Recherche

Arcadie

Extraits

ActuaLitté

Policiers

Les frontières d'Arcadie. Et in Arcadia ego

Un terrible complot menace l'humanité. Alors que nos dirigeants ne parviennent pas à le déjouer, un homme à lui seul aurait été capable d'y faire face, si celui-ci était encore vivant. A partir de là, une expérience encore jamais réalisée va se mettre en place pour défier l'impossible. De son côté, à quelques mois de la retraite, l'inspecteur Delcourt va se trouver mêlé à l'enquête la plus extravagante de sa carrière, en compagnie d'un partenaire d'un genre très particulier. Un voyage qui va vous transporter derrière les faces cachées de ce monde : conflits internationaux, terrorisme, armes destructives, théorie du complot. Bref, tout un bouquet d'artifices auquel vient s'ajouter la grande question sur la possibilité d'une vie après la mort.

10/2021

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Arcadie... Arcadie

La Provence, moderne Arcadie, modèle des contrées heureuses et paisibles, avec ses oliviers argentés, le profil des collines et les couleurs changeantes des bois, les paysans au travail, l'huile d'olive et la vigne... Giono en connaît chaque chemin, chaque pierre, chaque torrent, chaque odeur et chaque bruit. Avec lyrisme et poésie, il offre une longue promenade à la rencontre de son pays et de ses hommes simples.

12/2001

ActuaLitté

Littérature française

Arcadie

"Si on n'aimait que les gens qui le méritent, la vie serait une distribution de prix très ennuyeuse." Farah et ses parents ont trouvé refuge en zone blanche, dans une communauté libertaire qui rassemble des gens fragiles, inadaptés au monde extérieur tel que le façonnent les nouvelles technologies, la mondialisation et les réseaux sociaux. Tendrement aimée mais livrée à elle-même, Farah grandit au milieu des arbres, des fleurs et des bêtes. Mais cet Eden est établi à la frontière franco-italienne, dans une zone sillonnée par les migrants : les portes du paradis vont-elles s'ouvrir pour les accueillir ?

08/2018

ActuaLitté

Photographie

Arcadies

Le monde photographique de Paul Rousteau est un monde de lumières, un monde de toutes couleurs où se perdre comme on se perd dans un jardin de délices. Des couleurs : des rouges - des rouges brûlants -, des bleus et des verts - gorgés de bleu et de vert -, des jaunes si vifs - comme de feu. Des couleurs jetées à foison, comme on lance à coeur perdu une brassée de fleurs. Des couleurs pour le plaisir, pour le jeu qu'elles offrent, profuses, en se côtoyant, se juxtaposant, se frôlant : alors, c'est une ronde ensorcelante, un carrousel de lumières. Ce jeu, quel qu'en soit le genre - paysage, portrait, nature morte, nu... - s'illumine du rapport étroit que Paul Rousteau tisse si entièrement avec la peinture. Alors, ce n'est pas une surprise de l'entendre citer Monet, Matisse, Derain, Bonnard. Autant de peintres pour qui la couleur est un enchantement - qu'elle exprime l'émotion douce, sensuelle, d'un bonheur très simple, une scène d'intérieur, une maternité ; ou l'emportement d'un ciel d'orage ; ou l'éblouissement d'un jardin en plein midi.

05/2019

ActuaLitté

Policiers

Les chèvres bleues d'Arcadie

Quand le député-maire du secteur, chantre de la famille, de la morale et des traditions est retrouvé, une balle dans le buffet en compagnie d'un anarchiste grec à la cervelle explosée, le scandale fait désordre et provoque au Beau Bar des commérages désobligeants. Quand, pour les beaux yeux d'Elodie, Clovis-Narigou part en croisade et mène l'enquête dans les milieux échangistes, l'affaire prend une tournure iconoclaste ! Mais Clovis, égal à lui-même, s'investit à fond dans sa mission, quitte à payer de sa personne. D'autant que Priape, le dieu grec, semble être la clé de cette curieuse aventure. Mais de là à imaginer qu'un futur ministre et ex-tortionnaire de la dictature des colonels puisse être mêlé à cet étrange imbroglio, il n'y a qu'un pas que Clovis, d'Olympie à Marseille, n'hésite pas à franchir !

03/2008

ActuaLitté

Beaux arts

Poussin. Une journée en Arcadie

Nous avons été classiques. Il se peut que nous le soyons encore. Mais c'est Poussin qui inventa le classicisme. Il le fit en proposant une solution aux inquiétudes de son temps, qui sont parfois les nôtres, et en bâtissant, toile après toile, un pays de peinture : l'Arcadie. Cette terre de l'âge d'or, patrie des poètes et des lettrés, fut un enjeu esthétique, politique et religieux. Elle est surtout l'espace dans lequel le peintre a pensé l'homme, son innocence mythique et le dynamisme de son désir, sa condition historique et sa place dans le paysage ordonné du monde. L'Arcadie se parcourt, et ce voyage nous apprend à contempler. Il faut donc cheminer, une journée durant, de la lumière matinale jusqu'au crépuscule de la représentation, emportée par la nuit et la tempête. On rencontre en chemin des dieux et des héros, des nymphes, des massacreurs et des infortunés, le Christ, la Charité. On aperçoit des lacs qui s'ouvrent comme un oeil, l'immobilité d'une lumière idéale, des bois enchantés et des mares où il ne faut pas se regarder. Et à la fin, nous pourrons murmurer : moi aussi, j'ai été en Arcadie.

03/2015

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté