Recherche

Gillot

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Ma gorille et moi

Un roman qui nous fait ressentir ce que c'est que de vivre au contact des animaux, de les aimer pour ce qu'ils sont, sur un pied d'égalité avec nous.La maison de Jeanne se trouve au coeur d'un zoo. Le zoo de ses parents ! Quand Jeanne était bébé, ils ont accueilli chez eux une petite gorille, Mona, que sa mère avait rejetée à la naissance. Mona et Jeanne ont grandi ensemble. Mais Mona, qui est maintenant adulte, doit être transférée au zoo de Milan. Alors qu'un groupe de jeunes militants s'insurge et manifeste devant le zoo, Jeanne découvre le discours des défenseurs de la liberté animale. Peut-elle aimer Mona et vouloir la garder auprès d'elle ?

ActuaLitté

pamphlets politiques, faits de societe, actualite, temoignages, biographies

Politiques, pourquoi la com les tue

Sous les lumières des plateaux de télévision, l’orgueil vire à l’arrogance, la gourmandise tourne à la boulimie, l’envie ressemble à de l’arrivisme… Éric Woerth, Nicolas et Jean Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, Dominique Strauss-Kahn, Jean-François Copé… beaucoup de politiques cèdent aux péchés capitaux de la communication. Les conséquences sont concrètes: abstentionnisme, renaissance du Front national, rejet des partis traditionnels, voire de la politique dans son ensemble. À l’origine de cette crise de confiance, la suprématie de la com, entre autres, cette tendance des hommes de pouvoir à vouloir faire des « coups »… pour finalement y laisser des plumes. Avec son analyse de l’actualité, cruelle mais salutaire, Bastien Millot nous dévoile quelques règles d’or de la communication politique et démontre que son excès écœure l’opinion. Plus que jamais, il faut réhabiliter une certaine rareté de la parole publique. Après l’hypercommunication, les politiques vont-ils enfin revenir à la raison? Couverture: photomontage d’après des micros © Ryan McVay / Photodisc / Getty Images

01/2012

ActuaLitté

pamphlets politiques, faits de societe, actualite, temoignages, biographies

Politiques, pourquoi la com les tue

Sous les lumières des plateaux de télévision, l’orgueil vire à l’arrogance, la gourmandise tourne à la boulimie, l’envie ressemble à de l’arrivisme… Éric Woerth, Nicolas et Jean Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, Dominique Strauss-Kahn, Jean-François Copé… beaucoup de politiques cèdent aux péchés capitaux de la communication. Les conséquences sont concrètes: abstentionnisme, renaissance du Front national, rejet des partis traditionnels, voire de la politique dans son ensemble. À l’origine de cette crise de confiance, la suprématie de la com, entre autres, cette tendance des hommes de pouvoir à vouloir faire des « coups »… pour finalement y laisser des plumes. Avec son analyse de l’actualité, cruelle mais salutaire, Bastien Millot nous dévoile quelques règles d’or de la communication politique et démontre que son excès écœure l’opinion. Plus que jamais, il faut réhabiliter une certaine rareté de la parole publique. Après l’hypercommunication, les politiques vont-ils enfin revenir à la raison? Couverture: photomontage d’après des micros © Ryan McVay / Photodisc / Getty Images

01/2012

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Barrès ou la volupte des larmes

'En approchant son visage de la glace qui surplombait la cheminée du salon on dit qu'il cherchait alors sur sa peau qui lui semblait de plus en plus bilieuse au fur et à mesure de ses échecs politiques, de ses succès littéraires, les uns attirant étrangement les autres, la trace des années écoulées depuis le glas de sa jeunesse autant que celle de sa réputation de guide, de maître d'une génération, laquelle génération ressemblait à une assemblée de chiots flatteurs en bottes vernies et lavallière qui lui léchaient les mains dès que l'occasion s'en présentait en déclamant des passages de Sous l'œil des Barbares ou du Jardin de Bérénice tandis que lui, moins arrogant que nomade dans ses engouements, ses désirs, n'entendait déjà plus rien à cette musique vieille de dix ans. ' Antoine Billot.

10/2013

ActuaLitté

litterature francaise romans regionaux

L'armoire allemande

En Corrèze. Un héritage, une armoire, un journal intime, un secret familial. Dans les bras d'un officier allemand, Hélène a connu la passion. Trente cinq ans plus tard, Alexandrine, sa fille, découvre la vérité, douloureuse et salvatrice. Eté 1979. Saint-Gillet en Corrèze. Alexandrine Delalande, jeune avocate à Bordeaux, enterre sa mère Hélène. Cette femme, pleine d'ombres, reste pour elle un mystère. Profitant d'un dernier séjour dans la propriété familiale, La Ferronnière, Alexandrine veut comprendre pourquoi les siens étaient-ils détestés au village. Dans la vieille grange, une armoire: celle qu'Alexandrine et son frère avaient l'interdiction d'ouvrir. Le meuble, bien scellé, sera son unique héritage; il renferme une dizaine de cahiers d'écolier noircis par l'écriture de sa mère. Toute la jeunesse d'Hélène défile: un mariage sans amour avec un homme rapidement envoyé en Allemagne au titre du STO, sa solitude, son regret d'un mariage sans amour, sa rencontre en juin 44 avec un officier allemand Volker Aldermann et leur passion scandaleuse... Août 44, Brive est libérée et les troupes allemandes se replient avec de lourdes pertes. Volker doit se replier avec son unité et invite sa maîtresse à le suivre. Ils se donnent rendez-vous. Manqué. Volker n'y est pas. Mettant bout à bout, la lecture du journal intime d'Hélène et les éléments de sa propre enquête, obstinée et laborieuse, auprès de villageois et d'anciens résistants, Alexandrine découvre que son père n'est autre que Volker. Et que celui-ci n'est jamais revenu de la campagne de France. Des résistants l'ont fusillé et enterré dans un petit bois de chênes à quelques mètres seulement de La Ferronnière...

08/2013

ActuaLitté

lettres et linguistique critiques et essais

Lexique nomade ; assises du roman 2012 ; Le Monde Villa Gillet

"Pour accompagner les Assises Internationales du Roman qu'organisent au mois de mai la Villa Gillet et Le Monde sera publié chaque année un lexique nomade. A chacun des auteurs invités, nous avons demandé de choisir un mot clé qui ouvre les portes de son oeuvre. Ce petit précis subjectif est une invitation au voyage dans la littérature d'aujourd'hui au gré de définitions originales dont le ton personnel ouvre des perspectives inattendues. Le choix des mots, la manière de leur donner vie est à chaque fois une expérience de lecture, une manière pour le romancier de rendre sensible en toute liberté son aventure au coeur de la langue. Dans ce lexique audacieux, les mots se répondent les uns les autres, créant une partition que chacun est invité à jouer. Dans ce lexique nomade, la littérature se pense et se rêve." Guy Walter

05/2012

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté