Recherche

Aymé

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

roman francophone

La fête de l'insignifiance

Jeter une lumière sur les problèmes les plus sérieux et en même temps ne pas prononcer une seule phrase sérieuse, être fasciné par la réalité du monde contemporain et en même temps éviter tout réalisme, voilà La fête de l'insignifiance.

Celui qui connaît les livres précédents de Kundera sait que l'envie d'incorporer dans un roman une part de «non-sérieux» n'est nullement inattendue chez lui. Dans L'Immortalité, Goethe et Hemingway se promènent ensemble pendant plusieurs chapitres, bavardent et s'amusent.

Et dans La Lenteur, Véra, la femme de l'auteur, dit à son mari : « Tu m'as souvent dit vouloir écrire un jour un roman où aucun mot ne serait sérieux... je te préviens : fais attention : tes ennemis t'attendent. » Or, au lieu de faire attention, Kundera réalise enfin pleinement son vieux rêve esthétique dans ce roman qu'on peut ainsi voir comme un résumé surprenant de toute son oeuvre. Drôle de résumé.

Drôle d'épilogue. Drôle de rire inspiré par notre époque qui est comique parce qu'elle a perdu tout sens de l'humour. Que peut-on encore dire ? Rien. Lisez !

Kundera et le roman, explorateurs de l'âme humaine

ActuaLitté

Non classé

Un été avec Albert

Entre déclaration d’amour à la nature et portrait d’adolescente. Drôle, lumineux et surprenant.

« Je l’aime ma mamie, je l’adore même, mais faut avouer, dans le classement international des vacances de folie furieuse, elle se situe assez loin derrière le camping entre potes et les amours de vacances au bord de l’océan. »

Après le bac, l’été de Soledad était tout tracé. C’était compter sans le divorce de ses parents et le début de dépression de son père. Changement radical d’ambiance et direction les Pyrénées, chez sa grand-mère. Alors que Sol imagine ses vacances vouées à un ennui mortel, un évènement inattendu vient totalement les bouleverser. Entre journées en plein soleil et nuits terrifiantes, Soledad va vivre un été hors du commun.

« Un été avec Albert est une histoire à laquelle je pense depuis six ou sept ans, mais que j’envisageais à l’origine pour des lecteurs plus jeunes. Et puis j’ai décidé de transposer mon idée première et d’écrire pour les jeunes adultes. Soledad était née. Seulement, je ne voulais pas écrire un livre sombre. Alors je me suis lancé une sorte de défi : essayer d’insuffler dans le roman des émotions opposées, que le livre soit à la fois solaire, drôle, touchant et glaçant. Ce roman m’est cher car avec le recul, j’ai l’impression qu’il représente une sorte de carrefour de ce qui me tient à coeur, il dessine un lien entre plusieurs de mes livres. »

Retrouvez notre chronique

ActuaLitté

roman français

Ce monde est tellement beau

Sous notre blafard ciel contemporain, dans un monde qui a vendu son âme au ricanement, un professeur de lycée qui a apprivoisé ses désillusions trouve peu à peu la forme de sa propre résistance à cette dégringolade spirituelle.

Sébastien Lapaque transcende la mélancolie et la lucidité du constat pour nous offrir une épiphanie douce, et son roman le plus lumineux, le plus intimement universel.

ActuaLitté

Non classé

La mer et au-delà

Elle était qui pour moi ? Ni mon amante ni mon amie, plutôt ma soeur d'affinités. Les mêmes démons nous tourmentaient : la famille, la société, la mer, une envie folle de partir loin, elle sur ces voiliers que j'aime tant, mon premier job, et moi de par les mots sans limites qu'elle chérissait comme des voiliers.

Qui a tué Florence Arthaud le 9 mars 2015 ? Ses démons ? L'alcool ? La misogynie des puissants ? Le hasard d'un accident aérien dans le ciel d'Argentine ? Saura-t-on jamais les secrets de cette Antigone indomptée qui partait en mer défier la chance et les hommes.

ActuaLitté

Non classé

Je ne suis plus inquiet

Je ne suis plus inquiet est le récit d'un homme qui après la mort de son père découvre à sa grande surprise qu'il aime son père. Et cette découverte va le transformer. Célibataire sans enfant, pétri d'inquiétudes et d'obsessions à la Pessoa, à la Nanni Moretti, le narrateur évoque un père gentil mais silencieux, parfois raciste, un grand-père égrillard et libertin, des grands-parents maternels échappés de justesse aux rafles du Vel d'Hiv, un chat adopté et confondu avec un enfant, son ex-compagne appelée "la femme que j'ai longtemps autorisée à me faire souffrir". Oscillant entre moments de la vie quotidienne hilarants et histoires d'une grande intensité émotionnelle, Je ne suis plus inquiet est le premier récit de Scali Delpeyrat. 


" C'est grâce à Actes Sud que Je ne suis plus inquiet est le livre qu'il est. Au départ, c'était un monologue intitulé « Je n'étais plus inquiet » et destiné à la scène. Claire David, inaugurant sa nouvelle collection Au Singulier, m'a invité à considérer ma première version comme la base d'un vrai récit littéraire. Elle m'a autorisé la littérature, et ça a marché ! Ce travail passionnant a réveillé l'écrivain en l'auteur dramatique, j'ai écrit plus, j'ai écrit mieux, le résultat est Je ne suis plus inquiet, publié aujourd'hui dans cette belle collection qui se propose de faire des ponts entre littérature et scène. » Scali Delpeyrat 


"Le livre, composé de proses assez brèves, qui sont autant de petits tableaux, certains très drôles, d'autres très émouvants, entretient ce sens du hiatus, de l'intervalle énigmatique. Chaque texte semble séparé d'un autre par un suspens, une chose tue... L'humour, la dinguerie, la grâce du livre sont toujours conquis sur un affolement premier, parfois même une panique, heureusement dominés et jugulés. Ainsi avance, au fil de ces textes concis et précis, la silhouette littéraire, paradoxale, drôle et mélancolique de Scali Delpeyrat.
Denis Podalydès 

Diffusion de l'extrait avec l'aimable autorisation des éditions Actes Sud. 

ActuaLitté

Littérature

Post tenebras lux ; la luxure

« D’un jadis plein de pères abusant de leur effarante arrogance, à la servitude contemporaine qu’un maternel tout-puissant soumet de sa loi, les corps se sont perdus dans leur lien à l’esprit et il n’y a plus qu’un monde de chair où la pulsion avance masquée sous des figures de mort. Ô Adonaï, où es-tu? La sexualité est une spiritualité peu commune. Je t’y vois plus que nulle part ailleurs.” 

Une femme prend la parole. Dans le dédale du monde contemporain, elle tente de retrouver le chemin qui mène au couple et au désir. Mille questions l’assaillent. D’où vient la haine des êtres sexués pour la sexualité ? Qu’est-ce que la luxure ? Comment séparer ce péché de ce qu’on appelle magnifiquement faire l’amour ? Comment retrouver l’eros grec sans retomber dans la fornicatio latine ? Et que veut dire 
exactement le Christ quand il pardonne à la prostituée, « parce qu’elle a beaucoup aimé » ? Retraçant la traversée qui, de la descente dans la ténèbre se fait remontée vers la lumière, Laurence Nobécourt dresse le nécessaire état des lieux de notre société droguée au plaisir.

Autrice d’une quinzaine de romans et de récits (comme La Vie spirituelle, Grâce leur soit rendue, Vivant Jardin), Laurence Nobécourt vit au cœur des collines de la Drôme provençale, où elle propose, à travers son cabinet et ses ateliers d’écriture, un chemin vers soi par la Voie du verbe. 

02/2021

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté