Recherche

Aravind Adiga

Extraits

ActuaLitté

Littérature étrangère

La sélection

Manju, à peine sorti de l'enfance, ne sait pas trop qui il est. Il sait juste qu'il joue bien au cricket — mais moins bien que son grand-frère Radha à qui il voue une folle admiration —, qu'il aime les sciences et qu'il déteste son père. Poussés dès leur plus jeune âge par un père obsessionnel et ambitieux, ces deux frères issus d'une famille pauvre de Bombay, ont rapidement fait sensation dans le monde du cricket. Mais leur spectaculaire ascension — soutenue par un incroyable entremetteur, Tommy Sir — et le combat qu'ils mènent pour s'extraire de leur condition va radicalement basculer lorsque Manju se lie avec une autre jeune star du cricket, grand concurrent de son frère. Alors que l'adolescence et les mues qui l'accompagnent questionnent l'identité et les aspirations des deux frères, le lecteur les observent avancer, dans un perpétuel mouvement de balancier : ils gagnent du terrain, en perdent à nouveau, sous le joug d'un père honni qui alimente chez eux un désir de vengeance sans fin. La Sélection est un grand roman d'apprentissage, mais aussi un grand roman sur l'Inde vue et comprise à travers le prisme de ce sport étonnant qui façonne les gloires nationales et les destins universitaires de ses rares élus. On y retrouve le sens de la saga et de la profusion qui avait tant séduit dans Le Tigre Blanc, la rage d'avancer, de sortir de la pauvreté à tout prix — le tout conté avec un lyrisme tinté de drôlerie, un réalisme aussi et un sens du baroque qui font toute la saveur d'un texte qu'on ne lâche pas.

09/2017

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le tigre blanc

Le tigre blanc, c'est Balram Halwai, ainsi surnommé par l'un de ses professeurs impressionné par son intelligence aussi rare que ce félin exceptionnel. Contraint d'interrompre ses études pour travailler dans le tea-shop du village, Balram rêve surtout de quitter à jamais les rives noirâtres du Gange. La chance lui sourit enfin à Delhi où il est embauché comme chauffeur. Tout en conduisant ses maîtres au volant de sa Honda City, il est ébloui par la brillante façade de la " Shining India " et prêt à tout pour quitter à jamais les " Ténèbres " de son Bihar natal. Roman obsédant écrit au scalpel, Le Tigre blanc est la confession d'un ventre creux qui a réussi l'impensable. Mais à quel prix ?

04/2010

ActuaLitté

Littérature étrangère

Amnistie

Parce que la police l'accusait à tort d'être membre des Tigres tamouls, Danny - Dhananjaya Rajaratnam - a fui le Sri Lanka pour trouver refuge en Australie. Là-bas, il espère le statut de demandeur d'asile. Mais sa requête est rejetée. Depuis quatre ans, il vit sans papiers, tente de s'insérer en rasant les murs, fait des ménages dans un quartier résidentiel de Sydney. Un matin, Danny apprend le meurtre d'une de ses employeuses. Lorsqu'il s'aperçoit qu'il détient un indice sur le crime - un indice qui permettrait d'arrêter le coupable -, Danny se trouve confronté à un dilemme. Doit-il parler à la justice, au risque d'être expulsé ? Ou se taire, et laisser un meurtrier s'enfuir ? Après Le Tigre blanc, chronique de l'Inde des bas-fonds, Adiga s'attaque à la face cachée de Sydney : celle des invisibles, des travailleurs sans-papiers qui chaque jour balaient nos rues et nettoient nos appartements sans laisser de trace. Perdu dans un enfer administratif, Danny embarque dans une véritable odyssée du doute ; tour à tour courageux, cynique ou résigné, il tourne en rond, revient sur ses pas, prend des décisions et les abandonne immédiatement. Avec Amnistie, Aravind Adiga signe un conte moral grinçant, qui questionne notre rapport aux frontières et à ceux qui les dépassent.

04/2022

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Les Ombres de Kittur

Kittur, ville imaginaire de l'Inde du Sud située sur la côte du Karnataka, dont l'auteur du Tigre blanc fait le théâtre de ce recueil. On y croise un lycéen poseur de bombe, un brahmane communiste ou encore un livreur 'insatisfait de sa condition... Autant de destinées humaines qui modèlent le patchwork envoûtant d'un pays aux mille visages, victime de ses carcans et terre de révolte.

09/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le dernier homme de la tour

A Bombay, tout le monde sait que la tour A de la résidence Vishram est un immeuble de bonne qualité... Et ce malgré les bidonvilles qui l'environnent et la proximité de l'aéroport. Mais voilà qu'un promoteur plein d'ambition projette de construire en lieu et place de cette tour un immeuble de grand luxe, et donc d'en exproprier les copropriétaires actuels. Même si la compensation financière offerte par le magnat du bâtiment est très généreuse, certains refusent de partir. Et comme personne ne touchera la moindre roupie tant que l'unanimité ne sera pas obtenue, la tension monte, les pressions s'intensifient. Bientôt seul résiste encore un professeur retraité, autrefois respecté de tous, contre qui voisins puis amis, aveuglés par la cupidité et la promesse d'un avenir radieux, vont se liguer, prêts à tout pour empocher leur argent... Un roman à suspense où sont décrits, d'une plume acérée et non sans humour, les désordres qui secouent la société indienne actuelle : bouleversements immobiliers, corruption généralisée, rêves illusoires de promotion sociale. A travers la destinée de personnages hauts en couleur se dessine le portrait sans concession d'une ville d'exception, Bombay, cité sans limites, où des gens ordinaires vont être poussés au bout des leurs.

09/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

Adega, histoire millénaire

Le scénario de "l'histoire millénaire" semble archaïque : la vie des paysans des montagnes de Galice, à l'arrivée du chemin de Compostelle. L'apparition d'un pèlerin est donc également ce qui déclenche la monstruosité de l'intrigue, pleine de mélancolie rayonnante et de doutes enchanteurs et racontée ici comme révolution d'une aura légendaire et de la cruauté. Le frère mendiant qui prétend revenir du Saint Sépulcre est un charlatan. Quant à Adega, la bergère orpheline et asservie qui accorde en secret au marginal un gîte dans la bergerie et qui ensuite croit rencontrer Dieu en personne dans le "saint homme" qui s'empare de sa virginité, elle erre en extase et effrayée à travers le pays comme une victime illuminée de folie, en criant sa confession à la fois pieuse et blasphématoire quelle mettra au monde un enfant de Dieu... Toutefois, ce roman n'est pas seulement l'histoire d'une duperie impie, c'est aussi le témoignage d'une force née de la folie et qui engendre la vérité, une légende tragi-grotesque de grande beauté et un des projets les plus denses de la littérature hispanique moderne. "Un des rares chefs-d'oeuvre de ce siècle qui un jour se distingueront...". C'est ainsi que R. J. Sender considérait ce petit livre. "C'est le seul chef-d'oeuvre narratif que l'on peut mettre en parallèle des oeuvres monumentales de l'architecture romane".

08/2018

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté