Recherche

âme peuples monde

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Croire aux fauves

" Ce jour-là, le 25 août 2015, l'événement n'est pas : un ours attaque une anthropologue française quelque part dans les montagnes du Kamtchatka. L'événement est : un ours et une femme se rencontrent et les frontières entre les mondes implosent. Les limites physiques entre un humain et une bête, en se confrontant, ouvrent des failles sur leurs corps et dans leurs têtes. C'est aussi le temps du mythe qui rejoint la réalité ; le jadis qui rejoint l'actuel ; le rêve qui rejoint l'incarné. " Croire aux fauves est le récit d'un corps-à-corps entre un ours et une anthropologue au Kamtchatka. Et comme Nastassja Martin le souligne immédiatement, c'est une blessure et une renaissance, dont elle sortira en partie défigurée, mais surtout transfigurée. La singularité de son point de vue a toujours tenu à son engagement avec les peuples étudiés - les Gwich'in de l'Alaska puis les Evènes d Kamtchatka -, engagement si total qu'il a parfois aboli les distances soi-disant objectives et soulevé en elle des interrogations vertigineuses. Ainsi, avec cet ours, s'est-elle confrontée à une figure essentielle des mythologies locales, " l'âme sauvage ", comme si cette bête fauve était le point de collision entre savoirs scientifiques et implication animiste. Outre ce motif initial, elle relate les nombreuses opérations subies en Russie à l'hôpital de Petropavlosk, puis en France à La Salpêtrière ou au CHU de Grenoble. Au cours d'une énième hospitalisation, de nouvelles menaces surviennent, une maladie nosocomiale puis un risque de tuberculose. Face à ces sombres perspectives, la rescapée décide de retourner sur les lieux du " baiser de l'ours ". Et c'est dans ce refuge d'une inquiétante familiarité qu'elle approfondit les questionnements qui l'ont assaillie depuis des mois, les met au diapason d'une pleine Nature habitée par des croyances ancestrales et des solidarités élémentaires, mais aussi à l'épreuve des préjugés de certains habitants envers la " miedka " qu'elle est devenue, mi-femme mifauve. Ultime stigmatisation qui va nourrir son désir de pousser plus loin encore sa méditation anthropologique.

10/2019

ActuaLitté

Non classé

Croire aux fauves

" Ce jour-là, le 25 août 2015, l'événement n'est pas : un ours attaque une anthropologue française quelque part dans les montagnes du Kamtchatka. L'événement est : un ours et une femme se rencontrent et les frontières entre les mondes implosent. Les limites physiques entre un humain et une bête, en se confrontant, ouvrent des failles sur leurs corps et dans leurs têtes. C'est aussi le temps du mythe qui rejoint la réalité ; le jadis qui rejoint l'actuel ; le rêve qui rejoint l'incarné. " Croire aux fauves est le récit d'un corps-à-corps entre un ours et une anthropologue au Kamtchatka. Et comme Nastassja Martin le souligne immédiatement, c'est une blessure et une renaissance, dont elle sortira en partie défigurée, mais surtout transfigurée. La singularité de son point de vue a toujours tenu à son engagement avec les peuples étudiés - les Gwich'in de l'Alaska puis les Evènes d Kamtchatka -, engagement si total qu'il a parfois aboli les distances soi-disant objectives et soulevé en elle des interrogations vertigineuses. Ainsi, avec cet ours, s'est-elle confrontée à une figure essentielle des mythologies locales, " l'âme sauvage ", comme si cette bête fauve était le point de collision entre savoirs scientifiques et implication animiste. Outre ce motif initial, elle relate les nombreuses opérations subies en Russie à l'hôpital de Petropavlosk, puis en France à La Salpêtrière ou au CHU de Grenoble. Au cours d'une énième hospitalisation, de nouvelles menaces surviennent, une maladie nosocomiale puis un risque de tuberculose. Face à ces sombres perspectives, la rescapée décide de retourner sur les lieux du " baiser de l'ours ". Et c'est dans ce refuge d'une inquiétante familiarité qu'elle approfondit les questionnements qui l'ont assaillie depuis des mois, les met au diapason d'une pleine Nature habitée par des croyances ancestrales et des solidarités élémentaires, mais aussi à l'épreuve des préjugés de certains habitants envers la " miedka " qu'elle est devenue, mi-femme mifauve. Ultime stigmatisation qui va nourrir son désir de pousser plus loin encore sa méditation anthropologique.

10/2019

ActuaLitté

litterature jeunesse romans / contes / fables

Freaks squeele t.1 ; l'étoile de nuit

Freaks Squeele est au départ une série d'Albums BD, édités chez Ankama. Ce premier roman prend la suite de la BD avec les mêmes personnages.Une intrigue enlevée, beaucoup d'humour, dans un univers à la fois moderne, fantastique et déjanté.
Le Faucheur a disparu ! Les morts se relèvent et les vivants paniquent, croyant venue l’apocalypse zombie. Le trio part à sa recherche, pendant que Funérailles tâche de limiter les dégâts dans un monde en proie au chaos. Très vite, les étudiants découvrent que leur amie Lynette s’est elle aussi évaporée, alors qu’elle venait d’achever un logiciel capable de reproduire n’importe quelle personnalité. Leur directeur Scipio fait le lien : l’âme, l’esprit... Qui cherche à tromper la mort ? Et pourquoi ? Pour le savoir, les héros se lancent dans un road trip peuplé de diables rouges, de poneys mauves, de diamants noirs et de robes à manches gigot. Avec à la clef, peut-être, une chance de faire la paix avec le passé...

04/2016

ActuaLitté

litterature francaise romans historique

L'Homme Tordu ; Le Roman D'Einar Thorvaldsson

Au Xe siècle, les Vikings conduits par Erik le Rouge abordent la cô™te ouest du Groenland et y fondent une colonie. Quatre siècles plus tard, ce peuple jadis glorieux vit ses derniers instants dans l'isolement et l'oubli. DéŽvoréŽ par le froid, la famine et la peur, captif des glaces et des prŽéjugéŽs, il s'accroche aux ruines de sa civilisation. L'homme tordu, c'est l'autre, celui que l'on craint, le primitif. L'existence d'Einar Thorvaldsson prend pourtant un sens nouveau lorsqu'il fait l'expéŽrience de la vie avec les Inuits, qui ne semblent pâ‰tir ni du froid ni de l'austŽéritéŽ de cette terre. RéŽcit de l'Homme, cette histoire déŽpeint la survie du corps et de l'âme dans un monde où les sauvages ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

ActuaLitté

science fiction / fantastique grand format

Le fils de Manhattan t.1 ; vol d'aigle

Un jeune New-Yorkais découvre qu'il est possédé par l'esprit d'un Indien de 1612, son double. Tous deux ont une mission: sauver New York des forces du Mal et du déluge. Un roman fantastique contemporain, qui retrace l'histoire de Manhattan et ses mystères depuis sa création... sous influence indienne et chamanique. Le premier volume d'une série de 4, pour tous les âges. Imaginez. Vous vous appelez Cham. Cham Wickware. Vous êtes un jeune New-Yorkais de vingt-huit ans. Le 21. 12. 2012, vous vous faites virer de votre agence de pub et vous êtes en retard au rendez-vous que votre mère psy vous a fixé. En traversant Times Square, votre portable tombe en panne et votre corps se dissout soudain dans la vapeur d'eau qui surgit d'une bouche d'égout... Quelques instants plus tard, vous vous retrouvez en 1612, dans la peau et les plumes d'un aigle royal survolant la végétation luxuriante de l'île de Manhattan. Vous disparaissez de nouveau dans la vapeur d'eau d'une hutte de sudation occupée par un jeune Indien qui pourrait être votre double. L'esprit du sauvage prend possession de vous. Vous vous réveillez en 2012, habité par l'âme de l'Indien qui n'a de cesse de vous demander de chercher le calumet sacré de son peuple pour sauver Manhattan des forces du mal et du déluge. Tout le monde vous croit fou. Surtout votre mère psy. Mais Vol d'aigle, l'esprit de l'Indien, vous donne d'incroyables pouvoirs chamaniques, à commencer par celui de voyager dans le temps pour accomplir votre mission: découvrir dans quel siècle un effrayant monstre ailé a caché le calumet sacré dans le but que Manhattan, reflet du monde, ne puisse jamais trouver la paix. Cham et Vol d'aigle sauveront-ils New York?

04/2013

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté