Recherche

9782070336555

Extraits

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Eloge des femmes mûres. Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda

" Je me méfiais d'Eloge des femmes mûres, ne serait-ce que parce que ce roman est devenu un best-seller mondial. J'avais tort. L'érotisme, c'est cela, le vrai, qui se pratique dans la découverte et le respect de l'autre, qui enrichit la connaissance de soi. " (Maurice Nadeau, La Quinzaine littéraire) " C'est sans doute la plus incroyable aventure éditoriale de ces dernières années... En France, Eloge des femmes mûres tient le haut du pavé depuis maintenant dix-huit mois : il n'a pratiquement jamais quitté les listes des meilleures ventes des livres... Et tout cela sans le secours de la presse : trois articles en tout et pour tout... Un récit amusant, un style sobre mais irréprochable, un propos anticonformiste et profond : il n'en fallait pas davantage. " (François Busnel, L'Express) " C'est un bijou de subtilité, de nuances, sur la découverte de la sexualité... Je n'en suis pas encore revenue. Lisez-le ! " (Danielle Laurin, Elle)

04/2006

ActuaLitté

Littérature étrangère

Tehila

"Il y avait une vieille à Jérusalem. Une magnifique vieille comme vous n'en avez pas vue de toute votre vie. Elle était vertueuse et elle était sage, elle était gracieuse, et modeste aussi. Ses yeux n'étaient que bonté et compassion, et les rides de son visage, toutes de bénédiction et de paix". Tehila est âgée de 104 ans lorsque le narrateur, lui-même écrivain, fait sa connaissance au cour de la vieille ville de Jérusalem. Immédiatement ébloui, il nous raconte la bienveillance de cette femme, son extrême générosité ainsi que son passé tragique. Un jour, alors que Tehila lui demande de rédiger une lettre à l'attention d'un certain Shraga, elle lui conte son enfance en Europe et ses fiançailles rompues par son père. Elle décrit les années de malédiction qui s'ensuivirent et qui menèrent ses deux fils à la mort avant de faire sombrer sa fille dans la folie. Depuis, Tehila consacre sa vie à l'étude des psaumes et aux autres, mais elle ne peut se résigner à s'éteindre avant d'avoir adressé quelques mots d'excuse à celui qui aurait dû être son mari, Shraga. Ce court roman est l'un des textes les plus émouvants de S. J. Agnon, un texte fondateur aux innombrables perspectives. Tehila est un livre sur les différents courants du judaïsme autant qu'un poème dédié à Jérusalem, c'est un texte sur le malheur et un récit sur la sagesse à la fois. Tehila est enfin un merveilleux hymne à la beauté des femmes qui, par-delà-même la mort, rayonne dans l'ouvre du grand écrivain israélien.

02/2014

ActuaLitté

Critique littéraire

Lettres à Henri Mondor

1949. Le procès de Céline va s'ouvrir. L'écrivain cherche des soutiens. Henri Mondor se laisse convaincre : chirurgien, homme de lettres, académicien, il sera le "Grand Savant, couvert de Gloire, repêchant du gibet le minable pustuleux poëtasseux confrère". Céline ne cessera plus de le solliciter, et il utilisera la notoriété de son "illustre ami" pour bâtir sa propre légende. Les lettres inédites retrouvées par Cécile Leblanc à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet retracent l'histoire de cette construction, qui est aussi celle d'une obsession. Cette obsession, c'est la Pléiade. Céline veut en être. Mais il lui faut, en guise de préfacier, "un parrain illustre et bienveillant". Mondor, une fois de plus, serait 1'homme de la situation. Reste à le persuader, et à l'orienter. Tel est l'intérêt majeur de ces lettres : le romancier y réinvente sa vie et livre au "cher Maître" les clefs de son art. Quand, en 1960, il reçoit la préface (ici reproduite en annexe), il est au comble de la joie : ce qu'y dit Mondor est l'exact reflet de ce que son "poëtasseux confrère" lui a dicté, lettre après lettre.

11/2013

ActuaLitté

Poches Littérature internation

POUR QUI SONNE LE GLAS

" Pas d'adieu, guapa, parce que nous ne sommes pas séparés. J'espère que tout ira bien dans les Gredos. Va maintenant. Va pour de bon. Non ", il continuait à parler tranquillement, sagement, tandis que Pilar entraînait la jeune fille. " Ne te retourne pas. Mets ton pied dans l'étrier. Oui. Ton pied. Aide-la ", dit-il à Pilar. " Soulève-la. Mets-la en selle ". Il tourna la tête, en sueur, et regarda vers le bas de la pente puis ramena son regard à l'endroit où la jeune fille était en selle avec Pilar auprès d'elle et Pablo juste derrière. " Maintenant, va ", dit-il. " Va ". Elle allait tourner la tête. " Ne regarde pas en arrière ", dit Robert Jordan. "Va ". Et Pablo frappa le cheval sur la croupe avec une entrave ... " Dans la tragédie qu'est la vie intérieure de Hemingway, Pour qui sonne le glas marque une étape décisive. Après s'être réconcilié avec la mort, son auteur prend conscience que toute mort concerne l'humanité ". (Michel Mohrt).

01/2012

ActuaLitté

Cinéma

Marilyn Monroe

Elle voulait qu'on la regarde. Mal aimée, étouffée, violée, abandonnée, l'enfant brune et bégayante nommée Norma Jeane Mortensen était prête à tout pour sortir de l'ombre et taire ses blessures. Jusqu'à devenir Marilyn Monroe (1926-1962), créature artificielle, blonde publique, surgie après neuf heures de maquillage et de décoloration. Jusqu'à se laisser dévorer par elle.

02/2007

ActuaLitté

Critique littéraire

Vérités et mensonges en littérature

" Il y a fondamentalement deux sortes de littérature. L'une vous aide à comprendre, l'autre vous aide a oublier; la première vous aide à devenir une personne libre et un citoyen libre, l'autre aide les gens à vous manipuler. L'une s'apparente à l'astronomie, l'autre à l'astrologie. " " Les grands écrivains ne sont pas ceux qui nous disent que nous ne devrions pas jouer avec le feu, mais ceux qui nous brûlent les doigts. " Avec une intelligence confondante et un sens inné de la justice, Stephen Vizinczey rend un hommage chaleureux aux maîtres de la vérité que sont Stendhal, Balzac, Kleist et Tolstoï, et n'hésite pas à s'attaquer à des icônes intouchables comme Goethe, Sainte-Beuve et Melville et à l'establishment des lettres new-yorkaises.

10/2006

Tous les articles