon à Zyevka. Il fait alors venir près de lui toute sa famille Tamaise : père, mère, frère, sœur... Après l'échec de son premier mariage, il rencontre et épouse une ravissante jeune fille russe de 20 ans plus jeune que lui. Tout semble lui réussir. Mais en Juillet 1914, son destin bascule. La Grande Guerre éclate, Joseph Bordes est mobilisable, il quitte tout, sa famille, sa mine, pour rejoindre son pays. Comment cet homme, ce Tarnais, voué à une vie et une réussite tranquilles, dans le pays qu'il aime et où il a choisi de vivre, va-t-il se retrouver amené à accomplir des exploits étonnants dans les Balkans, puis en 1918, dans une Russie plongée dans une guerre impitoyable entre les Blancs et les Rouges. C'est ce que nous compte son fils, Nicolas Pierre Bordes, dans ce livre d'aventures réelles, rempli d'exotisme, d'amour et de batailles.

11/2005

ActuaLitté

Romans historiques

Abraham, le messager d'Harân

"Accablé par la douleur des hommes, mon maître avançait, discret, en perpétuelle réflexion, corps penché, tête rentrée, puis s'ouvrait quand il prenait la parole. Sa voix libre, encore pleine de son adolescence, semblait composée de plusieurs voix qui se chevauchaient, comme si l'une disait les mots et l'autre en soulignait le sens. Il m'avait appris à lire la ligne d'horizon comme le moindre grain de poussière, à étudier jusqu'au chien qui agite la queue pour déceler combien la queue peut parfois agiter le chien. L'écouter c'était comprendre, et le jour vint où il me montra un Dieu visible. Et je le vis! Je lui avais été donné pour le servir. Mais de nous deux, qui servit l'autre?" Avec Abraham, le Messager d'Harân, René Guitton écrit ici une œuvre où l'imaginaire s'inspire des traditions et des légendes. Il entraîne le lecteur des villes mythiques d'Ur et de Babylone aux confins de la Terre sainte, jusqu'aux déserts d'Égypte et d'Arabie, à la découverte du patriarche. Abraham, le Messager d'Harân, une fresque épique où souffle l'immensité du père des croyants.

03/2008

ActuaLitté

Histoire de France

Le général comte Gazan (1765-1845)

Le général Gazan de la Peyrière commença sa carrière sous l'Ancien Régime, puis répondit à l'appel de la Révolution pour combattre les "rois conjurés" sur le Rhin. Ses exploits le firent général. En Suisse et au siège de Gênes sous les ordres de Masséna, il participa ensuite à la bataille de Pozzolo, aussi importante que Marengo. Napoléon confia à Gazan le commandement d'une division de la Grande Armée. Son plus brillant combat en 1805 fut celui de Dürrenstein. Gazan combattit avec distinction à Iéna, sous les ordres de Lannes, fit la campagne de Pologne avec Lannes et Masséna. Il fut récompensé par des dotations et le titre de comte. Dès 1808, Gazan fut employé en Espagne, au siège de Saragosse, puis aux opérations contre les Espagnols et les Anglais. En 1810, chef d'état-major du maréchal Soult en Andalousie, il assista à la sanglante bataille d'Albuera. L'évacuation de l'Andalousie entraîna le départ de Soult. Gazan fut alors nommé commandant en chef de l'armée du Midi ; ce poste révéla les limites de ses capacités militaires : il commit des erreurs irréparables à la bataille de Vitoria qui sonna le glas de la présence française dans la péninsule Ibérique. Redevenu chef d'état-major de Soult en juillet 1813, il termina la guerre sous les murs de Toulouse en avril 1814. Cet ouvrage raconte une carrière exceptionnelle sous les Aigles impériales, en puisant dans de très nombreuses archives inédites.

07/2015

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté