Recherche

Australie livres

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Jours barbares

Le surf ressemble à Un sport, un passe-temps. Pour ses initiés, c'est bien plus : une addiction merveilleuse, une initiation exigeante, un art de vivre. Elevé en Californie et à Hawaï, William Finnegan a commencé le surf enfant. Après l'université, il a traqué les vagues aux quatre coins du monde, errant des îles Fidji à l'Indonésie, des plages bondées de Los Angeles aux déserts australiens, des townships de Johannesburg aux falaises de l'île de Madère. D'un gamin aventureux, passionné de littérature, il devint un écrivain, un reporter de guerre pour le New Yorker. À travers ses mémoires, il dépeint une vie à contre-courant, à la recherche d'une autre voie, au-delà des canons de la réussite, de l'argent et du carriérisme ; et avec une infinie pudeur se dessine le portrait d'un homme qui aura trouvé dans son rapport à l'océan une échappatoire au monde et une source constante d'émerveillement. Ode à l'enfance, à l'amitié et à la famille, Jours Barbares formule une éthique de vie, entre le paradis et l'enfer des vagues, où l'océan apparaît toujours comme un purgatoire. Un livre rare dont on ne ressort pas tout à fait indemne, entre Hell's Angels de Hunter S. Thompson et Into The Wild de Jon Krakauer. William Finnegan a acquis ses galons de journaliste lors de la guerre civile au Soudan, en Afrique du Sud pendant l'Apartheid, dans les Balkans ou à Mogadiscio. Ses reportages sur les théâtres d'opérations sont le fruit de longues immersions et de patientes observations, ou, comme il aime à le résumer : "Je fouine, je parle aux gens, j'attends.' Il a reçu en 2016 pour Jours Barbares le prestigieux Prix Pulitzer. (traduit par Frank Reichert)

03/2017

ActuaLitté

services de renseignements

Les services secrets chinois de Mao a nos jours

L'auteur a eu accès aux archives américaines, françaises, russes, chinoises. En Chine, à Hong Kong, au Japon, en Australie, en Europe et en Amérique du Nord, il a interviewé des dizaines de spécialistes, hommes et femmes du renseignement, diplomates, responsables de la défense, dissidents, transfuges...
Pour la première fois se profile l'étonnante histoire du renseignement chinois de Mao à nos jours. Riche en révélations, ce livre permet de comprendre comment l'Empire du Milieu compte accéder à l'état de superpuissance en s'appuyant sur des services secrets actifs dans tous les domaines. Leurs performances s'appuient à la fois sur la tradition chinoise de l'art de la guerre secrète, sur le modèle de l'espionnage soviéto-stalinien des années 1930 à 1970 et sur les nouvelles technologies héritées du capitalisme libéral, telles que l'infoguerre, la " business intelligence ", la bataille des satellites ou la guerre dans le cyberespace en 2008.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Les voleurs d'orgasme

Poursuivi par des tueurs, un jeune chimiste s’enfuit vers le Nord de l’Europe où la mystérieuse multinationale qui l’emploie (la Multinana) lui commande des enquêtes révolutionnaires par leur objet comme par les moyens qu’elles mettent en œuvre. Il rencontre une jeune femme: coup de foudre. Elle disparaît. Il va la rechercher au Maghreb, à Hongkong, au Japon, en Australie, à Rome, au Portugal, au gré de missions au cours desquelles il multiplie les prouesses technologiques, sexuelles, financières, martiales et télévisuelles. Il en profite pour percer les motivations de ceux au service desquels il risque chaque jour sa vie et son intégrité morale, il en profite pour comprendre un peu mieux le trafic planétaire des personnes, des biens, des embryons, des idées, des logiciels et des molécules. Roman d’amour et d’aventures, Les Voleurs d’orgasmes est aussi le livre de la mondialisation présente comme à venir.

ActuaLitté

hépatites virales

De la jaunisse à l'hépatite C (2e édition)

Saviez-vous que la première description de la jaunisse fut trouvée sur une plaquette d'argile, inscrite par des Sumériens près de 3 000 ans avant Jésus-Christ, que le mot ictère, cité pour la première fois dans le Corpus Hippocraticum, pourrait provenir de la couleur jaune des yeux de la fouine (iktis) ou du milan (iktivos), qu'en 420 avant Jésus-Christ, Hippocrate, visionnaire, écrivait dans ce même Corpus que « l'ictère apparaît quand la bile entre en mouvement et se porte sous la peau », balayant d'un coup l'origine divine, jusqu'ici ancrée, de la jaunisse, que, plus près de nous, en 1967, une collaboratrice de Blumberg, ressentant une fatigue anormale et se testant pour l'antigène Australia, fut la première à rattacher cet antigène à l'hépatite B, et que, la même année, l'article du même groupe décrivant cette relation fut refusé pour publication... Tout cela est dans ce livre, et bien d'autres choses, inédites et passionnantes, sur 5 000 ans d'histoire.

11/2009

ActuaLitté

hépatites virales

De la jaunisse à l'hépatite C (2e édition)

Saviez-vous que la première description de la jaunisse fut trouvée sur une plaquette d'argile, inscrite par des Sumériens près de 3 000 ans avant Jésus-Christ, que le mot ictère, cité pour la première fois dans le Corpus Hippocraticum, pourrait provenir de la couleur jaune des yeux de la fouine (iktis) ou du milan (iktivos), qu'en 420 avant Jésus-Christ, Hippocrate, visionnaire, écrivait dans ce même Corpus que « l'ictère apparaît quand la bile entre en mouvement et se porte sous la peau », balayant d'un coup l'origine divine, jusqu'ici ancrée, de la jaunisse, que, plus près de nous, en 1967, une collaboratrice de Blumberg, ressentant une fatigue anormale et se testant pour l'antigène Australia, fut la première à rattacher cet antigène à l'hépatite B, et que, la même année, l'article du même groupe décrivant cette relation fut refusé pour publication... Tout cela est dans ce livre, et bien d'autres choses, inédites et passionnantes, sur 5 000 ans d'histoire.

11/2009

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Conférences aux antipodes

En 1983 et 1984, Jean-Marc Lovay donna plusieurs conférences en Suède et en Australie, lors d’échanges culturels. Inventés pour être dits publiquement, écrits parfois dans les pays concernés, ces textes ouvrent une autre porte sur le monde romanesque de Jean-Marc Lovay. Ils éclairent sa façon de créer des histoires, ou, comme dans la Conférence de Stockholm, sa manière de traiter un problème connu (ou une situation peu connue) : la relation entre les écrivains des différentes régions de Suisse. Ce livre suggère une approche originale de l’auteur des Régions céréalières. Il fera découvrir son œuvre à ceux qui ne la connaissent pas et fascinera ses fidèles.

01/1998

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté