Recherche

Adverse

Extraits

ActuaLitté

Poésie

Advers

Ce livre en contient deux : "Advers" et "Attract obstruct" qui se répondent organiquement. Le premier se veut un "espace sauvage d'expectoration" où le vers procède par saccades et scansions pour se défaire du lyrisme. Logique de rupture qui donne sa voix à un "je" démembré. Le second décline par blocs de discours amoureux les étapes d'une intrigue en suspens... Le texte hésite, pose la question de sa forme, adverse et adversifiée.

06/2021

ActuaLitté

Littérature française

L'averse

« L’attraction, les femmes l’attrapent au creux de leurs flancs dès qu’elles passent à ma hauteur. Je balance, droite, gauche. Je suis un prince, je fais plier les villes et les femmes. Chaque foulée me rapproche de mon instinct d’origine, chaque pas m’éloigne de mon être de surface. L’appel du corps, un appel d’intérieur à intérieur, des chiens qui se sentent. Elles aussi, les petites, elles bichent. Le côté voyou dont je ne réussis pas à me défaire les aimante. J’ai tout fait pour paraître français, le plus français possible. J’ai failli réussir ». Toute sa vie Tahar a aimé ce qui coule, les grands fleuves, les pluies d’été, les femmes… Quand vient sa dernière heure, montent en lui les visions de l’Algérie, le pays où il est né et qu’il a quitté. L’enfance dans l’incandescence du djebel, lumière coupante comme un crime en plein midi. Mais aussi la guerre, la pire de toutes, celle qui ne dit pas son nom mais taraude le fond des gorges et des ventres. En foulant le sol de France, Tahar fait table rase du passé. L’exil a ses douleurs, mais aussi ses vertiges, suivre les femmes dans la rue, lors de longues marches hallucinées. Aujourd’hui à son chevet, que des Français. Quatre personnes dont les pensées le traversent, bruissantes. Un ex-soldat, une femme aimante, un beau-père qui lui fourgue tout bas des prières chrétiennes et un fils muré dans son silence. C’est autour de la blessure muette de Tahar que se cristallise la tension du roman. Une seule voix à la fin parviendra à la dénouer et à la déborder. Celle qu’on attendait le moins. Et qui monte en même temps qu’une averse d’été, soudaine, éphémère, toute-puissante, vers laquelle courent toute la sensualité et l’énergie de ce livre.

09/2012

ActuaLitté

BD tout public

A partir de. N° 3, mars 2021

3e livraison de la revue semestrielle d'Adverse "A partir de", offrant prolongements et digressions aux numéros précédents, broché cousu et ouvrant ses portes à de nouveaux invités. A partir de la bande dessinée, donc, discipline qui reste au coeur de nos préoccupations, mais qui ne nous offre pas moins moult échappées.

03/2021

ActuaLitté

Policiers

Drôle d'averse

Sous le chaud soleil de juillet, au bord du lac émeraude piqué des fins triangles blancs des voiliers, les touristes se dorent ou flânent, cherchant l'ombre dans les ruelles tortueuses de la Vieille Ville. Mais le ciel idyllique de la " Venise des Alpes " bientôt se brouille. Il lâche une étrange pluie, une véritable pluie d'horreur, qui jour après jour endeuille la ville. Enquête en duo : Elisa, la petite journaliste délurée, dame le pion à l'inspecteur Dézannes. Le suspense a l'élégance de la vivacité, la désinvolture de l'humour. Une touche de poésie. Et, sous la plume d'André Fanet, le récit de série noire s'adoucit d'un sourire.

07/2006

ActuaLitté

Humour

Averse de mots passés

Un auteur qui manie l'humour et le verbe, mêlant les mots et les idées avec audace et désinvolture. Un cinquième opus qui égrène par ordre alphabétique railleries, fantaisies et sarcasmes. Des mots aussi drôles et impertinents que cinglants, égrenés par ordre alphabétique : dans ce cinquième opus, Ghassan Khoury convoque le rire et la dérision. Le mariage de l'humour et de l'ironie fait le reste. L'auteur affûte son regard et puise son inspiration en flânant dans la rue ou au gré de ses rencontres. Il s'inspire, avec intelligence et sensibilité, de son environnement. Il décrit nos sentiments, nos défauts, nos frustrations et nos petits bonheurs, fidèlement illustrés par PIEM, qui n'a pas son pareil pour saisir l'instant décisif : une remarque, un regard, un silence ; tout est dit.

03/2021

ActuaLitté

Littérature française

Courir sous l'averse

Des femmes, des hommes rêvent, se croisent, courent sous l'averse. Quel que soit leur âge, ils éprouvent doutes et désirs, peurs et plaisir. Ils tentent de vivre au plus près d'eux-mêmes. L'enfance n'est jamais loin de la mémoire. Les obstacles et les revers du quotidien les bousculent parfois gravement, mais ils traversent, vont de l'avant. Sur le quai d'une gare, dans une chambre de malade, crié ou chuchoté, s'élève l'appel à la rencontre vraie. Pour Victor Hugo, la forme, c'est le fond qui remonte à la surface. Sous le travail de l'écriture, aussi précise qu'une broderie, se dévoile la quête de l'amour sans mesure auquel nous aspirons tous.

10/2009

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté