Recherche

Actes Sud

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Policiers

L'homme-miroir

Une jeune femme disparaît en rentrant de l'école. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée morte sur une aire de jeu en plein centre de Stockholm. Grâce aux enregistrements des caméras de surveillance, Joona Linna arrive à dénicher un témoin. Lorsqu'on découvre que ce dernier est un homme souffrant de gros troubles psychiatriques qui n'a aucun souvenir de ce qu'il a vu, Joona prend contact avec l'hypnotiseur, Erik Maria Bark.

10/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Lune de papier

Mariée depuis peu, Rika tente avec beaucoup d'humilité de correspondre à l'image qu'elle se fait du bonheur conjugal, mais ne tarde pas à percevoir l'inélégance de son mari. A cela la jeune femme ne voit qu'une parade : réintégrer le monde du travail pour assumer ses propres dépenses, être relativement autonome, et retrouver un semblant de vie sociale. Dès lors, elle prépare un examen qu'elle obtient haut la main et entre dans une banque où lui est rapidement attribué un poste de responsable de clientèle. Rika s'attelle ainsi à la gestion de produits d'épargne un peu particuliers, puisqu'il s'agit de les vendre exclusivement à des personnes âgées dont elle doit gagner la confiance à l'occasion de visites régulières, et toujours à domicile. Quand un jeune homme la croise chez son grand-père, Rika a déjà basculé dans une véritable addiction. Bien loin d'être une héroïne hollywoodienne, cette femme ordinaire est néanmoins sur le point de mettre en place l'une des plus importantes escroqueries de l'époque. Avec une férocité saisissante, Mistuyo Kakuta explore de livre en livre les effets de la société japonaise sur la psychologie du féminin. Capables de briser le carcan du quotidien, de sauter de l'autre côté de leur vie pour échapper au renoncement, ses créatures sans faille apparente sont inoubliables car effroyablement proches de nous.

04/2021

ActuaLitté

Poésie

L'éternité est un battement de cils

Lire ou écrire un poème, c'est s'absenter des masques de soi, retourner au premier cri du premier souffle qui nous jeta, déchirés, des forges de la galaxie ici sur cette terre et retrouver l'éternel instant de l'éternel début ; c'est encore l'autre, l'autrement, l'inentendu des mots... comme on laisse, dans une chaise longue, sur les plages de l'espace et face à l'océan du temps, le chapeau de paille de notre vie et le nez de clown de nos destins. Lire, c'est dresser l'inventaire des invendus de la création, se convaincre que l'éternité n'est qu'un battement de cils de l'instant, avant la dispersion des collections de nos cinq sens, dans les ventes publiques de l'âme et sous les enchères de l'oubli. Est-ce à ce point dérisoire de tenter l'écoute d'un poème qu'il faille y voir uniquement le don d'une enfance attardée ou la recherche folle du génome humain de l'amour ? W.L.

01/2005

ActuaLitté

Policiers

Le Réseau Pourpre

Par une journée d'été caniculaire, l'inspectrice Blanco fait irruption dans la villa d'une famille madrilène de la classe moyenne et se rue dans la chambre d'un adolescent. La scène diffusée en direct sur l'écran de son ordinateur dépasse l'entendement : une jeune fille y subit d'atroces sévices avant d'être méthodiquement assassinée par deux hommes masqués. Si le garçon est arrêté devant des parents consternés d'avoir pu engendrer un tel détraqué, pour la brigade, le cas est loin d'être isolé.

Voilà des mois qu'elle piste le sinistre Réseau Pourpre, spécialisé dans les snuff movies, ces films clandestins diffusés exclusivement sur le Dark Web, à destination de voyeurs prêts à payer des fortunes leur macabre addiction à la violence. Un business juteux qui se passe aisément de décors, de fondus enchaînés et d'effets spéciaux, puisque les suppliciés ne sont pas des acteurs. Pour la plus célèbre flic d'Espagne, cette enquête revêt en outre une importance toute personnelle : son fils a été séquestré voilà huit ans par ce même réseau, et il se pourrait bien que de victime il soit devenu bourreau. L'enquête explore tant le Madrid des beaux quartiers que celui de ses banlieues oubliées et déterre de bien obscurs secrets de famille remontant à l'ère franquiste. Noyant son désespoir dans la grappa et les nuits blanches des bars à karaoké, ici plus que jamais, Elena Blanco est une femme forte qui veut comprendre. Mais l'amour d'une mère pour son fils obéit-il toujours aux lois de la raison ?

04/2021

ActuaLitté

Policiers

La fiancée gitane

Quand elle rentre à l'aube, fourbue, éméchée, la voix éraillée par sa nuit dans les bars de karaoké, dévastée par la tristesse de la chair assouvie furtivement avec des inconnus, Elena Blanco a un rituel : examiner pendant des heures les images d'une caméra de surveillance placée devant la porte cochère de son immeuble. Qui craint-elle de voir ? Ou, plutôt, qui plus que tout au monde voudrait-elle voir ?

Une affaire non résolue pour cette enquêtrice hors pair, la seule dans sa carrière. Mais c'est bien plus qu'une affaire, c'est un drame personnel qui a brisé sa vie et qui hante chaque seconde de son existence. Pour l'heure, il lui faut éloigner ses démons et aller de l'avant car l'antenne de police qu'elle dirige à Madrid se trouve saisie d'un cas bien étrange : le meurtre d'une gitane disparue après l'enterrement de sa vie de jeune fille. La mort, d'un sadisme avéré, a manifestement été donnée par un esprit effroyablement retors. Le mode opératoire n'est pas sans rappeler un crime survenu sept ans plus tôt, et dont la victime n'est autre que Lara, la soeur de la gitane, qui s'apprêtait elle aussi à épouser un gadjo. Pourtant, l'assassin de Lara est déjà sous les verrous. De fausses pistes en indices délusoires, dans des sites madrilènes illustres ou mystérieux mais tous chargés d'histoire, l'auteur déplie une intrigue horrifique avec une exemplaire économie d'effets ; et porte sur les fonts baptismaux un nouveau personnage promis à un bien bel avenir.

02/2019

ActuaLitté

Littérature française

L'homme-frère

Sept, nous sommes sept enfants. Comme dans certains contes, dans certaines chansons, certains jeux populaires. Un petit peuple avec ses propres codes. Chacun à sa place, comme les vaches à l'étable, comme les poules sur leurs perchoirs, comme autrefois les chevaux à l'écurie. Qui des trois saurs et des quatre frères restera dans ce toujours, qui en sera éjecté, qui choisira de le quitter, qui aura le privilège du choix ? Il y a des dilemmes, j'ai entendu ou lu cela quelque part, dont on se sort mal ou pas du tout. G. B.

03/2021

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté