Recherche

Edition droit d'auteur

Extraits

ActuaLitté

Sciences de la vie et de la terre, botanique, ecologie

L’Humanité disparaîtra, bon débarras !

Cet essai philosophique et d'humour noir, drôle et pessimiste, provocant et désespéré ne nous parle pas de fin du monde mais de l'extinction d'une espèce bête et méchante - la nôtre... L'homme se croit tout, mais il n'est rien. Il a en lui "quelque chose d'un peu nazi". Il prolifère et détruit les conditions mêmes de son existence sur la Terre, tout en rêvant qu'il se prépare un brillant avenir. Collapsus de la biodiversité, mitage de la couche d'ozone, climat en délire, empoisonnement de l'air, de la terre et de l'eau, nouveaux virus, guerre nucléaire : l'Homo sapiens disparaîtra... L'épisode sera tragique et comique à la fois. "J'ai cru en l'humanité, écrit Yves Paccalet : je n'y crois plus..." Sept ans après la première publication de ce pamphlet qui fut un best-seller, l'auteur ajoute quelques pelletées de terre sur notre cercueil annoncé. Cette "Nouvelle édition revue et aggravée" s'imposait. Toujours plus impitoyable. Toujours plus hilarante...

03/2013

ActuaLitté

Non classé

Les ombres d'Hannah

Quelque part en Europe, à une époque floue qui importe peu tant l’Histoire nous montre qu’elle bégaie à perpétuité, une femme cherche à fuir son pays. Elle n’a pour tout viatique que sa noblesse, et l’orgueil des gens de qualité. Un fonctionnaire de l’État, consciencieux et cynique, s’éprend dès le premier regard de cette Hannah belle à force de dignité. Il offre de l’héberger, le temps de lui obtenir un passage vers la liberté. Leur cohabitation, huis clos inquiétant où le plus pervers n’est pas celui que l’on attendait, s’organise autour d’un étrange contrat. Chaque soir, Hannah peaufine un récit trouble, destiné à envoûter son geôlier tout en gardant le droit de demeurer « intouchée ». Les Ombres d’Hannah est l’histoire d’un amour ambigu, au ton singulier, dans une société aux résonances contemporaines. Après Signé Parpot, Un amour de Payot et Côté jardin, Alain Monnier propose un quatrième roman, à la narration étrange, où le héros apostrophe directement le lecteur.

Couverture: ODILE CHAMBAUT / ATELIER MICHEL BOUVET
© Éditions Climats, 1999

ActuaLitté

Non classé

Sang d'encre

Yann Bélane est l’écrivain d’un seul bouquin. Loser dans l’âme, il vivote dans son deux-pièces-cuisine misérable de l’avenue Magenta, pas loin de Barbès. Il est pote avec Anna Scozzese, une auteure à succès qui, comme lui, vit en marge du monde de l’édition. Ensemble, ils boivent des bières du côté de Pigalle et refont le monde. Un matin, Anna lui annonce qu’elle va aller se reposer dans sa vieille maison de famille, dans le Sud-Ouest. Plus tard, on la retrouve dans son bain, les veines ouvertes. Bélane ne croit pas à la thèse du suicide. Il quitte Paris pour tirer l’histoire au clair, accompagné de Judy, une groupie qui pourrait être sa fille. Sur place, suivi par le gratin des écrivains parisiens en vogue, cerné par la presse à sensation, il va mener son enquête comme il peut, jusqu’à ce qu’un autre écrivain tombe, la veille de l’enterrement d’Anna. Le tueur est sur place, Bélane sent qu’on se fout de sa gueule... Du même auteur

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté