Recherche

France diplomatie

Extraits

ActuaLitté

Géopolitique

Minorités d'Orient ; les oubliés de l'Histoire

L'année 2014 a vu les images des Yézidis du Sinjar ou des chrétiens de la plaine de Ninive fuyant l'Etat dit islamique, faire le tour du monde. Pour beaucoup cette tragédie a été vécue et ressentie comme une répétition de 1915. Mêmes lieux, mêmes victimes, mêmes réactions timorées de la communauté internationale, même indignation face à la barbarie. La différence, on la trouve dans les images colorisées, la tragédie étant diffusée en temps réel. Le règne de l'immédiateté nous a fait oublier que les guerres qui ravagent cette région depuis les "Printemps arabes" ne constituent qu'un énième avatar de la Question d'Orient. Si les dramatiques événements de l'été 2014 ont permis de sensibiliser l'opinion sur l'urgence de secourir les minorités opprimées du Moyen-Orient, le traitement de cette question dans les médias souffre d'une approche essentialiste voire réductrice. Citoyens à part entière dans certains pays, "protégés" ou discriminés dans d'autres, ces communautés évoluent dans des contextes sociaux, culturels et politiques qui ont chacun leur propre singularité. Les englober dans un tout homogène brouille notre champ de vision. Ce livre propose un éclairage lucide et sans complaisance sur les causes de leur malheur mais aussi une nouvelle lecture du fait minoritaire en Orient, véritable machine de guerre géopolitique. Déconstruisant plusieurs mythes comme celui des Kurdes protecteurs des minorités, ou du rôle traditionnel de la France à l'égard des chrétiens, il entend débattre sur leur présent et leur avenir à la lumière de leur passé. Diplômé de Sciences Po Paris et des Langues'O, Tigrane Yégavian est journaliste et arabisant. Il collabore notamment pour les revues Politique Internationale, Diplomatie, Moyen Orient, France Arménie et le Monde Diplomatique et est membre de la rédaction de la revue de géopolitique Conflits.

10/2019

ActuaLitté

Non classé

Tous

"C’est vrai que je l’ai payé cher. Une jambe et un bras, tout de même. Et puis, plus beaucoup de temps à vivre. Mais : on y est. Le renouveau politique de l’Europe, ça y est, le mouvement est lancé. La VIe République, la fédération d’un noyau dur dans l’Union, c'est en route. Ça n’a l’air de rien, maintenant que c’est fait. Mais qui aurait parié un kopeck là-dessus il y a à peine cinq ans ?" Le roman met en scène, de façon réaliste et ironique à la fois, l’irrésistible ascension de TOUS, un mouvement de démocratie directe en France et en Europe, à travers les yeux d’une jeune activiste belge, d’un vieux diplomate grec et d’un citoyen polonais. C’est le roman des chemins qu’on n’a pas pris, le roman d’une génération qui a emprunté les voies de la politique pour reprendre goût à l’avenir. C’est le roman d’une réalité qui n’a pas eu lieu. Pas encore.

02/2017

ActuaLitté

empire carolingien

Charlemagne ; 768-814 ; fils de Pepin Le Bref

La vie de Charlemagne est plus belle et plus exaltante que la légende de l’empereur « à la barbe fleurie ». Digne successeur de Pépin le Bref, son père, il fut d’abord roi de France, puis roi d’Italie. Ses conquêtes successives, notamment en Allemagne, portèrent le territoire des Francs aux dimensions d’un empire. Travailleur infatigable, ce conquérant fut aussi un législateur et un diplomate ; il protégea les arts, généralisa les écoles et détermina la Renaissance carolingienne. Véritable « européen », il eut le mérite de donner aux peuples composant son vaste empire un idéal commun. Son œuvre politique ne lui a pas survécu, car il en était la clef de voûte. Mais l’âme de l’Europe, née de sa pensée, est toujours présente. Elle reste, grâce à lui, la meilleure chance de l’Europe future.

ActuaLitté

Non classé

Les français envient notre bonheur

Pendant plus de vingt ans, de 1826 jusqu’en 1848, ce jeune aristocrate hongrois, sujet autrichien, attaché d’ambassade à Paris, participe à la vie mondaine de la capitale tout en suivant avec attention l’évolution de la monarchie constitutionnelle. Il pense en homme politique et en diplomate attaché aux principes de l’Ancien Régime, perplexe à l’égard de la France et des princes qui la gouvernent. Rodolphe Apponyi est un héritier spirituel de Metternich, hostile à une France encore capable de fomenter des troubles dans toute l’Europe. Son écriture toujours brillante, alerte, souvent mordante, entraîne son lecteur dans la France romantique qui hésite entre la fidélité au passé et le saut dans la modernité.

ActuaLitté

biographies historiques

Brunehaut

Mariée en 566 au roi franc d’Austrasie Sigebert Ier, l’un des petits-fils de Clovis, Brunehaut est un personnage à la fois célèbre et méconnu. L’historiographie romantique l’a dépeinte sous les traits d’une mégère lancée dans une lutte féroce contre sa belle-sœur, la reine Frédégonde de Neustrie. Or, dans cette époque impitoyable où les assassinats sont légion, elle se montra sans faiblesse, certes, mais aussi souveraine avisée, diplomate, mécène, soutien de la papauté. Son règne contribua fortement à façonner le nouveau visage d’une France en train de se détacher du modèle impérial romain à l’aube du viie siècle. Dans l’histoire de la France, les femmes, et avant tout les reines, ont souvent régné sur le cœur et l’esprit de leur peuple, bien qu’elles n’aient pas toujours exercé le pouvoir. Pendant quinze siècles, certaines ont joué un rôle prépondérant en se montrant plus lucides, plus préoccupées du bonheur de leurs sujets, sinon plus attentives au rayonnement de la monarchie. Si les rois ont fait la France, on peut dire que les reines l’ont sans doute aimée davantage.

ActuaLitté

biographies historiques

Philippe Vi (1328-1350) ; Pere De Jean Ii Le Bon

Philippe VI, roi en 1328, est le père de la nouvelle dynastie française des Valois, qui s’éteignit avec Henri III. En réalité, ce nouveau roi continua la dynastie des Capétiens, puisqu’il était le petit-fils de Philippe III le Hardi. Plus que dynastique, son importance dans l’histoire nationale vint de ce que son règne inaugura la guerre de Cent Ans. Car ce souverain, plus confiant dans la diplomatie que dans les armes, préféra ne pas combattre l’envahisseur anglais et lui laissa la prise de Calais. Ainsi naquit le germe des hostilités qui ensanglantèrent les règnes de ses successeurs. La réussite de sa politique permit cependant la réunion du Dauphiné à la France, sous la forme d’un apanage perpétuel accordé au fils aîné du roi.

11/2011

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté