Recherche

Georges Feydeau

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur George R.R. Martin

Né le 20 septembre 1948 dans le New Jersey, George R. R. Martin se destinait à devenir journaliste : faute d'un emploi, il se découvre une vocation d'auteur en signant des nouvelles de science-fiction, et se fait rapidement une bonne réputation dans le milieu. Quelques-unes de ses nouvelles sont même très remarquées, comme Les Rois des sables et Le Volcryn, qui sera bientôt adapté au cinéma, et, dans les années 2010, en série télévisée. 

ActuaLitté

Dossier

Game of Thrones, des livres de George R.R. Martin à la série HBO

Né en 1948 aux États-Unis, George R.R. Martin écrit au départ pour créer de nouvelles histoires mettant en scène les super-héros Marvel, puis pour tuer le temps, alors qu'il peine à trouver un emploi dans le secteur du journalisme. Petit à petit, il devient un auteur confirmé de nouvelles de science-fiction. Après avoir commencé une carrière comme scénariste de séries télévisées, il commence, au début des années 1990, à rédiger une saga de type fantasy, intitulée A Song of Ice and Fire et traduite en français sous le titre Le Trône de Fer.

ActuaLitté

Dossier

Le trône de fer : les livres de la saga A Song of Ice and Fire de George RR Martin

Le trône de fer est une immense saga d’héroïque fantasy qui s’inspire de la série des Rois maudits de Maurice Druon. C’est au début des années 1990 que Georges R.R. Martin commence à écrire Le trône de fer, le premier volume est publié en 1996. En 2007, la chaine de télévision HBO acquiert les droits d’adaptations. L’auteur lui-même participe à sa production et écrit le scénario d’un épisode par saison. 

ActuaLitté

Dossier

Le Commissaire Maigret, figure historique de la littérature policière

Le retour du Commissaire Maigret, cette fois sous les traits de Gérard Depardieu, relance l’intérêt pour le personnage de Georges Simenon. À travers 75 romans policiers et 28 nouvelles, l’enquêteur a officié entre 1931 et 1972. Amateurs de vins — sauf le champagne — et fumeur de pipe, il aura connu bien des visages sur petit et grand écran. 

ActuaLitté

Dossier

Aux États-Unis, une inquiétante vague de censure de livres

Bibliothèques publiques, programmes scolaires, écoles, librairies... La censure a une longue histoire aux États-Unis, et contrevient le plus souvent au Premier Amendement de la Constitution américaine. Depuis quelque temps, une nouvelle forme d'interdiction sévit envers des livres et thèmes spécifiques — écrits par des représentants de la cause LGBTQIA+, des militants antiracistes, ou simplement envers des œuvres capitales, comme 1984 de Georges Orwell.  

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Nobel de littérature, récompense ultime du monde des lettres

Le Prix Nobel de littérature récompense chaque année un auteur ou une autrice, depuis 1901. Comme l'a écrit dans son testament le chimiste Alfred Nobel, si un lauréat est choisi, c'est qu'il « a fait la preuve d'un puissant idéal », c'est-à-dire que son œuvre a su rendre de grands services à l'humanité.

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Georges Feydeau

Biographie théâtrale en deux actes, qui raconte de manière simple et ludique, la vie de Georges Feydeau, auteur dramatique, peintre et collectionneur d'art français, au travers de dialogues théâtraux. Citations : "Le mariage, c'est l'art pour deux personnes de vivre ensemble aussi heureuses qu'elles auraient vécu chacune de leur côté." "La jeune génération est très inférieures à la nôtre... Tout de même, si je pouvais en faire partie ! " "N'est-elle pas plus morale, l'union libre de deux amants qui s'aiment, que l'union légitime de deux êtres sans amour ? "

07/2020

ActuaLitté

Humour

Les sautes d'humour de Georges Feydeau

Georges Feydeau (1862-1921) continue de remplir les théâtres, mais il passe souvent pour misogyne et l'on raconte qu'enfant il giflait volontiers les petites filles. En réalité, il fut simplement "convaincu très tôt que l'humanité entière méritait des baffes", apprend-on en introduction à cette joyeuse collection de très courts extraits de pièces - véritables sketches pimentés d'anecdotes biographiques. Si Feydeau nous fait autant rire, c'est bien parce que tous ses personnages se parent de ridicules, quels que soient leur sexe et leur condition. Hommes et femmes, jeunes et vieux, faux amis et honnêtes gens, ploucs et aristos, médecins et domestiques : nul n'est épargné, pour notre plus grand bonheur. Un bonheur assez sadique, confessons-le, redoublé à la lecture de ce recueil cruellement jubilatoire qui est un vaudeville en soi.

10/2016

ActuaLitté

Théâtre

L'empereur des boulevards. Ou l'incroyable destin de Georges Feydeau

Théâtre des Variétés. "Tailleur pour Dames" triomphe et marque le début de l'incroyable carrière d'un certain Georges Feydeau. Prisonnier de son irrépressible besoin de reconnaissance, l'Empereur des Boulevards déploie ses ailes sur un Paris festif et débonnaire. Partagé entre l'amour de sa femme, ses conquêtes nocturnes et ses personnages encombrants, Georges remonte le cours de sa vie et des illustres figures qui ont jalonné son parcours teinté de promesses, de succès, d'échecs et de revanche. Des salons mondains de chez Maxims aux grandes scènes de la capitale, de son amitié avec les Guitry à sa rencontre funeste avec un ange de la nuit, de son apogée à sa disgrâce, faites un saut dans le temps pour découvrir l'homme se cachant derrière l'auteur à succès. Un spectacle à 26 personnages, rendant hommage au maitre du genre, entre drame et comédie.

10/2020

ActuaLitté

Critique littéraire

L'homme de chez Maxim's . Tome 1, Georges Feydeau, sa vie

Après d'innombrables et triomphales reprises de ses comédies, Georges Feydeau (1862-1921) a longtemps été considéré comme un simple amuseur, mécanicien diabolique de marionnettes dociles, reflet souriant d'un temps mythique où la vie n'était qu'une suite de plaisirs. Voici trente ans, Jacques Lorcey corrigeait déjà cette image trop simpliste et soulignait que Feydeau était en réalité un peintre de mœurs, psychologue de tout premier ordre, moraliste souvent très profond et sans complaisance à l'égard d'une société en perdition. Par un phénomène étrange, le plus fêté des auteurs restait sans doute le personnage le moins connu du monde littéraire au XX° siècle. En 1971, pour le cinquantième anniversaire de sa disparition, Jacques Lorcey fut le premier à soulever un coin de ce voile de mystère. Mais ce travail unique était devenu rigoureusement introuvable. À la lumière de nouvelles découvertes, Jacques Lorcey trace aujourd'hui un portrait plus complet de cet homme étonnant, toujours d'une élégance recherchée, mais taciturne, angoissé, qui passait ses soirées chez Maxim's devant une bouteille de champagne factice, se passionnait bien davantage pour le théâtre et la peinture que pour l'amour et dont les dernières années furent d'une grande tristesse. Dans ce livre exhaustif, Jacques Lorcey, historien des spectacles et des comédiens, spécialiste reconnu de Sacha Guitry comme d'Edmond Rostand, propose également un panorama complet, analytique et critique, de l'œuvre comique de Georges Feydeau, étudiant son art de la composition scénique et son humour corrosif. En conclusion, il explique pourquoi Feydeau apparaît si proche de notre quotidien - tout en restant le témoin impitoyable d'une " Belle Epoque " annonciatrice de toutes les décadences.

11/2004

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Georges et Georges

Après quelques années de vie commune, Marianne et Georges ne se supportent plus : elle regrette le Georges amoureux naïf des premiers temps, lui désire une femme plus pimentée. Grâce au docteur Galopin, spécialisé en électromagnétisme, ils vont chacun être mis en face de leur rêve. Et devront le cacher à l'autre ! Le cauchemar commence. D'un appartement parisien jusqu'à l'ambassade de Batavia, les portes claquent devant l'hystérie de six personnages qui se fuient et se poursuivent. Une comédie déjantée sous le signe de Feydeau où les quiproquos s'accumulent, entraînant surprises et fous rires. Dans une postface magistrale, Eric-Emmanuel Schmitt analyse sa passion pour l'oeuvre de Feydeau, la complexité et la rigueur mathématique extrême du dramaturge qui disait : «Lorsque la présence d'un personnage est indésirable, il faut immédiatement le faire entrer en scène.»

08/2014

ActuaLitté

Pléiades

Théâtre

Que l'oeuvre de Feydeau soit rattachée, non sans raison, mais un peu paresseusement, à un genre léger, populaire et aussi décrié qu'il est goûté n'a pas aidé à sa reconnaissance. Il reste que l'on ne dit pas grand-chose de l'oeuvre quand on se contente de mentionner ce genre - le vaudeville - ou de parler d'amants dans le placard et de portes qui claquent. Pas d'erreur pourtantoe : les portes claquent bel et bien. Mais elles claquent de telle façon que ce genre, le vaudeville donc, s'en trouve renouvelé, énergisé, accéléré (bien des scènes semblent des odes à la vitesse), poussé à son paroxysme et, en définitive, conduit à l'implosion. L'implacable mécanique souvent évoquée existe bien, et les rouages de la machinerie mise au service du comique sont admirablement huilés. Ce que l'on évoque moins souvent, c'est l'arrière-plan de l'univers de Feydeau. Or la manière dont ses pièces traduisent et véhiculent les engouements, préoccupations et inquiétudes d'une époque qui voit, ou ne voit pas, arriver la guerre mondiale et la fin d'un monde mérite d'être soulignée. La gaieté de Feydeau est indéniable, mais elle n'est pas séparable d'une sorte de folie, dont l'écriture, aussi bien que les situations, porte la marque. Car Feydeau n'est pas (seulement) un brillant entrepreneur de spectacles : c'est un écrivain. La qualité de son dialogue, tout en apparente spontanéité, résulte d'un travail opiniâtre. Les indications scéniques parfois fascinantes qui émaillent le texte de ses pièces et décrivent avec une précision horlogère, jusqu'au vertige, la disposition des lieux et l'attitude des personnages témoignent d'une passion de la description que l'on ne rencontrera plus avant le Nouveau Roman. Pourtant, même ainsi "programmés", les personnages ne sont ni des pantins ni des automates. Autant que des intrigues trop convenues, Feydeau se défie des "types" trop conventionnels mis en scène par les vaudevillistes de son temps. Ses personnages, il va les chercher, de son propre aveu, dans la réalité ; peu désireux de faire d'eux des fantoches, il leur conserve leur personnalité, leur vitalité - et tout soudain les plonge dans des situations burlesques. On a pu les comparer à des cobayes, et leur créateur à un expérimentateur non dénué d'une certaine cruauté. Mais c'est à l'égard du langage, des langages, qu'il met à la disposition de ses créatures ou dont, par moments, il les prive, que Feydeau se montre le plus audacieusement expérimentateur. A force de répétitions, de déformations, de mélanges babéliens, de lapsus, de mal-entendus, la langue perd tout ou partie de sa fonction de communication. Les liens logiques se desserrent, ils se dissolvent, on ne s'entend plus, l'absurde triomphe. Loin de prolonger un genre réputé poussiéreux, Feydeau ouvre la voie au théâtre qu'illustreront bientôt Ionesco ou Beckett.

11/2021

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté