Recherche

Francine Narèce

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Frangine

Pour Joachim, la terminale s'annonce plutôt bien : entre ses amis, sa copine et le basket, il mène une vie ordinaire d'ado ordinaire... A ceci près que sa petite soeur Pauline et lui sont nés par procréation médicalement assistée : ils ont deux mères qu'ils adorent, ça n'a jamais posé de problème à personne, et il n'y a pas de raison que cela change. Sauf que tout change, justement, quand Pauline entre au lycée et se frotte à une réalité autrement plus dure — la tolérance, manifestement, ça ne coule pas dans toutes les veines. Alors que sa soeur se mure dans le silence, le ton monte à la maison et Joachim se met en tête de tout faire pour empêcher son ciel sans nuages de virer à l'orage... Dans ce premier roman lumineux sur l'homoparentalité, Marion Brunet défie l'intolérance avec force et tendresse.

09/2020

ActuaLitté

Théâtre

Trois fous dans la rue parlent

La parole ne s'enferme pas. Quand bien même on chercherait à l'emprisonner, elle se libérerait derrière le paravent de la folie. Elle se clamerait encore plus fort dans la rue. Quand il n'existe plus rien, le retour aux origines devient cathartique : au commencement était le verbe. Les personnages que Francine Narèce dépeint dans cette pièce n'attendent plus rien de la vie. Pilone, Ligote et Dédicace se sont installés dans la rue où ils vont reconstruire une existence en se racontant, en s'écoutant, en prenant le temps qui s'évanouit aussi léger que les mots. Ils ne supporteraient pas d'être emprisonnés entre les cloisons protectrices d'une maison, mais accueillent comme un nouvel épiderme cet ultime refuge, où chaque fou y trouve son compte, que leur offre l'oeuvre de Maxime Jean-Baptiste. S'ils portent un masque, ce sont les autres qui les voient, c'est leur regard qui les rend fous. Ce n'est pas rien de ne plus s'accommoder des lambeaux crasseux d'un monde qui foule au pied les valeurs de la justice et de prendre, d'accaparer la parole en pleine rue. Pièce pour 4 personnages.

06/2020

ActuaLitté

Théâtre

Adana. D'après Antigone de Sophocle

On peut rêver qu'une île peuplée d'hommes, de femmes et d'enfants dont les ancêtres ont été capturés en Afrique, conquière sa liberté et donne le pouvoir à des sages capables de contenir les excès et de freiner les plus téméraires, avides de vengeance. L'histoire nous a montré que la chose a été possible, mais que les anciens maîtres avaient su trouver dans le fond de leur âme damnée un reste de perfidie pour mater à jamais ces fiers mutins. Dans le théâtre que propose Francine Narèce, le rêve continue d'exister et elle persiste à démontrer que la malédiction de Cham qui hante les esprits des peuples Africains-Antillais, peut et doit être effacée à jamais. Il est temps que l'on trouve la porte de sortie de cette histoire forgée par les intérêts économiques machiavéliques des uns et des autres. Dans cette nouvelle pièce Adana, une réécriture de l'Antigone de Sophocle, elle reprend cette indispensable idée de la désobéissance et de la révolte, aujourd'hui nous dirions, de l'indignation. Mais elle va plus loin : les désobéissants, les indignés, les mutins, les rebelles, les révoltés sortent vainqueurs parce que le mot justice se pare de l'or de la vérité et de la magnificence de la promesse du jour nouveau.

04/2020

ActuaLitté

Théâtre

Chimamanda

Le théâtre, riche de tragédies dans sa tradition antique est un genre littéraire peu prisé à ce jour par les auteurs sous nos latitudes. Très peu ont osé le "théâtre de combat", le marronnage dans l'écriture. Francine Narèce relève ce défi. Cette ambition la pousse à planter sa plume dans l'encre sombre de notre histoire. Elle veut sublimer nos héros oubliés, ces combattants morts pour rien qui ont marqué notre histoire en lettres de sang. Notre histoire regorge de tragédies : que reste-t-il de tous ces sacrifices, celui de Lumina, celui d'Ignace et de tant d'autres encore, de tous ces anonymes qui ont donné leur vie pour ceux qui aujourd'hui attendent ? Serait-ce la peur qui annihile les plumes ? La peur de déplaire aux nouveaux maîtres, la peur d'échouer comme le roi Christophe ou encore Lumumba ? Dans cette réécriture de la tragédie de William Shakespeare, Hamlet, Francine Narèce porte un coup fatal. Ce sont les femmes qui sont mises en avant. Ce sont elles qui ont toujours fièrement porté en secret les ferments de la liberté. Justice leur est rendue avec Chimamanda. Arthur Briand

05/2019

ActuaLitté

Théâtre

Le combat de Léona Bataille. Et autres petites formes pour trois comédiens

Telle ces fleurs qui ont mûri dans l'infini de la nuit sans qu'aucun oeil n'ait pu en saisir ni l'éclosion ni la transformation que seules les palettes de couleurs nouvelles révéleront dans le reflet du jour suivant. C'est ainsi que Francine Narèce se dit. Elle trace en suivant sa musique, sans note assourdissante, dans la cadence du défroissement joyeux de pétales qui s'ouvrent au temps : le temps de la lecture d'une plume bavarde qui danse l'envolée de petites histoires phosphorescentes ou moirées, fines et ambiguës à la fois. Complexité de l'être en quête de compréhension du dire et du conter qui dans leur essence accouchent de variétés d'orchidées aux teintes apaisantes et qui, dans un geste parfois inexpliqué, engendrent une amanite tue-mouche. Mé tou sa sé la vi-a ! Lydie Bétis.

06/2018

ActuaLitté

12 ans et +

Konidja et les Nègres Marrons. Récits caribéens

Comment la belle esclave Konidja réussira-t-elle à fuir la jalousie de sa maîtresse ? Qui aidera Popiti à échapper à la méchanceté de sa marraine ? Comment les habitants de la rue de la Vie Tourmentée se retrouvèrent-ils prisonniers d'une bulle d'eau magique ? Comment Tipiékoko, un cocotier nain, devint-il humain ? Les réponses sont dans ces quatre récits, tissés d'histoire, d'imaginaire et de poésie, qui vous feront voyager à travers l'espace et le temps et vus feront découvrir la richesse de la culture caribéenne. A partir de 14 ans.

03/2017

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté