Recherche

Franz Kafka

Extraits

ActuaLitté

Non classé

La cinquième impossibilité

"Je me rappelle encore avec quelle émotion le vieillard que j'étais à l'âge de neuf ans, de retour du camp, reçut au jour solennel de son anniversaire un recueil de contes roumains. En cet après-midi d'été 1945, dans le silence de la pièce, seul dans l'univers, je découvrais la langue fascinante, magnétique, miraculeuse, d'un conteur de génie."
Lire ou écrire, c'est vivre, c'est aussi revivre et survivre, lorsque, comme Norman Manea, on a connu l'épreuve des camps d'extermination et le bonheur obligatoire d'un pays communiste.
La Cinquième Impossibilité (en écho aux quatre " impossibilités " de Kafka) dessine les contours d'une vie passionnée de lecteur-écrivain dans la " grande aventure des pages " : les œuvres d'Ernesto Sabato, Philip Roth, Paul Celan, Benjamin Fondane, Eugène Ionesco, ou encore Cioran, Antonio Tabucchi, Saul Bellow, Claudio Magris, Franz Kafka sont ici évoquées et, à travers elles, les trépidations et les tragédies du monde, les affinités électives et les amitiés profondes.
Ce recueil de douze textes compose une trajectoire, de Berlin à New York, où l'auteur a échoué voici plus de vingt ans. La " maison de l'escargot roumain", c'est sa langue, que l'éternel exilé emporte avec lui partout où le mènent ses pérégrinations. (traduction Marily Le Nir et Odile Serre)

03/2013

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

La tendresse du monde ; l'art d'être vulnérable

Peut-on trouver une forme de sérénité dans un monde qui souffre et où tant d’êtres humains sont sacrifi és? Comment vivre pieds et poings liés à la dictature de la rentabilité, qui tient pour rien ce qui ne se comptabilise pas, ce qui ne se gère pas? Nous avons certes le choix. Nous pouvons nous lancer à corps perdu dans la bataille, et faire alors de la sérénité un à-côté de la vie, un loisir. Jouir de l’instant présent et accumuler les profi ts, être zen pour être plus effi cace… Ou alors nous pouvons ouvrir les portes et les fenêtres de la maison et de notre propre esprit. Être prêt à assumer que le monde est tendre, c’est-à-dire fragile et donc nécessairement poignant. Si nous acceptons la vulnérabilité de notre être et la tendresse du monde, c’est que nous avons quitté la prison du « moi, moi-même et encore moi » – la recherche du confort et de la sécurité à tout prix que Franz Kafka décrit comme l’enfermement dans un terrier. La vulnérabilité n’est pas aussi effrayante que nous le croyons ; elle est même le socle de toute éthique possible. Création Studio Flammarion En couverture: Photomontage d’après des photos: © Dougal Waters Photography ltd / Getty Images ; © Image Source / Corbis

ActuaLitté

litterature romans poche

La métamorphose

Imaginez-vous un matin au réveil. Vous vous apprêtez à vous lever, mais soudain vous constatez que votre corps s’est curieusement transformé: votre dos est recouvert d’une carapace ; à la place de vos bras et de vos jambes, de nombreuses pattes ont poussé! Cette histoire vous semble grotesque, abracadabrante? Telle est pourtant la terrible mésaventure qui arrive à Gregor Samsa, le héros de La Métamorphose…
La Métamorphose révèle une vérité méconnue, les conventions disparaissent, les masques tombent. Le récit qui porte ce titre est un des plus pathétiques et des plus violents que Kafka ait écrits ; les effets en sont soulignés à l'encre rouge, les péripéties ébranlent les nerfs du lecteur. C'est l'histoire, « excessivement répugnante », dit l'auteur, d'un homme qui se réveille changé en cancrelat. Cette transformation est un châtiment imaginaire que Kafka s'inflige. Et son personnage est celui qui ne peut plus aimer , ni être aimé : le conflit qui se déroule dans une famille bourgeoise prend une ampleur mythique. Seuls quelques éléments comiques ou grotesques permettent de libérer de l'oppression du cauchemar.

08/2010

ActuaLitté

Non classé

Le château

Étrange et lointain, le château se dresse dans la nuit. Tout juste arrivé au village voisin, K., le nouvel Arpenteur, ne sait ni en quoi consiste son travail, ni comment accéder au château. Il se trouve confronté au chaos d’un système conçu pour être appliqué tel qu’il est: inflexible, imparable… absurde. Tour à tour onirique ou réaliste, drôle et terrifiant, Le Château est beau comme un oxymore. Auteur majeur de la littérature mondiale du XXe siècle, Franz Kafka, écrivain tchèque né en 1883, est également l’auteur du Procès et de La Métamorphose. Il meurt en 1924. Ses romans seront publiés à titre posthume. « Le génie de Kafka, c’est justement de se dérober à toute interprétation, d’aller toujours au-delà de ce qu’on en dit. » Georges-Arthur Goldschmidt Traduit de l’allemand et présenté par Georges-Arthur Goldschmidt

ActuaLitté

littÉrature anglo-saxonne

L'espoir, cette tragédie

Après La Lamentation du prépuce et Attention: dieu méchant, le grand retour de Shalom Auslander avec un roman encore plus iconoclaste, provocateur et hilarant. Entre Woody Allen, Philip Roth et Franz Kafka, un régal de drôlerie et de profondeur sur la légitimité de l'art après l'Holocauste, le devoir de mémoire (ou plutôt celui " de ne jamais la fermer ") et les ravages causés dans le monde par l'espoir, cette tragédie. Dans l'État de New York, de nos jours. En choisissant d'établir sa famille dans la petite ville de Stockton, dans l'État de New York, Salomon Kugel pensait avoir enfin laissé derrière lui le bruit et la fureur de la Grosse Pomme. Or, à peine installé, force lui est de reconnaître que la vie à la campagne ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices: sa mère d'abord, qui s'accroche farouchement à la vie " par devoir de mémoire ", en omettant de dire qu'elle-même n'a pas vécu l'Holocauste ; son épouse, jamais la dernière pour scruter ses moindres faits et gestes et lui rappeler la fragilité de leur situation financière ; et ce pyromane qui sème la terreur dans la région et que les appétissants bardeaux de la nouvelle maison Kugel ne devraient pas manquer de séduire. Et puis il y a ces curieux bruits dans le grenier. Rassemblant son courage, Salomon décide d'y monter: stupeur! Quelle est cette créature? Une femme, très vieille, très poussiéreuse et très énervée. Une femme dont Salomon, voire le monde entier, pensait qu'elle était morte! Une femme bien résolue à faire éclater toute la vérité sur son histoire...

01/2013

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté