Recherche

Dov Lynch

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Romans historiques

Lynch

Irlande, 1550 : Walter Lynch, riche négociant, juge et maire de Galway, rentre d'un long séjour en Espagne. A bord de son navire, il ramène Juan Gonzales, le fils unique de son puissant partenaire commercial. La fête que veut organiser Lynch pour célébrer son retour et honorer son invité doit être aussi l'occasion de marier son fils Patrick à Agnes Joyes, la fille de son principal concurrent, et de marquer l'apogée de la ville, véritable république fondée sur le principe de l'égalité et de la prospérité de tous. Mais la fête si minutieusement préparée va tourner au drame. Deux meurtres consécutifs réduiront à néant les projets grandioses du premier magistrat de la ville, amené à juger son propre fils. Ce livre haut en couleur, sensuel et truculent, dépeint avec une grande précision historique une société pétrie de contradictions. On y voit s'opposer les anciennes croyances celtiques au moderne esprit d'entreprise, le petit peuple irlandais aux seigneurs anglais, l'ordre catholique au rationalisme protestant. Mais cette saga triste est surtout un drame intellectuel : le roman de la relation tragique entre un père confronté aux limites de ses principes et un fils prisonnier du modèle paternel.

01/1998

ActuaLitté

Littérature française

Mer noire

Dimitris est un ancien soldat de l'IRA. A la mort de son père, il part retrouver son frère, disparu dans un pays en proie à une guerre oubliée au coeur du Caucase. Il va emprunter, dans son périple de l'Irlande du Nord à la Géorgie, un itinéraire longeant une diagonale barbare lovée aux franges de l'Europe, dans les replis d'un monde interlope : comme les remugles de l'Occident, le ressac de ses oublis, de ses points aveugles où se disperse le sens. Sa trajectoire, marquée au sceau du crime, semée de rencontres inabouties, de fragment d'histoires, de visions fugaces, le conduira d'une guerre qui n'a plus de nom à une autre qui n'en possède pas encore, jusqu'à ce que s'accomplisse son aventure. Un premier roman sidérant en forme de road moovie, dans lequel Dov Lynch, dans une langue simple tout entière dédiée à la vigueur expressive, parvient à nouer les fils d'un roman d'aventures sur la trame des conflits européens les plus récents. Si Mer Noire est un roman dense, plein et entier, c'est aussi une méditation sur la guerre à notre porte, celle dont il semble que l'on peine à reconnaître le visage.

02/2015

ActuaLitté

Littérature française

Léawald

A la première page, Léa repêche le corps d'un vieil homme qui vient de se noyer dans une piscine parisienne où elle a ses habitudes. A la fin, seule, elle pousse péniblement un cercueil en zinc dans une allée du cimetière de Montmartre. Léa est une sorte de moderne Antigone, héroïne d'un roman dystopique qui se développe en courtes scènes minimalistes, empruntant quelque chose de l'esthétique funèbre d'un Enki Bilal. D'ailleurs, Léa s'appelle en réalité Lejla, elle est d'origine bosniaque, sa mère a quitté Sarajevo enceinte d'elle au début du siège. Et, précisément, dans ce futur qu'on devine assez proche, Paris est en état de guerre, coupée en deux ; des forces insurgées occupent la rive droite, le gouvernement tient la rive gauche, une mission internationale déployée le long de la Seine. Chaos, ruines, snipers. Léa, conductrice pour la mission internationale, accepte un contrat risqué : se rendre dans une fourgonnette sur la rive droite pour aller restituer un cercueil contenant la dépouille d'une figure de l'opposition dont on ne lui a pas précisé l'identité. En échange, elle pourra ensuite quitter Paris. Mais rien ne se passe comme prévu. D'abord, il y a cette gamine de treize ans qu'elle recueille à moitié contre son gré, déterminée à passer de l'autre côté où sont ses parents. Puis, dès la Seine franchie, l'affaire tourne mal. Les autorités qui étaient censées la protéger sont aux abonnés absents. Le cessez-le-feu a volé en éclats. On lui fait comprendre que la livraison du mort n'a plus aucune importance et qu'elle devrait plutôt songer à sauver sa peau. Mais Léa choisit une autre voie, décide de rester dans le camp "ennemi" et de prendre en charge jusqu'au bout les deux êtres qui lui ont été confiés - la gamine et le mort inconnu. Léawald présente une traversée acharnée, jusqu'au-boutiste d'une Paris nocturne, en guerre et à peine reconnaissable, où tout est possible, la violence autant que la solidarité, jusqu'au lever du jour quand Léa découvre, dans la rumeur d'une ville qui se réveille, un sentiment d'appartenance nouveau et inattendu au monde et à elle-même.

02/2022

ActuaLitté

Littérature française

Hauts-fonds

Avril 1945. Klem, ex-policier revenu des camps avec son certificat de dénazification, quitte précipitamment Vienne par le Danube alors que la ville tombe aux mains de l'Armée rouge. Une fuite le long du fleuve, marquée par la violence et la trahison. Mais à qui Klem raconte-t-il cela ? Qui est cet Américain qui l'interroge ? Dans l'entre-deux d'une guerre qui prend fin et d'une nouvelle qui s'annonce, Klem dessine, entre silences et demi-vérités, vaincus et vainqueurs, une carte de l'Europe trouble et sauvage. Hauts-fonds épouse les codes du roman d'espionnage pour mieux s'en dessaisir et révéler ce qu'il reste de la vie d'un homme bringuebalé par l'Histoire, les souvenirs, la détresse et l'espoir.

02/2018

ActuaLitté

Littérature étrangère

Les vacances de Monsieur Lynch

Lomaverde devait être le nouvel eldorado espagnol pour tous ceux qui cherchent leur place au soleil. Mais la crise financière est passée par là, et Lomaverde n'est plus qu'une ville fantôme. C'est là que, par un beau matin, Dermot Lynch, chauffeur de bus et veuf, fait son apparition. Il vient rendre visite à son fils Eammon, sauf que celui-ci n'a jamais ouvert la lettre de Dermot annonçant sa venue. Le père et le fils se révèlent peu à peu les raisons qui les ont poussés chacun à partir de chez eux. Histoire émouvante et drôle sur le choc des générations, Les Vacances de M. Lynch nous donne à voir la façon dont les familles se fracturent puis se ressoudent.

01/2015

ActuaLitté

Littérature française

Lunch-box

"La lunch-box est une bête pleine d'appétit. Elle grogne, elle n'en a jamais assez. Elle provoque chez la mère une pulsion de remplissage. Tout le vertige vient de la forme de la lunch-box : n'oublions pas que c'est une valise. C'est chaque matin la répétition du grand départ. La mère regarde son enfant s'éloigner de la maison et elle espère qu'il ne lui manquera rien. Ni pain ni amour". Dans la ville rêvée de Zion Heights, sur la baie du détroit de Long Island, un petit monde gravite autour de l'école bilingue : les mères délurées organisent des garden-parties, les pères, souvent absents, suivent de loin les affaires de la vie courante, les couples se font et se défont tandis que les enfants préparent le spectacle de fin d'année. Tous ont pour coqueluche Sarah, la professeur de chant, célèbre pour ses comédies musicales extravagantes. Jusqu'au jour où, par accident, elle bouleversera leurs vies et la sienne, à jamais. Ce roman lumineux, où l'émotion affleure à chaque page, explore la manière dont chacun, témoin, victime ou coupable, surmonte l'irrémédiable.

01/2021

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté