Recherche

Barbara Constantine

Rédacteurs

Extraits

ActuaLitté

Musique, danse

Barbara

Photographies rares, manuscrits inédits, archives personnelles, extraits d'écrits, d'interviews et de chansons. Pour la première fois se dessine derrière l'image de la "dame en noir", la vraie Barbara, vibrante, espiègle et drôle, entièrement dévouée à son art.

10/2017

ActuaLitté

Musique, danse

Barbara

L'aigle noir, Dis, quand reviendras-tu ? , Göttingen, Ma plus belle histoire d'amour, Nantes... Les mélodies envoûtantes et les textes puissants de la Dame en noir laissent deviner ses joies et ses forces, ses drames et ses faiblesses. Mais, 25 ans après sa disparition, alors que sa voix habite toujours nos vies, qui connaît la " vraie " Barbara ? Derrière son piano adoré, son personnage de scène et le nom qu'elle s'était choisi, se cache une femme aux multiples visages, brillante et insaisissable. Avec délicatesse et poésie, David Lelait-Helo nous raconte Barbara, son mal de vivre, ses souvenirs d'enfant juive que la guerre a jetée sur les routes, ses amours passagères, et dessine le portrait d'une femme passionnée tout entière dévouée à la musique. Entre récit biographique, chansons, interviews et confidences, une plongée bouleversante dans l'intimité d'une artiste hors du commun.

09/2021

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Barbara

Du jour où Monsieur Paul, le nouveau pasteur, débarque dans le petit port de Thornshaw, au cœur des Féroé, toute la ville retient son souffle. Parce qu'à celui-là aussi - on l'imagine, on le pressent - la belle Barbara va tourner la tête. Or elle ne sait aimer longtemps sans trahir... Barbara est un livre envoûtant, audacieux, magnifiquement provocant. Son héroïne - une Carmen nordique - offense par sa beauté même, mais, dans l'impudeur de ses passions, elle garde une ingénuité d'enfant espiègle amoureuse de la vie et de l'amour. Inoubliable portrait de femme, Barbara est à redécouvrir d'urgence comme un chef-d'œuvre mélancolique et flamboyant.

04/2009

ActuaLitté

Beaux arts

Barbara Hepworth

Barbara Hepworth (1903-1975) est l'une des plus grandes femmes sculpteurs du XXe siècle. Elle fait partie de ces artistes (Arp, Calder, Gabo, Mondrian...) qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, ont su réinventer l'art entre abstraction et figuration, dans une démarche humaniste et universelle de profond renouvellement des formes. En étroite collaboration avec la Tate, le musée Rodin invite à une (re)découverte inédite de la brillante carrière de cette artiste singulière qui a inventé une poétique des plus originales, proche de l'art abstrait mais fortement inspirée par la nature. Du marbre au bronze en passant par le plâtre ou le bois, Barbara Hepworth a toujours su varier matières et textures avec une inspiration fertile. Peintures, dessins et gravures, évocation de l'atelier, documents et photographies d'archives illustrent l'univers sensible et fascinant de l'artiste, véritable alchimie entre paysage, monde intérieur et matériau.

10/2019

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Doña Bàrbara

La savane vénézuélienne, dont on ignore à ce jour les frontières exactes, reste la terre des hommes à cheval qui galopent des semaines entières à la poursuite des troupeaux sauvages pour les marquer du sceau de leurs maîtres, les grands propriétaires. C'est la saga de ces contrées rudes que Rómulo Gallegos orchestre autour de l'indomptable Dõna Bárbara.

06/1979

ActuaLitté

Littérature française

Saute, Barbara

En 1945, dans les ruines de Berlin occupé par les troupes russes et polonaises, erre un homme. Si la guerre est finie, elle ne l'est pas pour lui. Avec les jours de paix s'entrouvre devant Michael un vide vertigineux et il se sent incapable de vivre. Sans cesse, son esprit retourne à cette nuit où sa femme et sa fille ont été massacrées par les Allemands tandis qu'il s'enfuyait par la fenêtre. Et le monde s'en est trouvé définitivement obscurci. Soudain, devant ses yeux, sur une place déserte, il croit voir sa fille, Barbara, qui saute à la corde. L'illusion est brève : ce n'est qu'une petite Allemande du même âge et qui lui ressemble vaguement. Mais il obéit à sa première impulsion et enlève la fillette. Puis il se joint à un convoi de réfugiés qui se dirige vers la France. A Paris, Michael ne comprend plus très bien les raisons qui l'ont poussé à s'emparer d'une enfant qu'il hait parce qu'elle est allemande et dont la présence l'irrite. Néanmoins, il la fait passer pour sa fille, lui impose le nom de Barbara et ne cesse de poursuivre à travers elle l'image de la petite morte. L'enfant, terrorisée, oppose une résistance passive. Cependant, une évolution s'amorce dans les rapports établis entre ces deux êtres également solitaires et perdus. À la suite d'un accident, entre l'enfant blessée et l'homme, la tendresse et la confiance viennent supplanter la haine et la peur. Michael commence à croire qu'il pourrait se dégager du passé et prendre une place dans ce monde. Il a trouvé du travail, il songe à se remarier. Mais les ombres au milieu desquelles il a vécu reviennent toujours s'interposer entre lui et cette petite étrangère qu'il s'est mis à aimer. Et, finalement, il ramènera l'enfant en Allemagne. Ce sera son dernier voyage.

04/1965

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté