Recherche

Carlo Maria Martini

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Joyce Carol Oates

Née le 16 juin 1938 aux États-Unis, dans l'État de New York, Joyce Carol Oates a publié plus de 70 ouvrages en quelque 50 ans de carrière : ses romans croisent plusieurs univers et influence, et s'inspirent parfois de faits réels comme Blonde, publié en 2000, qui s'appuie sur la vie de Marilyn Monroe.

ActuaLitté

Dossier

Livres, BD, actualités : tout sur Fabrice Caro, alias Fabcaro

Né à Montpellier en 1973, Fabrice Caro suit des études scientifiques, envisage de devenir professeur, et entame finalement une carrière d'auteur de bandes dessinées en 1996 : il signe des dessins dans plusieurs revues, dont Tchô !L'Écho des savanes et CQFD.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur George R.R. Martin

Né le 20 septembre 1948 dans le New Jersey, George R. R. Martin se destinait à devenir journaliste : faute d'un emploi, il se découvre une vocation d'auteur en signant des nouvelles de science-fiction, et se fait rapidement une bonne réputation dans le milieu. Quelques-unes de ses nouvelles sont même très remarquées, comme Les Rois des sables et Le Volcryn, qui sera bientôt adapté au cinéma, et, dans les années 2010, en série télévisée. 

ActuaLitté

Dossier

Game of Thrones, des livres de George R.R. Martin à la série HBO

Né en 1948 aux États-Unis, George R.R. Martin écrit au départ pour créer de nouvelles histoires mettant en scène les super-héros Marvel, puis pour tuer le temps, alors qu'il peine à trouver un emploi dans le secteur du journalisme. Petit à petit, il devient un auteur confirmé de nouvelles de science-fiction. Après avoir commencé une carrière comme scénariste de séries télévisées, il commence, au début des années 1990, à rédiger une saga de type fantasy, intitulée A Song of Ice and Fire et traduite en français sous le titre Le Trône de Fer.

ActuaLitté

Dossier

Les Brontë, la famille prodige de la littérature britannique

Trois sœurs et un frère : à eux quatre, les enfants Brontë auront révolutionné la littérature britannique, chacun à leur manière. Nés entre 1816 et 1820, ils font partie d'une famille de six enfants, tous élevés dans un climat paisible, tourné vers la culture et l'éducation, sous la responsabilité de Patrick Brontë et Maria Branwell.

ActuaLitté

Dossier

Le trône de fer : les livres de la saga A Song of Ice and Fire de George RR Martin

Le trône de fer est une immense saga d’héroïque fantasy qui s’inspire de la série des Rois maudits de Maurice Druon. C’est au début des années 1990 que Georges R.R. Martin commence à écrire Le trône de fer, le premier volume est publié en 1996. En 2007, la chaine de télévision HBO acquiert les droits d’adaptations. L’auteur lui-même participe à sa production et écrit le scénario d’un épisode par saison. 

Extraits

ActuaLitté

Musique, danse

Carl Maria von Weber

Issud d'une famille de musiciens allemands, Carl Maria von Weber (1786-1826) compose dès ses onze ans Six Fughetten et un an plus tard un opéra, Die Macht der Liebe und des Weins. En 1800 naissent l'opéra-comique Das Waldmädchen puis l'opéra Schmoll und seine Nachbarn. Chef d'orchestre de l'Opéra de Breslau entre 1804 et 1806, il démissionne pour se consacrer uniquement à la composition. Il se rend à Manheim en 1810, année de création de son opéra Silvana, puis voyage en Allemagne de 1811 à 1813 comme pianiste-concertiste avant d'être nommé directeur de l'Opéra de Prague en 1813 et directeur de l'Opéra allemand de Dresde en 1816. La composition de son chef-d'oeuvre Der Freischütz dure trois ans avant d'être créé en 1821 et de connaitre un succès considérable. Victime de la tuberculose, l'état physique de Weber ne cesse de s'aggraver. Il continue cependant de composer, malgré la douleur, Euryanthe en 1823 puis Obéron en 1824 avant de s'éteindre en 1826 au cours d'un concert londonien. Il est inhumé dans la capitale anglaise.

11/2019

ActuaLitté

Religion

Varia Sancti Martini. Témoignage du culte de saint Martin dans sa ville natale

Projet de recueil d'études présenté par M. Ferenc Tóth Szombathely (Sabaria ou à l'époque romaine, Steinamanger en allemand) est une ville moyenne dans la partie occidentale de la Hongrie. Sa réputation vient du fait que saint Martin de Tours, le futur Apôtre de la Gaule et l'un des plus populaires saints y naquit vers 317. La tradition locale a soigneusement gardé le souvenir de ce personnage emblématique de la fin de l'Antiquité. Déjà au Moyen Age la ville devint un centre du culte de Saint Martin. A la place de sa naissance une église fut élevée et consacré à son nom. La fête patronale, la Saint-Martin, jour férié depuis 1092 dans toute la Hongrie, était certainement la plus grande commémoration locale. En 1635 le roi Ferdinand III accorda à la ville une lettre patente selon laquelle Szombathely était exemptée de toute imposition royale. A partir de 1777, la date de la fondation de l'évêché à Szombathely sous l'influence de l'impératrice MarieThérèse, le culte de ce saint fut accentué. Tout le diocèse fut placé sous son patronage. La nouvelle cathédrale, le palais épiscopal et le séminaire sont remplis de représentations artistiques sur les thèmes de la vie de Saint-Martin. La fête patronale, le 11 novembre, devint un événement populaire avec des célébrations spéciales, des fêtes laïques et avec ses plats spéciaux comme l'incontournable oie rôtie de la Saint-Martin. Ce projet de livre se propose de réunir des articles consacrés au culte de saint Martin dans son pays natal, à travers des documents d'histoire, des objets archéologiques ou récits de voyage. Ces études, permettent aux lecteurs français de comprendre l'importance du culte de ce saint européen dans l'histoire hongroise locale.

04/2021

ActuaLitté

Théâtre

Carlo Goldoni

Nouveau volume de cette collection qui prend pour sujet un auteur majeur dont la représentation à la Comédie Française constitue un événement. Carlo Goldoni est à l'honneur dans cet ouvrage qui aborde la vie et l'oeuvre du dramaturge, créateur de la comédie italienne moderne.

02/2012

ActuaLitté

Beaux arts

Carlo Zinelli

S'il y a de nombreux textes consacrés à Carlo, dans des catalogues d'exposition notamment, s'il figure en bonne place dans les ouvrages consacrés à l'art brut, peu de publications lui ont été spécifiquement consacrées. Il s'agit là de la première étude en français à lui être exclusivement consacrée. Figure importante de l'art brut, Carlo Zinelli – dit Carlo – naquit en 1916 à San Giovanni Lupatoto en Italie. Il est le sixième enfant d'une fratrie de sept. A l'âge de 2 ans, il perd sa mère. Très tôt, Carlo se passionne pour la musique. A Vérone, il travaille à l'abattoir municipal. La guerre. D'abord enrôlé comme chasseur alpin, il partira pour l'Espagne prendre part à la guerre civile. Il en revient deux mois plus tard déjà, blessé. Suivent deux ans de convalescence à la suite de laquelle il sera réformé. Blessé dans son être et dans son rapport défaillant aux autres, Carlo Zinelli s'est exfiltré d'un monde pour en investir un autre, le créer sans relâche et peut-être le redéfinir. De 1941 à 1947 des crises successives d'angoisse et d'agressivité le mènent en effet périodiquement en hôpital psychiatrique. Il est enfin interné pour schizophrénie paranoïaque. Pendant une longue période il ne fera que des graffiti, sur le sol, sur les murs. Ce n'est qu'à partir de 1957 que Carlo pourra donner libre cours à sa créativité : il peut enfin s'exprimer grâce à un atelier d'expression libre qui s'est ouvert dans l'hôpital. Dans ses dessins à la gouache ou au crayon, dans cette épopée quotidienne que seule la mort interrompra après vingt-sept ans d'internement (il mourra en 1974 à l'hôpital de Chievo à Vérone), ses deux mondes de schizophrène se rencontrent, se fécondent et s'apaisent mutuellement. Le cortège d'hommes, de femmes, d'animaux plus ou moins exotiques est infini.Les êtres passent, ombres sans visage, corps mutilés, perforés, crucifiés, ensevelis. S'ils portent tous les stigmates de l'impossible oubli, l'odeur de la terreur, de la souffrance, voire de la mort, n'y est plus. Lavée. Neutralisée. Des expositions des oeuvres réalisées dans l'atelier sont organisées en Italie et à l'étranger. C'est alors que Jean Dubuffet voit celles de Carlo et en acquiert de nombreuses qu'il intègre dans sa Compagnie de l'Art brut (aujourd'hui Collection de l'art brut, à Lausanne). L'artiste laissera 2000 oeuvres environ. S'il y a de nombreux textes consacrés à Carlo, dans des catalogues d'exposition notamment, s'il figure en bonne place dans les ouvrages consacrés à l'art brut, peu de publications lui ont été spécifiquement consacrées. Il s'agit là de la première étude en français à lui être exclusivement consacrée.

09/2019

ActuaLitté

Littérature étrangère

Monte-Carlo

Monte-Carlo, années 1960, jour de grand prix. Embauché par une écurie anglaise de formule 1, le mécanicien Jack Preston s'affaire, juste avant le départ, aux derniers réglages d'un bolide. Quand s'élance imprudemment aux abords du circuit une jeune star de cinéma au faîte de sa gloire, Jack relâche son attention, se retourne et ne voit qu'elle. Négligence ou fatalité, survient alors dans son dos une explosion : Jack se précipite vers la jeune femme et, de son corps, la protège. Grièvement brûlé, le mécanicien est évacué, transporté à l'hôpital. Quelque temps plus tard il est rapatrié en Angleterre, dans son village où on le considère dorénavant comme un héros. Curieusement, et malgré une interview réalisée à l'hôpital, les médias ne se font pas l'écho de cet acte héroïque, pas plus que l'actrice n'adresse un signe de gratitude à son bienfaiteur. Ayant retrouvé son modeste quotidien, Jack peine à se reconstruire. Assurément, pense-t-il, la jeune femme va chercher à le retrouver... Virtuose du récit, Peter Terrin, dans une écriture sobre associée à un sens remarquable de l'image et de la lumière, donne à cette tragique confrontation entre rêve et réalité une puissance d'évocation magistrale.

10/2017

ActuaLitté

Musique, danse

Carlo Gesualdo

Fascinant à son époque et jusqu'aujourd'hui (prince violent et tourmenté, assassin de sa femme...), Gesualdo a laissé une œuvre énigmatique, dont l'écoute surprend l'auditeur contemporain par son apparente modernité. Modèle pour les compositeurs du XXe siècle, il incarne " l'avant-garde du passé ". Sur cette personnalité troublante se sont greffé bien des romans et, sans les ignorer - la fiction qui s'attache à un personnage peut éclairer sa vérité -, Denis Morrier retrace le parcours de ce compositeurs qui, par sa naissance et ses alliances, appartient aux plus illustres familles d'Italie. L'épisode criminel célèbre est relaté, avec la part d'inconnu qu'il recèle encore. On voit aussi comment les remords rongeants qui s'ensuivent affectent la vie et l'œuvre du prince. L'auteur s'attache surtout à l'étude de sa musique, en en soulignant les paradoxes : ce que les auditeurs du XXe siècle entendent avec tant d'étonnement, placé dans la perspective de la musique de son temps, suscite d'autres interprétations que celles qui ont cours habituellement. Cette étude nourrira tous ceux qui s'interrogent sur le devenir des langages musicaux.

01/2003

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté