Recherche

13 à table

Extraits

ActuaLitté

Littérature hispano-portugaise

L'installation de la peur

PRIX UTOPIALES 2017 "Madame n'est pas sans savoir que l'installation de la peur est un objectif patriotique. Directive n°359/13. ' Un huis clos délétère et magistral, un texte jubilatoire, grinçant et drôle.La sonnette retentit dans l'appartement d'une femme vivant seule avec un enfant. Ignorant qui se trouve derrière la porte, la femme, méfiante, décide de cacher son enfant dans la salle de bains avant d'aller ouvrir. Sur le perron se trouvent deux agents du gouvernement qui l'informent de leur mission : la mise en application de la directive n° 359/13 exigeant l'installation de la peur dans chaque foyer. Faisant irruption violemment dans le salon, les deux visiteurs se lancent dans une inquiétante performance : tour à tour, ils haranguent la pauvre femme, dressant un tableau horrifique des maux de notre temps. Dans leur discours halluciné, tout y passe : crise, épidémies, catastrophes naturelles, misère sociale, guerre et torture, terrorisme... Ils agrémentent leur diatribe d'histoires effrayantes jouant sur les peurs primales de l'homme (peur de l'autre, de la maladie, de la folie...), qu'ils mettent en scène pour un effet d'épouvante maximum. Petit à petit, ils installent ainsi une violence sourde dans la pièce, entraînant la femme – et le lecteur – dans leur délire paranoïaque. Mission accomplie? Pas sûr. La peur a une vie propre, et ses ravages peuvent parfois se montrer inattendus... Né à Lisbonne en 1961, professeur de littérature et de théorie de l'édition à l'Universidade Nova de Lisbonne, RUI BARREIRA ZINK est l'auteur de récits pour la jeunesse, de scénarios de bandes dessinées et de plusieurs romans dont Dádiva divina, prix du pen Club portugais 2005, et Le Destin du touriste, traduit en français aux éditions Métailié en 2011.

09/2016

ActuaLitté

essais de sociologie

Gens de Campagnol

Christian Combaz, réfugié en province depuis trente ans, nous invite à écouter une France que personne n’entend plus mais dont il craint qu’elle ne finisse par élever la voix. Sa chronique villageoise prend souvent le ton de la parabole et nous offre un tableau chaleureux d’une population vouée au service d’autrui, résignée à un sort ordinaire, mais qui n’a jamais suscité autant d’ironie chez les parvenus. Du vieux curé qui vit avec l’épicière au partisan de José Bové qui s’enrichit dans l’immobilier, du clochard algérien devenu la coqueluche du conseil général au menuisier local qui se flatte d’avoir la clientèle du Dalaï-lama, ce livre est truffé de personnages peu convenus mais archétypiques, d’événements à la fois locaux et planétaires et de bons sentiments propres à éveiller l’intérêt du journal de 13 heures – heure à laquelle, symboliquement, l’horloge de Campagnol est restée bloquée. Couverture: photomontage d’après un panneau © Alexandre Fundone / Flickr / Getty Images et un paysage de campagne © Derek Croucher / Photographer’s choice / Getty Images

01/2012

ActuaLitté

essais de sociologie

Gens de Campagnol

Christian Combaz, réfugié en province depuis trente ans, nous invite à écouter une France que personne n’entend plus mais dont il craint qu’elle ne finisse par élever la voix. Sa chronique villageoise prend souvent le ton de la parabole et nous offre un tableau chaleureux d’une population vouée au service d’autrui, résignée à un sort ordinaire, mais qui n’a jamais suscité autant d’ironie chez les parvenus. Du vieux curé qui vit avec l’épicière au partisan de José Bové qui s’enrichit dans l’immobilier, du clochard algérien devenu la coqueluche du conseil général au menuisier local qui se flatte d’avoir la clientèle du Dalaï-lama, ce livre est truffé de personnages peu convenus mais archétypiques, d’événements à la fois locaux et planétaires et de bons sentiments propres à éveiller l’intérêt du journal de 13 heures – heure à laquelle, symboliquement, l’horloge de Campagnol est restée bloquée. Couverture: photomontage d’après un panneau © Alexandre Fundone / Flickr / Getty Images et un paysage de campagne © Derek Croucher / Photographer’s choice / Getty Images

01/2012

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté