Recherche

Claude Lefort

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Roman, nouveautés : les livres de Sylvie Le Bihan

Sylvie Le Bihan est l'autrice de quatre romans parus au Seuil et chez Jean-Claude Lattès, ainsi que de La petite bibliothèque du gourmand publiée chez Flammarion. Elle est directrice de l'international pour les projets des restaurants Pierre Gagnaire. 

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Boris Vian

Né le 10 mars 1920, Boris Vian fut un artiste touche-à-tout, dont la variété des modes d'expression n'est égalée que par le nombre de ses pseudonymes : Vernon Sullivan, Bison Ravi, Odile Legrillon, Gilles Safran, Boriso Viana ou encore Claude Varnier. Outre ses romans, comme J'irai cracher sur vos tombes ou L'Écume des jours, a signé des poèmes, des essais, des scénarios de films et a même enregistré des chansons.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Joyce Carol Oates

Née le 16 juin 1938 aux États-Unis, dans l'État de New York, Joyce Carol Oates a publié plus de 70 ouvrages en quelque 50 ans de carrière : ses romans croisent plusieurs univers et influence, et s'inspirent parfois de faits réels comme Blonde, publié en 2000, qui s'appuie sur la vie de Marilyn Monroe.

ActuaLitté

Dossier

Roman, nouveautés : les livres de Valérie Perrin

Valérie Perrin est née en 1967 à Remiremont dans les Vosges. Elle grandit en Bourgogne et s’installe à Paris en 1986, puis en Normandie en 1995. En 2015, elle publie son premier roman Les oubliés du dimanche chez Albin Michel. Traduit dans une dizaine de pays, il obtient 13 prix littéraires dont le Choix des Libraires 2018 et se classe depuis parmi les meilleures ventes au livre de poche.

ActuaLitté

Dossier

Rentrée d'hiver 2019 : une nouvelle année littéraire lancée

La rentrée littéraire d’hiver va s’avancer avec la nouvelle année. Dès ce 3 janvier, les premières parutions prendront place dans les librairies avec, d’ores et déjà, quelques grosses pointures attendues. Une armée de 493 romans sortira – avec 336 d’auteurs français. 

ActuaLitté

Dossier

Romans, nouveautés : les livres de Delphine de Vigan

Delphine de Vigan est une écrivaine française contemporaine née le 1er mars 1966 à Boulogne-Billancourt, en France. Elle est connue pour ses romans intimistes et introspectifs qui explorent des thèmes tels que l'identité, la mémoire, la famille et les relations humaines.

Extraits

ActuaLitté

Ouvrages généraux

Avec lefort, apres lefort. prendre en charge l'experience de notre te mps

La philosophie politique de Claude Lefort (qui a enseigné à l'université de Caen de 1967 à 1971) est fortement ancrée dans le XXe siècle. Elle s'est nourrie de la pensée de nombreux auteurs, à commencer par celle de Maurice Merleau-Ponty dont il est l'héritier intellectuel. Elle s'est aussi inspirée de la sociologie et de l'anthropologie. Le dialogue ainsi instauré se poursuit aujourd'hui avec cet ouvrage qui rassemble des interlocuteurs issus de différentes disciplines. Il pose la question de l'héritage actuel de Lefort : dans quelle mesure une pensée qui a tant apporté à la compréhension du siècle dernier peut-elle encore éclairer " les ténèbres " du monde qui lui succèdent ? Différents spécialistes internationaux de l'ouvre, philosophes, sociologues ou anthropologues, de différentes générations et influencés par lui, reprennent ici les thèmes principaux de sa réflexion : le politique, la démocratie vs le totalitarisme, la bureaucratie ; ainsi que la lecture de ses auteurs de référence.

09/2023

ActuaLitté

Philosophie

Le Travail de l'oeuvre Machiavel

Cette interprétation ne ressemble à aucune autre. Elle est interprétation de l'œuvre de Machiavel et interprétation des interprétations que celle-ci a suscitées au cours des siècles. Elle comporte une réflexion sur l'œuvre de pensée comme telle et l'interprétation comme telle ; sur le temps qui à la fois sépare et lie l'écrivain et son lecteur ; sur l'étrange jonction qui se fait dans l'expérience de la lecture entre le désir de comprendre et le désir d'écrire. Elle implique aussi, en liaison avec le commentaire du Prince et des Discours sur la Première Décade de Tite-Live, une exploration des conflits qui déchirèrent la République florentine et des idéologies dont Machiavel fait sa cible. En examinant la multiplicité des représentations de Machiavel et d'abord le mythe du machiavélisme, Claude Lefort ne cède pas au scepticisme ; il sonde seulement l'imaginaire que recèle la pensée politique. Pas davantage ne cède-t-il à ces versions plus sophistiquées du scepticisme que sont le sociologisme et l'historicisme quand il replace l'œuvre de Machiavel dans les horizons d'une époque et d'une société. Mais il ne verse pas non plus au dogmatisme lorsqu'il propose une nouvelle lecture de Machiavel. Cette lecture exigeante, puisqu'elle accompagne pas à pas la pensée de Machiavel dans Le Prince et les Discours du début à la fin de chaque ouvrage, ne dissimule pas la présence de celui qui la fait, et elle entretient une constante interrogation. Ainsi le lecteur de Lefort se sent-il incité à partager cette interrogation et, à son tour, d'un seul mouvement, à revenir à Machiavel et à reformuler pour lui-même la question : qu'est-ce que penser politiquement et maintenant ?

04/1986

ActuaLitté

Philosophie

Ecrire. À l'épreuve du politique

" [ ... ] la philosophie politique noue une liaison particulière avec l'écriture. Celui qui s'y adonne ne peut entièrement céder à l'illusion de se détacher de son temps, de la société qu'il habite, de la situation qui lui est ainsi faite, des événements qui l'atteignent, du sentiment d'un avenir qui se dérobé à la connaissance et qui à la fois excite son imagination et le ramène à la conscience de ses limites. Il sait, au moins tacitement, que son œuvre tombera dans les mains des lecteurs que ses propos affectent parce qu'il lève des questions qui, directement ou indirectement, les concernent et portent atteinte à leurs préjugés. Il ne peut pas fournir des arguments à des hommes qu'il tient pour des adversaires, des imbéciles ou les dévots d'une doctrine, ni en séduire d'autres, empressés à se saisir de telle ou telle de ses formules et, sans l'entendre, à se faire ses partisans, à élire comme le héros d'une cause. Ecrire, c'est donc pour lui, tout particulièrement, l'épreuve d'un risque."

02/1995

ActuaLitté

Droit

Essais sur le politique. XIXème-XXème siècles

Dans ces Essais sur le politique, Claude Lefort creuse l'interrogation sur la genèse et l'évolution de la démocratie moderne. Livrée à elle-même, vouée à l'émancipation, cette dernière n'est jamais préservée du risque de briser les ressorts de la liberté. Après une évaluation du rôle de l'État-providence et des métaphores de la citoyenneté, il remonte la pente historique en vue d'appréhender les conséquences de la Révolution française. En témoignent les études consacrées à la Terreur et aux interprétations proposées par les historiens du XIXe et du XXe siècle (Quinet, Michelet, Furet). Comment la vertu démocratique peut-elle éviter d'être corrompue par l'esprit révolutionnaire, se demande Lefort, avant d'évoquer la permanence des liens entre politique et religion et de montrer finalement que la modernité politique est nécessairement paradoxale. " Tocqueville et Quinet ont trouvé les mêmes mots, ou presque, pour formuler un ultime jugement sur la Révolution. L'un disait qu'elle a inauguré "le culte de l'impossible" : il dénonçait ainsi l'évasion dans l'imaginaire ; l'autre qu'elle a fait naître "la foi en l'impossible" : il entendait que la négation du supposé réel est constitutive de l'histoire de la société moderne. Deux idées, décidément, qu'il faut tenir ensemble. "

06/2001

ActuaLitté

Droit

LA COMPLICATION. Retour sur le communisme

Le communisme appartient aujourd'hui au passé. Mais la question du communisme survit à son naufrage : elle reste au cœur de notre temps. Cet essai s'efforce de la ramener au jour. Le phénomène communiste, écrit Claude Lefort, n'est intelligible ni comme une parenthèse ni comme le produit d'une nécessité : il est né et s'est entretenu de la conjonction imprévisible de formes hétérogènes d'organisation, d'action et de pensée dans le monde moderne. Pour le comprendre, il faut donc le saisir dans sa réalité concrète, dans l'intrication des faits - politiques, socioéconomiques, juridiques, moraux, psychiques - qui lui donnent sa spécificité. L'auteur critique les interprétations qui réduisent l'entreprise communiste à la dictature d'un parti ou au pouvoir de l'idéologie, et qui dressent son bilan à la lumière de son échec. Chemin faisant, il retrouve son interrogation sur le totalitarisme et en propose une nouvelle lecture. Il fait également appel, en quelques occasions, à son expérience personnelle. Le communisme nous introduit à la complication de l'histoire. Pour Claude Lefort, son attrait extraordinaire s'explique moins par ses promesses de bonheur social que par les chances qu'il offrait à une gauche prétendument révolutionnaire de créer un Etat de type totalitaire.

01/1999

ActuaLitté

Sciences politiques

L'invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire

Contrairement à beaucoup d'intellectuels de sa génération, Claude Lefort peut se réclamer d'une rare constance dans l'analyse des régimes communistes, qu'il qualifiait de totalitaires dès 1956. Il s'est acharné pendant trente-cinq ans à démonter les mécanismes politiques et idéologiques d'un système qui visait à une domination complète de la vie sociale ; et, non moins, à déceler tous les signes de l'écart irréductible entre le projet totalitaire et la réalité de fait. Les textes publiés en 1981 font état de sa conviction que l'effondrement du communisme est inévitable. Ce jugement procède d'une vision politique des sociétés modernes. Pour Claude Lefort, la connaissance du communisme ne se dissocie pas d'une réflexion sur la démocratie. A ceux qui ont fait le procès du communisme en se fondant sur une théorie du fonctionnement de l'économie dans les sociétés industrielles, il oppose que ce régime a eu pour première cible les libertés civiles et politiques, qu'il dérive d'une révolution qui est bien davantage antidémocratique qu'anticapitaliste. Voilà qui éclaire la crise présente des pays sortis du communisme. Pour une part, le libéralisme économique qui accompagne le déchaînement de la violence du marché indique la déroute de l'idéologie communiste. Mais n'est-il pas remarquable qu'il trouve un terrain privilégié dans des sociétés démantelées par une domination totalitaire, où se sont effacées dans la population la notion du droit, celle de l'association, de la résistance collective ? Plus que jamais se pose la question : qu'est-ce que l'invention démocratique ?

11/1994

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté