Recherche

adolf hitler

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Policiers

Sauvez Adolf Hitler !

1er décembre 1943, conférence de Téhéran. Churchill, Roosvelt, Staline discutent ferme de la conduite de la guerre. Pas question pour le premier d'essayer de supprimer Hitler. Ce dément commet erreur sur erreur au grand dam de ses généraux. Mais, Staline a déjà lâché ses meilleurs liquideurs. Churchill fait appel à la fine fleur de ses agents... Un superbe thriller qui s'appuie sur des bases historiques authentiques !

09/2015

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le sosie d'Adolf Hitler

Hitler est-il réellement mort en se tirant une balle dans la tête ou s'est-il empoisonné au cyanure ? L'identification de son corps n'a pu se faire que sur la base de ses dents - des prothèses, en grande partie. Et si ces prothèses étaient des faux ? s'est demandé Luigi Guarnieri, sachant que le Führer avait fait recruter et former à son image plusieurs "doublures" susceptibles de le remplacer en cas de nécessité. A commencer par le musicien incompris qui est au centre de ce récit : Mario Schatten, piégé dans une abominable machination. A la poursuite d'une vérité qui ne cesse de se dérober, l'agent secret américain Gren***** est chargé, durant une enquête qui dure plus de quinze ans et qui le conduit d'un bout à l'autre du monde - en Allemagne et en Autriche, en Argentine et en Italie, au Paraguay et en Suisse -, de faire la lumière sur la mort de Hitler, et sur ses circonstances. Il retrouvera ainsi la dentiste personnelle du Führer, et Egon Sommer, l'élégant directeur du département H, spécialisé en fabrication de fausses pistes... Entre les atmosphères crépusculaires de la fin du Reich et les haciendas d'Amérique latine où se cachent encore d'anciens nazis, Luigi Guarnieri, en mêlant avec une habileté consommée faits réels et péripéties imaginaires, nous pro- pose une réflexion sur l'Histoire, qui est en grande partie un récit, une narration subjective, quand ce n'est pas, parfois, une superbe invention.

02/2017

ActuaLitté

Histoire internationale

Adolf Hitler. La séduction du diable

Comment Adolf Hitler, un homme insignifiant en privé, a-t-il réussi à séduire des millions de gens et à recevoir le soutien de tout un peuple ? Les historiens s'accordent pour dire que les conditions de vie difficiles des Allemands, au lendemain de la Première Guerre mondiale, ne peuvent tout expliquer. Selon Laurence Rees, la réponse est à chercher du côté de la personnalité d'Hitler, et plus précisément de son "charisme". Dans cette biographie passionnante, qui s'appuie sur des témoignages et des documents inédits, l'auteur offre un éclairage nouveau pour comprendre l'ascension sans précédent de l'un des plus grands dictateurs de l'Histoire.

10/2014

ActuaLitté

Histoire internationale

Adolf Hitler. La séduction du diable

« Le résumé de ma vie : essayer sans cesse de convaincre autrui.» Adolf Hitler Adolf Hitler était un improbable chef d’État haineux, incapable de nouer des relations normales avec quiconque, refusant de débattre des questions politiques – et pourtant il reçut le soutien de tout un peuple. Comment un personnage aussi antipathique a-t-il bien pu fasciner des millions de gens ? Hitler est responsable, entre autres, de l’invasion de l’Union soviétique et de la Deuxième Guerre mondiale. Un criminel de guerre sans précédent dans l’histoire du monde. Pourtant, et ceux qui l’ont connu en attestent, il pouvait exercer une étrange attraction sur ses interlocuteurs. Dans ce document passionnant, Laurence Rees examine la nature même de la séduction qui émanait du dictateur et analyse le rôle que le prétendu « charisme » d’Hitler a pu jouer dans son succès. Aboutissement de vingt années d’écriture et de recherches sur le Troisième Reich, ce livre est une étude remarquable de l’homme et du cerveau qui ont déclenché cette folie destructrice. Un document historique passionnant et novateur qui s’appuie sur des documents totalement inédits.

01/2013

ActuaLitté

Histoire internationale

Propos intimes et politiques. Tome 2, mars 1942 - novembre 1944

A défaut d'avoir écrit ses Mémoires, Hitler a légué une série de textes consacrés à sa personne privée et politique. Edités pour la première fois dans une traduction fidèle, ces Propos se composent des notes prises entre 1941 et 1944 au quartier général du Führer, dans un cadre informel mêlant amis intimes et proches collaborateurs. Les harangues consacrées à l'expansion du Reich y sont ponctuées de récits de jeunesse, de considérations personnelles sur l'art, la culture, les femmes. La traduction de François Delpla jette un éclairage nouveau sur ce recueil. Les notes compilées ne font pas qu'égrener les laïus délirants d'un dictateur mégalomane. Elles participent de la matrice idéologique du Troisième Reich, prolongeant Mein Kampf en un véritable traité de philosophie despotique. Le Führer y construit sa légende, disséquée à chaque page par le commentaire historique qui met à nu l'imposture intellectuelle du "Mal" nazi. Parfois lucide, Hitler contrefait souvent la réalité à dessein. Mais il laisse aussi entrevoir ses égarements, ses obsessions et ses marottes. Alors que le rapport de forces bascule, les propos sur l'actualité militaire se raréfient et la nostalgie se fait sentir. Le fauteur de guerre se prend à rêver de paix, entre deux diatribes. Au mépris des réalités géopolitiques, l'obsession racialiste d'un Reich continental qui ferait pendant à l'empire britannique émaille ce second tome jusqu'à l'aveuglement, entraînant la suspension de la prise de notes le 7 septembre 1942. Elle ne reprendra sporadiquement qu'en juin 1943 pour s'achever le 30 novembre 1944, cinq mois jour pour jour avant la mort du dictateur.

09/2016

ActuaLitté

Histoire internationale

Second livre

Introduction du Dr Bernard Plouvier. Adolf Hitler n'a rédigé que deux livres : les deux tomes (par la suite réunis en un seul volume) de Mein Kampf, et ce Second livre, consacré surtout (mais non exclusivement) à la politique étrangère, qu'il n'a jamais publié... qui, de ce fait, est demeuré sans titre et auquel manquent quelques précisions chiffrées (qui devaient être ajustées à la date de publication). Ce Second livre est rédigé en 1928, en la phase de triomphe du capitalisme le plus débridé en Occident, en une période de bien mai­gres vaches électorales pour le NSDAP, dont l'essor formidable ne commence que lors des législatives du 14 septembre 1930, où le Parti nazi est propulsé au second rang de la trentaine de partis qui encombrent le Reich (dont seulement 15 sont représentés au Reichstag). Cette sombre période pour son Parti explique le ton quelque peu désabusé employé par Adolf Hitler dans la préface, alors que le livre est empreint d'une indéniable foi en l'avenir. Après relecture du livre, cet homme fort prévoyant comprend le danger d'exprimer aussi crûment ses vues de politique étrangère, une telle franchise ne pouvant que le gêner une fois devenu chef de l'Etat, d'autant que la situation internationale le forcera peut-être à modifier ses objectifs. Il décide donc de le garder secret. Le texte sera retrouvé, au printemps de 1945, par un para­chutiste US de la 101e Airborne, lors du pillage du Berghof (la maison de montagne du Führer, sur le site de Berchtesgaden) et publié pour la première fois en 1961.

01/2015

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté